Jour 282 : 9 Octobre

Eternel, comment donc oserais-je te contester?
(Jérémie 12:1)

Bouton Web ECOUTER (audio radio live musique en direct lecture)

Aujourd’hui : Jérémie 12:1-14:10; 1 Thessaloniciens 1:1-2:12; Psaumes 79:1-13 et Proverbes 24:30-34 en version Bible en français courant.

Jérémie 12-14:10

1 Seigneur, tu es trop juste

pour que je m’en prenne à toi.

Pourtant j’aimerais discuter

de justice avec toi :

Pourquoi le chemin des méchants

les mène-t-il au succès ?

Et ceux qui te sont infidèles,

pourquoi vivent-ils tranquilles ?

2 Tu les as plantés, ils se sont enracinés,

ils poussent et produisent des fruits.

Ton nom est toujours sur leurs lèvres,

mais leur cœur est loin de toi.

3 Moi, tu me connais, Seigneur,

tu me vois, tu as vérifié

que j’ai pris parti pour toi.

Quant à eux, mets-les de côté

comme des moutons pour l’abattoir,

mets-les à part pour le jour du massacre.

4 Jusqu’à quand le pays sera-t-il en deuil et toute la végétation desséchée dans les champs ? La vie animale dépérit dans le pays, par la faute de ses habitants. Ils disent : « Jérémie sera fini avant nous. »

5 « Si tu ne peux pas suivre

ceux qui font la course à pied,

dit le Seigneur,

comment rivaliseras-tu

avec des chevaux ?

Si tu n’es rassuré

que dans un pays normal,

comment t’y prendras-tu

dans les fourrés du Jourdain ?

6 « En effet, même les gens de ta tribu, même ceux de ta famille te trahissent. Ils ameutent un tas de gens à ton insu. Méfie-toi d’eux quand ils te parlent gentiment. »


Dieu abandonne son temple et son peuple

7 « J’abandonne le temple

qui était ma maison ;

je me débarrasse

de ce qui m’appartenait.

Je livre aux mains de l’ennemi

ce que j’aimais de tout mon cœur.

8 Ceux qui étaient à moi

se sont montrés agressifs

comme les lions de la forêt :

ils ont rugi contre moi.

C’est pourquoi je ne les aime plus.

9 Ceux qui étaient à moi

sont-ils maintenant ce bel oiseau

assailli de tous côtés par des rapaces ?

“Qu’on sonne le rassemblement

pour toutes les bêtes sauvages !

Qu’on les amène au festin !”

10 Des bergers en grand nombre

ont ravagé ma vigne,

ils ont piétiné mon domaine.

C’était un domaine ravissant,

ils en ont fait un désert sinistre,

11 oui, sinistre, marqué par le deuil.

Devant moi tout est dévasté,

le pays est sinistré

et personne ne s’en émeut. »

 

12 Dans les régions inhabitées,

sur les hauteurs dénudées

apparaissent des pillards.

L’arme du Seigneur ravage tout

d’un bout à l’autre du pays,

elle n’épargne personne.

13 Vous aviez semé du blé,

vous moissonnez des ronces.

Vous vous étiez donné du mal,

vous n’en tirez aucun profit.

Honte à vous pour cette récolte !

Le Seigneur vous l’a envoyée

dans son ardente indignation.

 

Le Seigneur et les voisins d’Israël

14-17 Voici ce que déclare le Seigneur au sujet des mauvais voisins de mon peuple : « Ils ont touché à ce qui m’appartenait, au territoire que j’avais donné à Israël, mon peuple. Je vais les arracher à leur sol, mais je vais leur arracher aussi le peuple de Juda. Après quoi je reviendrai à des sentiments de pitié pour eux, et je ramènerai chacun d’eux à sa terre, chacun à son pays. Ils avaient enseigné à mon peuple à prêter serment au nom de Baal. Mais s’ils apprennent vraiment à se conduire comme doit le faire mon peuple, s’ils prêtent serment en déclarant “Je le jure par le Seigneur vivant…”, alors ils retrouveront leur place dans mon peuple. Cependant si une de ces nations refuse de m’écouter, alors je la déracinerai pour de bon et l’abandonnerai à la mort », dit le Seigneur.

 

Chapitre 13

Jérémie et la ceinture de lin

1-7 Voici ce que me déclara le Seigneur : « Va t’acheter une ceinture de lin, mets-la autour de tes reins, mais garde-toi de la laver. » J’achetai donc une ceinture, comme le Seigneur me l’avait dit, et je me mis à la porter autour des reins. Une seconde fois je reçus une parole du Seigneur, celle-ci : « Prends cette ceinture et rends-toi au torrent du Fara. Tu la cacheras là-bas dans une fente de rocher. » Je me rendis donc au Fara et j’y cachai la ceinture, comme le Seigneur me l’avait ordonné. Au bout d’un temps assez long, le Seigneur me dit : « Retourne au Fara et prends-y la ceinture que je t’avais commandé de cacher. » Je retournai donc au Fara, dégageai la ceinture et la repris à l’endroit où je l’avais cachée. Je constatai qu’elle était pourrie, complètement hors d’usage.

8-11 Alors je reçus cette parole du Seigneur : « Voici ce que déclare le Seigneur : Je ferai subir le même sort à ce qui fait la fierté de Juda, la grande fierté de Jérusalem. C’est en effet un peuple mauvais, qui refuse d’écouter ce que je dis. Il a suivi son intention de s’attacher à d’autres dieux, en leur rendant un culte et en s’inclinant devant eux. Eh bien, que ce peuple ait le sort de cette ceinture complètement hors d’usage ! Comme un homme qui s’attache une ceinture autour des reins, dit le Seigneur, je m’étais attaché le royaume d’Israël et le royaume de Juda, pour leur confier ma réputation, pour qu’ils soient mon peuple, mon titre de gloire, ma parure. Mais ils ne m’ont pas écouté. »

 

Le vin et la colère de Dieu

12-14 « Va leur dire : “Voici ce que déclare le Seigneur, le Dieu d’Israël : Une cruche est faite pour contenir du vin.” S’ils répliquent : “C’est évident, nous le savons bien”, tu leur répondras : “Voici ce que déclare le Seigneur : Je vais enivrer complètement tous les habitants de ce pays, y compris les rois qui siègent sur le trône de David, les prêtres, les prophètes et la population de Jérusalem. Je les fracasserai l’un contre l’autre, parents contre enfants, dit le Seigneur. Je n’épargnerai personne ; aucune sorte de pitié ne m’empêchera de les éliminer.” »
Écouter avant qu’il soit trop tard

15 Écoutez, soyez attentifs,

ne vous raidissez pas,

le Seigneur vous parle.

16 Honorez le Seigneur votre Dieu

avant qu’il envoie la nuit,

et que vos pieds trébuchent

sur les montagnes

assombries par le crépuscule.

Vous attendiez le jour,

mais il le change en nuit,

il le rend sombre

comme un nuage d’orage.

17 Si vous n’écoutez pas

cet avertissement,

il ne me restera plus,

dans mon coin, qu’à pleurer

de votre orgueil si grand,

à répandre des torrents de larmes,

car le troupeau du Seigneur

part en déportation.
Message de Dieu pour la famille royale

18 Dis au roi et à la reine mère :

« Asseyez-vous par terre,

car votre superbe couronne

est tombée de votre tête.

19 Les villes du midi sont fermées,

personne n’ouvre plus leurs portes,

car tout le peuple de Juda

est parti en exil,

c’est la déportation générale. »

 

Jérusalem déshonorée

20 « Jérusalem, lève les yeux, regarde :

tes ennemis arrivent du nord.

Que va devenir le peuple que je t’ai confié,

le troupeau qui fait ta gloire ?

21 Et que trouveras-tu à dire,

quand ceux que tu as habitués

à être tes familiers

interviendront contre toi

pour te dominer ?

Tu vas être assaillie de douleurs

comme une femme au moment d’accoucher.

22 Alors tu demanderas :

“Pourquoi cela m’arrive-t-il ?”

Eh bien, si on relève ta robe,

si on te fait violence,

c’est le prix de ta lourde faute.

 

23 L’Éthiopien peut-il changer

la couleur de sa peau ?

ou la panthère

les taches de son pelage ?

Non ! Eh bien, vous tous,

si habitués à mal faire,

vous ne pouvez pas davantage

vous mettre à faire le bien !

24 Je vais vous éparpiller

comme des brins de paille

emportés par le vent du désert.

 

25 Jérusalem, voici le sort qui t’attend,

la part que je te réserve,

dit le Seigneur,

parce que tu m’as oublié

pour te fier à des faux dieux :

26 Je vais relever moi aussi

ta robe jusqu’à ton visage,

et on te verra toute nue.

27 Ah, tes adultères, tes cris de désir,

ta honteuse prostitution !

Je les ai bien vues

sur les collines des campagnes,

tes abominables idoles !

Quel malheur, Jérusalem,

tu ne veux pas te purifier !

Jusqu’à quand cela durera-t-il ? »

 

Chapitre 14

A l’occasion d’une sécheresse

1 Parole du Seigneur que Jérémie reçut à l’occasion de la sécheresse.

2 « Le peuple de Juda est en deuil,

ses villes tombent en ruine,

il est sombre, assis par terre.

La plainte de Jérusalem

s’élève vers le ciel.

3 Les maîtres envoient leurs employés

à la corvée d’eau.

Ceux-ci arrivent aux citernes,

ils les trouvent à sec

et reviennent déçus,

consternés, la tête basse :

leurs récipients sont vides.

4 Les paysans sont déçus,

ils montrent leur consternation

en voyant le sol craquelé,

tant la terre a manqué de pluie.

5 Dans la campagne,

la biche abandonne

le petit qu’elle a mis bas,

car il n’y a plus de verdure.

6 Les ânes sauvages s’arrêtent

sur les hauteurs dénudées,

ils flairent le vent comme des chacals.

Leur regard s’épuise

à chercher de l’herbe

alors qu’il n’y en a plus. »

le peuple

7 « Nos torts sont accablants, c’est vrai,

mais toi, Seigneur, fais quelque chose :

ton honneur est en jeu.

Nous t’avons souvent trahi,

nous sommes coupables envers toi.

8 Toi en qui espère Israël,

toi qui l’as sauvé

au temps de la détresse,

pourquoi te conduis-tu

comme un étranger au pays,

comme un voyageur

qui n’entre que pour la nuit ?

9 Pourquoi te conduis-tu

comme un homme sans énergie

comme un héros incapable

de sauver les autres ?

Pourtant tu es parmi nous, Seigneur,

nous te sommes consacrés,

ne nous laisse pas tomber. »

10 Voici ce que le Seigneur déclare à l’intention de ce peuple : « Oui, ces gens aiment vagabonder sans retenue. » Mais cela ne plaît pas au Seigneur, il n’oublie pas leurs torts et punira leurs fautes.

1 Thessaloniciens

C’est la première lettre de Paul à l’église de Thessalonique. L’histoire de l’implantation de cette église se trouve dans le livre des Actes des Apôtres. Paul s’était précédemment rendu à Philippes où une persécution avait éclaté puis il se rendit à Thessalonique où, en un temps très court et très intense, avait été implantée une église qui grandit rapidement, mais la foule s’était levée contre eux et les persécutait. Paul et ses compagnons de voyage avaient été évacués dans la nuit.

Tout cela arriva lors du second voyage missionnaire de Paul et quelques villes plus tard, Paul se retrouva à Corinthe où il séjourna pendant un an et demi. Et c’est probablement depuis ce lieu que cette lettre fut écrite aux alentours de la fin de l’an 51 ap. J.-C. ou du début de l’an 52 ap. J.-C. Paul souhaitait retourner à Thessalonique pour les encourager et renforcer leur foi, mais cela ne lui fut pas possible et il envoya Timothée. Quand Timothée revint à Corinthe et rapporta à Paul les nouvelles de la bonne santé de l’église, Paul fut euphorique. Il fut soulagé et ravi et à ce moment qu’il écrit cette lettre.

C’est une lettre très encourageante et très personnelle de l’apôtre à l’église qu’il a établie. Étant donné qu’il n’avait pas passé beaucoup de temps à Thessalonique et puisque la croissance de l’église avait été si intense et sous la contrainte, certains des premiers croyants remirent en question ce en quoi ils croyaient et ce que Paul leur avait enseigné, en particulier dans ce qui avait trait à l’au-delà pour les croyants. Et Paul en parle. Il traite ce sujet dans cette lettre. Il leur fournit un fondement théologique plus solide grâce auquel il pourront se développer.

La première lettre de Paul aux Thessaloniciens donne un aperçu fascinant de l’église primitive, s’efforçant de vivre bien les uns avec les autres, passionnée de Dieu, mais sous le coup de la persécution.

1 Thessaloniciens 1-2:12

Salutation

1 De la part de Paul, Silas et Timothée.

A l’Église de Thessalonique, qui appartient à Dieu le Père et au Seigneur Jésus-Christ : Que la grâce et la paix vous soient accordées.

La vie et la foi des Thessaloniciens

2-10 Nous remercions toujours Dieu pour vous tous et nous pensons sans cesse à vous dans nos prières. En effet, nous nous rappelons devant Dieu notre Père votre foi si efficace, votre amour si actif et votre espérance si ferme en notre Seigneur Jésus-Christ.Nous savons, frères, que Dieu vous a aimés et vous a choisis pour être à lui. En effet, quand nous vous avons annoncé la Bonne Nouvelle, ce ne fut pas seulement en paroles, mais aussi avec la puissance et le secours du Saint-Esprit, et avec une entière conviction. Vous savez comment nous nous sommes comportés parmi vous, pour votre bien. Vous avez suivi notre exemple et celui du Seigneur ; malgré la détresse qui était la vôtre, vous avez reçu la parole de Dieu avec la joie qui vient du Saint-Esprit. Ainsi, vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et d’Achaïe. En effet, non seulement la parole du Seigneur s’est propagée de chez vous en Macédoine et en Achaïe, mais encore c’est partout que la nouvelle de votre foi en Dieu s’est répandue. Nous n’avons donc pas besoin d’en parler. Tous racontent comment vous nous avez accueillis quand nous sommes allés chez vous et comment vous avez abandonné les idoles pour vous tourner vers Dieu, afin de le servir, lui, le Dieu vivant et vrai. Vous attendez que Jésus, son Fils, vienne des cieux. C’est lui que Dieu a ramené d’entre les morts ; il nous délivre du jugement divin, qui est proche.

Chapitre 2

L’activité de Paul à Thessalonique

1-9 Vous le savez bien vous-mêmes, frères : ce n’est pas inutilement que nous sommes allés chez vous. Vous savez aussi que, peu auparavant, nous avions été insultés et maltraités à Philippes. Mais Dieu nous a donné le courage de vous annoncer sa Bonne Nouvelle, malgré une forte opposition. En effet, l’appel que nous adressons à tous n’est pas fondé sur l’erreur ou sur des motifs impurs, et nous ne cherchons à tromper personne. Au contraire, nous parlons toujours comme Dieu le veut, car il nous a jugés dignes de confiance et nous a confié sa Bonne Nouvelle. Nous ne cherchons pas à plaire aux hommes, mais à Dieu qui évalue nos intentions profondes. Vous le savez bien, nous n’avons jamais usé d’un langage flatteur ; nous n’avons pas non plus caché sous nos paroles des motifs intéressés, Dieu nous en est témoin. Nous n’avons recherché les éloges de personne, ni de vous ni des autres ; pourtant nous aurions pu vous imposer notre autorité, en tant qu’apôtres du Christ. Au contraire, nous avons fait preuve de douceur parmi vous, comme une mère qui prend soin de ses enfants. Nous avions une telle affection pour vous, que nous étions prêts à vous donner non seulement la Bonne Nouvelle de Dieu, mais encore notre propre vie. Vous nous étiez devenus si chers ! Vous vous rappelez certainement, frères, nos peines et nos fatigues : nous avons travaillé jour et nuit pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous tandis que nous vous annoncions la Bonne Nouvelle de Dieu.

10-12 Vous en êtes témoins à notre égard et Dieu l’est aussi : notre conduite envers vous, les croyants, a été pure, juste et irréprochable. Vous savez que nous avons agi avec chacun de vous comme un père avec ses enfants. Nous vous avons encouragés et réconfortés, nous vous avons demandé avec insistance de vous conduire d’une façon digne de Dieu, lui qui vous appelle à participer à son Royaume et à sa gloire.

 

Psaumes 79:1-13

Viens à notre aide, nous sommes tombés bien bas

1 Psaume appartenant au recueil d’Assaf.

O Dieu,

des étrangers ont envahi ton domaine,

ils ont souillé le temple qui t’est consacré,

ils ont fait de Jérusalem un tas de ruines.

2 Ils ont donné en pâture aux vautours les cadavres de tes serviteurs,

aux bêtes sauvages les corps de tes fidèles.

3 Tout autour de Jérusalem, le sang de tes fidèles a coulé à flots,

sans que personne vienne les mettre en terre.

4 Nous voilà insultés par nos voisins

et ridiculisés par ceux qui nous entourent.

 

5 Jusqu’à quand, Seigneur,

garderas-tu contre nous cette colère constante,

et cet acharnement qui brûle comme un feu ?

6 Emporte-toi plutôt contre ces étrangers qui t’ignorent,

contre ces royaumes où l’on ne te rend aucun culte.

7 Car ils ont pillé Israël,

ils ont dévasté son domaine.

8 Ne nous reproche pas les fautes de nos prédécesseurs,

mais par amour fais un pas vers nous.

Ne tarde pas, car nous sommes tombés bien bas.

9 O Dieu, notre Sauveur, viens à notre aide,

c’est ton honneur qui est en cause.

Délivre-nous et pardonne nos torts,

c’est ta renommée qui est en cause.

10 Pourquoi les étrangers demanderaient-ils :

« Que fait-il donc, leur Dieu ? »

Qu’ils sachent plutôt et que nous puissions voir

comment tu venges la mort de tes serviteurs !

11 Écoute avec bienveillance la plainte des prisonniers.

Toi qui as de grands pouvoirs, garde en vie les condamnés à mort.

12 Les peuples voisins t’ont provoqué, Seigneur ;

fais-les payer sept fois pour leurs insultes.

 

13 Mais nous qui sommes ton peuple,

le troupeau dont tu es le berger,

nous chanterons toujours tes louanges ;

de siècle en siècle, nous célébrerons ta gloire.

 

Proverbes 24:30-34

30 Un jour, je suis passé près du champ et de la vigne d’un homme paresseux et à la tête vide.
31 Des ronces et des mauvaises herbes poussaient partout, le mur de clôture était écroulé.
32-33 J’ai réfléchi à ce que j’avais vu et j’en ai tiré la leçon :tu dors un peu, tu t’assoupis un petit moment, tu restes étendu en te croisant les bras.
34 Pendant ce temps, la pauvreté arrive sur toi comme un rôdeur, la misère te surprend comme un pillard.

 Le passage d’aujourd’hui du livre des Proverbes décrit le vignoble d’une personne paresseuse, il est envahi par la végétation et est en mauvais état, ce qui conduit finalement à la pauvreté. Cette image peut également être appliquée à notre propre paresse dans l’entretien de notre relation avec Dieu. La vigilance est nécessaire pour vivre une vie réussie dans la foi. Nos vies spirituelles doivent être chaque jour cultivées, et soignées, nous devons y enlever les mauvaises herbes. Si nous devenons paresseux et négligeons notre relation avec Dieu, les mauvaises herbes vont s’infiltrer et affaiblir notre solide fondation, l’amenant à se désagréger. Le résultat est la pauvreté spirituelle. Au lieu de cela, nous devons travailler avec diligence pour prendre soin de notre vie spirituelle afin que nous puissions vivre ce pour quoi nous avons été conçus : une relation vivante, épanouissante, croissante, fructueuse et fertile avec Dieu.

Ces remarques sont issues du livre PASSAGES BIBLE, publié par Zondervan avec Daily Audio Bible, et traduites en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.