Jour 279 : 6 Octobre

Car c’est en lui, c’est dans son corps, qu’habite toute la plénitude de ce qui est en Dieu.  Et par votre union avec lui, vous êtes pleinement comblés, car il est le chef de toute autorité et de toute puissance.
(Colossiens 2:9-10)

Bouton Web ECOUTER (audio radio live musique en direct lecture)

Aujourd’hui : Jérémie 6:16-8:7; Colossiens 2:8-23; Psaumes 78:1-31 et Proverbes 24:26 en version Bible en français courant.

Jérémie 6:16-8:7

16 Voici ce que déclare le Seigneur :

Arrêtez-vous un instant

sur la route où vous marchez ;

regardez et informez-vous

des expériences du passé.

Cherchez le bon chemin,

suivez-le et vous vivrez tranquilles.

Mais ils ont répondu :

“Nous n’en ferons rien.”

17 J’ai placé des sentinelles

pour les avertir : Attention,

le cor sonne l’alerte !

Mais ils ont répondu :

“Ça nous est égal.”

18 Écoutez donc, vous les nations,

sachez tous ce qui va leur arriver.

19 Écoutez, peuples du monde entier :

Je vais envoyer à ces gens le malheur

que méritent leurs intentions mauvaises.

Ils n’ont pas pris garde

à ce que je leur disais,

ils n’ont pas voulu

de mes enseignements.

20 A quoi bon importer pour moi

de l’encens de Saba

et du roseau aromatique

d’un pays lointain ?

Les animaux qu’ils m’offrent

en les brûlant sur l’autel

ne me causent aucun plaisir,

leurs sacrifices ne me sont pas agréables.

21 Voici donc ce que déclare le Seigneur :

Je vais mettre devant ces gens

un obstacle ; ils y buteront

et ils en perdront tous la vie,

les pères, leurs fils,

leurs voisins, leurs amis. »

 

L’ennemi arrive du nord

22 Voici ce que déclare le Seigneur :

« Un peuple arrive d’un pays du nord ;

une grande nation se met en route

depuis le bout du monde.

23 Ses soldats brandissent l’arc et le sabre,

ils sont sauvages et sans pitié.

Ils font autant de bruit

que la mer quand elle mugit.

Ils sont montés sur des chevaux

et rangés pour la bataille

en ordre parfait ;

et c’est contre toi, Sion ! »

le peuple

24 « A cette nouvelle les bras nous tombent,

l’angoisse nous saisit,

comme une femme au moment d’accoucher.

25 Ne sortez pas dans la campagne,

n’allez pas sur les routes,

car l’ennemi s’y trouve et tue ;

c’est la terreur de toutes parts. »

le Seigneur

26 « Mon peuple, mets autour de tes reins

l’étoffe de deuil,

roule-toi dans la poussière,

commence les rites de deuil

comme pour un fils unique,

chante une amère lamentation,

car l’ennemi dévastateur

arrive soudain sur toi. »
Un métal impossible à purifier

le Seigneur

27 « Jérémie, je fais de toi

un essayeur de métaux

pour éprouver mon peuple :

tu auras à reconnaître

et à apprécier sa conduite. »

Jérémie

28 Ce sont tous des rebelles endurcis,

des calomniateurs,

durs comme le bronze ou le fer,

ce sont tous des malfaiteurs.

29 Le soufflet de forge s’essouffle ;

sous l’effet du feu

le plomb devrait disparaître.

Mais c’est pour rien qu’on s’acharne

à purifier l’argent :

les impuretés ne se détachent pas.

30 “Un argent sans valeur”,

c’est ce qu’on dit de ces gens,

le Seigneur n’en veut pas.

Chapitre 7

Une confiance illusoire

1-7 Jérémie reçut du Seigneur cette parole : Place-toi à l’entrée du temple et proclames-y le message que voici : « Vous tous, gens de Juda qui passez par cette entrée pour participer au culte, écoutez ce que dit le Seigneur. Voici donc ce que déclare le Seigneur de l’univers, le Dieu d’Israël : Conduisez-vous et agissez comme il convient ; alors je vous laisserai vivre dans ce pays. Ne croyez pas à ce slogan trompeur : “C’est ici le temple où demeure le Seigneur, le temple du Seigneur, oui, le temple du Seigneur.” Conduisez-vous et agissez plutôt comme il convient : rendez une vraie justice entre deux hommes en procès, renoncez à profiter de la faiblesse de l’émigré, de l’orphelin ou de la veuve, cessez de mettre à mort ici même des innocents, et de vous attacher, pour votre malheur, à des dieux étrangers. Alors je vous laisserai vivre ici dans ce pays que j’ai donné à vos ancêtres depuis toujours et pour toujours.

8-11 « Mais vous vous fiez à des slogans trompeurs et sans valeur. Quoi ! Vous commettez des vols, des meurtres, des adultères, vous faites de faux serments, vous offrez des sacrifices à Baal, vous vous attachez à des dieux étrangers, avec lesquels vous n’avez rien de commun. Puis vous venez vous présenter devant moi, dans ce temple qui m’est consacré, et vous déclarez : “Nous voilà sauvés !” et cela pour continuer à commettre ces horreurs ! Ce temple qui m’est consacré, le prenez-vous pour une caverne de voleurs ? C’est pourtant bien ce que je vois, déclare le Seigneur.

12-15 « Allez donc au lieu saint que j’avais à Silo où se trouvait autrefois ma résidence, et regardez la ruine que j’en ai faite à cause des méfaits d’Israël, mon peuple. Eh bien, déclare le Seigneur, vous avez agi aussi mal. Je vous l’ai dit et n’ai cessé de vous le répéter sans que vous écoutiez ; je vous ai appelés sans que vous répondiez. C’est pourquoi ce temple qui m’est consacré, ce temple dans lequel vous mettez votre confiance, ce lieu que j’ai donné à vos ancêtres et à vous, je vais le traiter comme j’ai traité Silo. Et je vous rejetterai loin de moi, comme j’ai rejeté vos frères, les gens d’Éfraïm. »
Une prière que Dieu n’écoutera pas

16-19 « Toi, Jérémie, ne m’adresse aucune demande en faveur de ce peuple, ne fais monter vers moi ni prière ni supplication pour eux. N’insiste pas auprès de moi, car je ne t’écouterai pas. Ne vois-tu pas ce qu’ils font dans les villes de Juda et les rues de Jérusalem ? Les enfants ramassent du bois, les pères allument du feu, les femmes préparent la pâte pour faire des gâteaux dédiés à la Reine du ciel ; ils me blessent en présentant des offrandes de vin à des dieux étrangers. En fait, est-ce moi qu’ils blessent ? demande le Seigneur. Non, c’est eux-mêmes, pour leur propre honte. »

20 C’est pourquoi voici ce que déclare le Seigneur Dieu : « Je vais laisser déborder mon ardente indignation sur cette ville, sur les hommes et sur les bêtes, sur les arbres de la campagne et les produits du sol. Elle sera comme un feu qui ne s’éteint pas. »
Une nation qui n’écoute pas son Dieu

226 Voici ce que déclare le Seigneur de l’univers, le Dieu d’Israël : « Ajoutez la viande de vos sacrifices complets à celle de vos sacrifices ordinaires et mangez-la vous-mêmes. Quand j’ai fait sortir vos ancêtres d’Égypte, je ne leur ai rien dit et ne leur ai donné aucun ordre au sujet de ces deux sortes de sacrifices. Par contre, je leur ai ordonné ceci : Écoutez ce que je vous dis, pour que je sois votre Dieu et que vous soyez mon peuple. Suivez exactement le chemin que je vous indique, et vous vous en trouverez bien. Mais ils n’ont pas écouté, ils n’ont pas été attentifs, ils ont suivi délibérément leurs intentions mauvaises. Au lieu de regarder vers moi, ils m’ont tourné le dos. Depuis que vos ancêtres sont sortis d’Égypte jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas cessé de vous envoyer jour après jour mes serviteurs les prophètes. Mais vous ne m’avez pas écouté, vous n’avez pas été attentifs, vous vous êtes cabrés. Vous avez été pires que vos ancêtres.

27-28 « Toi, Jérémie, tu vas leur dire tout cela, mais ils ne t’écouteront pas ; tu vas leur transmettre mon appel, mais ils ne répondront pas. Alors tu leur diras : Vous êtes la nation qui n’écoute pas ce que dit le Seigneur, son Dieu, et qui refuse ses avertissements. Chez vous la fidélité est morte, elle a disparu de vos propos. »

La vallée du massacre

29 « Peuple de Juda, dit le Seigneur,

coupe les longs cheveux

qui marquent ta consécration

et jette-les.

Sur les hauteurs dénudées

entonne une complainte.

Tu es une génération

qui a provoqué ma colère,

je ne veux plus de toi, je te rejette.

30-31 « En effet, dit le Seigneur, je condamne ce qu’ont fait les gens de Juda : ils ont placé leurs abominables idoles dans le temple qui m’est consacré, et ils l’ont rendu impur. Dans la vallée de Hinnom, ils ont aménagé un lieu sacré, le Tofeth, pour y brûler en sacrifice leurs fils et leurs filles. Je n’avais pourtant rien commandé de pareil, l’idée ne m’en serait jamais venue.

32-34 « C’est pourquoi, déclare le Seigneur, le jour vient où l’on ne dira plus “le Tofeth” ni “la vallée de Hinnom”, mais “la vallée du Massacre”. C’est là qu’on enterrera les morts, par manque de place ailleurs. Les cadavres de ces gens serviront de pâture aux vautours et aux chacals que personne ne viendra déranger. Dans les villes de Juda et les rues de Jérusalem, je ferai cesser les bruits de fête, les cris de joie et les chansons des jeunes mariés, car le pays deviendra un champ de ruines.

Chapitre 8

1-3 « Alors, déclare le Seigneur, on déterrera les ossements des rois de Juda, ceux des ministres, ceux des prêtres, ceux des prophètes et ceux des habitants de Jérusalem. On les laissera éparpillés devant le Soleil, la Lune et l’Armée des étoiles, que ces gens ont aimés, auxquels ils ont rendu un culte, auxquels ils se sont attachés, qu’ils ont consultés et adorés. On ne recueillera pas ces ossements, on ne les remettra pas dans une tombe, mais ils resteront comme du fumier à la surface du sol. La mort vaudra mieux que la vie pour ceux qui resteront de cette méchante population, partout où je l’aurai dispersée, déclare le Seigneur de l’univers. »

Une attitude incompréhensible

4 « Dis-leur : Voici ce que déclare le Seigneur :

Quand on fait une chute,

ne se relève-t-on pas ?

Quand on a fait fausse route,

ne revient-on pas sur ses pas ?

5 Alors pourquoi

ce peuple de Jérusalem,

qui fait fausse route,

persiste-t-il dans sa trahison ?

Ces gens tiennent à leurs faux dieux,

ils refusent de revenir à moi.

6 J’ai bien écouté ce qu’ils disent :

ça ne tient pas debout.

Aucun ne regrette ses mauvais choix,

ni ne se demande :

“Mais qu’ai-je donc fait ?”

Chacun reprend sa course folle

comme un cheval emballé

en pleine bataille.

7 Même la cigogne connaît

le moment de sa migration ;

tourterelle, hirondelle et grive

savent quand il faut revenir.

Mais mon peuple ne connaît rien

aux règles que j’ai établies. »

Colossiens 2:8-23

8-10 Prenez garde que personne ne vous séduise par les arguments trompeurs et vides de la sagesse humaine : elle se fonde sur les traditions des hommes, sur les forces spirituelles du monde, et non sur le Christ. Car tout ce qui est en Dieu a pris corps dans le Christ et habite pleinement en lui ; et c’est par lui que vous avez tout reçu pleinement, lui qui domine toute autorité et tout pouvoir spirituels.

115 Dans l’union avec lui, vous avez été circoncis, non pas de la circoncision faite par les hommes, mais de la circoncision qui vient du Christ et qui nous délivre de notre être pécheur. En effet, quand vous avez été baptisés, vous avez été mis au tombeau avec le Christ, et vous êtes aussi ressuscités avec lui, parce que vous avez cru en la puissance de Dieu qui l’a ramené d’entre les morts. Autrefois, vous étiez spirituellement morts à cause de vos fautes et parce que vous étiez des incirconcis, des païens. Mais maintenant, Dieu vous a fait revivre avec le Christ. Il nous a pardonné toutes nos fautes. Il a annulé le document qui nous accusait et qui nous était contraire par ses dispositions : il l’a supprimé en le clouant à la croix. C’est ainsi que Dieu a désarmé les autorités et pouvoirs spirituels ; il les a donnés publiquement en spectacle en les emmenant comme prisonniers dans le cortège triomphal de son Fils.

16-19 Ainsi, ne laissez personne vous juger à propos de ce que vous mangez ou buvez, ou pour une question de fête, de nouvelle lune ou de sabbat. Tout cela n’est que l’ombre des biens à venir ; mais la réalité, c’est le Christ. Ne vous laissez pas condamner par des gens qui prennent plaisir à des pratiques extérieures d’humilité et au culte des anges, et qui attachent beaucoup d’importance à leurs visions. De tels êtres sont enflés d’un vain orgueil par leur façon trop humaine de penser ; ils ne restent pas attachés au Christ, qui est la tête. C’est pourtant grâce au Christ que le corps entier est nourri et bien uni par ses jointures et ses articulations, et qu’il grandit comme Dieu le veut.
Mourir et vivre avec le Christ

20-23 Vous êtes morts avec le Christ et avez été délivrés des forces spirituelles du monde. Alors, pourquoi vivez-vous comme si vous dépendiez de ce monde, en acceptant qu’on vous impose des règles de ce genre : « Ne prends pas ceci », « Ne goûte pas cela », « N’y touche pas » ? Elles concernent des choses destinées à disparaître dès qu’on en fait usage. Il s’agit là de prescriptions et d’enseignements purement humains. Certes, ces règles ont une apparence de sagesse, car elles parlent de religion personnelle, d’humilité et d’obligation de traiter durement son corps ; mais elles n’ont aucune valeur pour maîtriser les désirs de notre propre nature.

Psaumes 78:1-31

Le passé d’Israël, une leçon à ne pas oublier

1 Poème chanté appartenant au recueil d’Assaf.

Mon peuple, écoute bien mes instructions,

tends une oreille attentive à ce que je dis.

2 Je veux m’exprimer par une parabole,

et dégager les leçons du passé.

3 Ce passé nous est familier,

tant nous l’avons entendu raconter,

tant nos parents nous en ont fait le récit.

4 Nous voulons non pas le cacher à nos enfants,

mais répéter à la génération qui suit

les motifs qu’ils ont de louer le Seigneur,

sa puissance et les merveilles qu’il a faites.

 

5 Il a établi une règle pour son peuple,

il a institué une loi en Israël.

Elle ordonnait à nos ancêtres

d’enseigner cette Histoire à leurs enfants.

6 Ainsi la génération qui suivrait, celle des enfants à naître,

la connaîtrait à son tour et pourrait répéter à ses propres enfants

7 de mettre leur confiance en Dieu,

de ne pas oublier ce qu’il a fait

et d’observer ses commandements.

8 Alors ils n’imiteraient plus cette génération de leurs ancêtres

qui fut indocile et rebelle,

de cœur inconstant et d’esprit infidèle à Dieu.

9 Les gens de la tribu d’Éfraïm, armés pour le tir à l’arc,

ont tourné le dos, le jour du combat :

10 ils n’avaient pas respecté l’engagement qui les liait à Dieu,

ils avaient refusé de suivre sa loi,

11 ils avaient oublié ses exploits

et les merveilles qu’il leur avait fait voir.

 

12 En Égypte, dans la région de Soan,

sous les yeux de leurs ancêtres,

il avait fait des prodiges :

13 il fendit la mer pour les faire traverser,

il figea ses eaux comme une muraille.

14 Le jour il les guidait grâce à une colonne de fumée,

et toute la nuit à la lumière d’un feu.

15 Il avait fendu des rochers dans le désert

pour les faire boire aux eaux souterraines.

16 De la pierre, il avait fait jaillir des ruisseaux

et couler des torrents d’eau.

17 Mais ils commirent de nouvelles fautes :

dans cette terre aride, ils s’opposèrent au Dieu très-haut.

18 Ils osèrent mettre Dieu au défi

en réclamant de quoi manger.

19 Ils médirent de Dieu en posant la question :

« Dieu est-il vraiment capable

de nous servir un repas dans le désert ?

20 C’est vrai, il a frappé le rocher

pour en faire couler de l’eau et ruisseler des torrents.

Mais pourrait-il aussi nous fournir du pain

ou offrir de la viande à tous ? »

21 Le Seigneur se fâcha en entendant ces mots,

sa colère éclata contre Israël,

comme un feu allumé contre son peuple.

22 Car les siens n’avaient pas cru en lui,

ils n’avaient pas compté sur son secours.

23 Il donna pourtant des ordres aux nuages,

il ouvrit les portes du ciel,

24 il fit pleuvoir sur eux de quoi manger, la manne ;

à son peuple il donna le pain du ciel.

25 Il leur envoya des vivres tant qu’ils en voulurent ;

les hommes purent manger le pain des anges.

26 Puis Dieu déchaîna le vent d’est dans le ciel,

il força le vent du sud à souffler,

27 et fit descendre sur eux de la viande

comme un nuage de poussière :

des oiseaux en aussi grande quantité

que le sable au bord de la mer.

28 Il les fit tomber en plein dans le camp,

tout autour des tentes d’Israël.

29 Le Seigneur ayant satisfait leurs désirs,

ils en mangèrent beaucoup, tant qu’ils voulurent.

30 Mais ils n’étaient pas encore repus,

ils avaient encore la bouche pleine,

31 que la colère de Dieu éclata contre eux.

Il massacra une partie de l’élite,

il terrassa les jeunes hommes d’Israël.

Proverbes 24:26

26 Une réponse donnée avec franchise est une vraie preuve d’amitié.

Colossiens 2.13-15 nous rappelle que, par la mort du Christ sur la croix, Dieu a éliminé les accusations qui pesaient contre nous. Dieu les a portés et les a cloués sur la croix, il a fait que Christ soit victorieux sur le péché et la mort. La bonne nouvelle du salut, c’est que ce n’est pas quelque chose que nous pouvons gagner ou mériter à cause de notre bon comportement. Avant Christ, notre vieille nature pécheresse nous contrôlait. C’est par la mort du Christ et sa résurrection que la vieille nature a été mise à mort (voir Rom. 6.6) et a été remplacée par une nouvelle (voir Col. 3.9-10). Le don du salut nous donne une nouvelle identité, change notre monde, et nous donne la possibilité d’être considérés comme des enfants bien-aimés de Dieu.

Ces remarques sont issues du livre PASSAGES BIBLE, publié par Zondervan avec Daily Audio Bible, et traduites en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.