Jour 336 : 2 Décembre

Voici comment nous savons ce qu’est l’amour : Jésus-Christ a donné sa vie pour nous. Donc, nous aussi, nous devons être prêts à donner notre vie pour nos frères.

(1 Jean 3:16)

Bouton Web ECOUTER (audio radio live musique en direct lecture)

Aujourd’hui Daniel 9:1-11:1, 1 Jean 2:18-3:16, Psaumes 121:1-8 et Proverbes 28:27-28 en version Bible en français courant.

Daniel 9-11:1

Prière de Daniel

1-19 « Durant la première année où Darius, fils de Xerxès, de la dynastie mède, régna sur le royaume babylonien, moi, Daniel, je consultai les livres sacrés afin de comprendre la signification de ce que le Seigneur avait communiqué au prophète Jérémie, concernant les soixante-dix années pendant lesquelles Jérusalem devait être en ruine. Je me mis à jeûner et, vêtu d’habits en étoffe grossière, la tête couverte de cendres, je me tournai vers le Seigneur Dieu pour le prier et lui adresser des supplications. Je présentai au Seigneur mon Dieu cette prière de confession des péchés :« Ah, Seigneur, Dieu grand et redoutable, tu maintiens ton alliance avec ceux qui obéissent à tes commandements, et tu restes fidèle envers ceux qui t’aiment. Nous avons désobéi, nous avons péché, nous sommes coupables ; nous nous sommes révoltés contre toi, nous nous sommes détournés de tes commandements et de tes règles. Nous n’avons pas écouté tes serviteurs les prophètes qui ont parlé de ta part à nos rois, à nos chefs, à nos ancêtres et au peuple tout entier. Toi, Seigneur, tu es sans faute ! Nous, nous ne pouvons que nous humilier, comme en ce jour, nous, habitants de Jérusalem, gens de Juda, et tous les autres Israélites, proches ou lointains, dispersés dans les pays où tu les as chassés à cause de leur infidélité à ton égard. Oui, Seigneur, honte à nous, à nos rois, nos chefs et nos ancêtres, car nous t’avons désobéi ! Mais toi, Seigneur notre Dieu, dans ta bienveillance, tu nous pardonnes, bien que nous nous soyons révoltés contre toi. Nous ne t’avons pas écouté, lorsque tu nous ordonnais d’obéir aux lois que tu nous communiquais par tes serviteurs les prophètes. Le peuple d’Israël en entier a violé ta loi et s’est détourné pour ne pas écouter tes instructions. Alors, à cause de nos désobéissances, la malédiction promise dans la loi de Moïse, ton serviteur, s’est déversée sur nous. Tu as réalisé ce que tu avais annoncé au sujet de nous-mêmes et des chefs qui nous gouvernent : tu as fait venir sur nous, à Jérusalem, des malheurs tels qu’on n’en a jamais vu ailleurs dans le monde. Conformément à ce qui est écrit dans la loi de Moïse, tous ces malheurs nous sont arrivés ; et nous, Seigneur notre Dieu, nous ne t’avons pas supplié de t’apaiser, nous ne nous sommes pas détournés de nos péchés, nous n’avons pas tenu compte de ta ferme résolution. C’est pourquoi tu n’as pas manqué de faire venir sur nous ces malheurs. En effet, Seigneur notre Dieu, tu es juste dans tout ce que tu fais, mais nous n’avons pas écouté tes instructions. « Seigneur notre Dieu, lorsque tu as fait sortir ton peuple d’Égypte grâce à ta force irrésistible, tu as acquis une renommée qui subsiste encore aujourd’hui ; mais nous, nous avons désobéi et nous sommes coupables. Seigneur, renouvelle tes bienfaits, détourne ton ardente colère de Jérusalem, ta ville, ta montagne sacrée. A cause de nos fautes et des péchés de nos ancêtres, les nations qui nous entourent couvrent d’insultes Jérusalem et ton peuple. Écoute donc, Seigneur notre Dieu, la prière et les supplications que je t’adresse. Par égard pour toi-même, regarde avec bonté ton sanctuaire dévasté. Mon Dieu, écoute bien, regarde attentivement ; vois l’état de dévastation de notre ville, cette ville qui t’est consacrée. En te présentant nos supplications, nous ne comptons pas sur nos mérites, mais sur ton amour infini. Seigneur, écoute-nous ! Seigneur, pardonne-nous ! Seigneur, sois attentif ! Par égard pour toi, mon Dieu, interviens sans tarder en faveur de cette ville et de ce peuple qui te sont consacrés. »

La prophétie des soixante-dix périodes

20-27 « Je continuai de prier, de confesser mes fautes et celles d’Israël mon peuple, et d’adresser mes supplications au Seigneur mon Dieu au sujet de sa montagne sacrée. Or, tandis que je priais ainsi, l’ange Gabriel, que j’avais vu dans ma vision précédente, s’approcha de moi d’un vol rapide, à l’heure où l’on offre le sacrifice de l’après-midi. Il m’instruisit en me disant : “Daniel, je suis venu maintenant pour éclairer ton intelligence. Dès que tu as commencé de supplier Dieu, un message a été prononcé de sa part, et je suis venu te le communiquer, car Dieu t’aime. Efforce-toi donc de comprendre ce message et de discerner le sens de la vision. Une période de soixante-dix fois sept ans a été fixée pour ton peuple et pour la ville où tu demeures ; c’est nécessaire pour que la désobéissance prenne fin, que les fautes cessent et que les péchés soient pardonnés, pour que la justice éternelle se manifeste, que la vision et la prophétie s’accomplissent et que le temple de Dieu soit consacré de nouveau. Voici donc ce que tu dois savoir et comprendre : depuis l’instant où a été prononcé le message concernant le retour d’exil et la reconstruction de Jérusalem, jusqu’à l’apparition du chef consacré, il y a sept périodes de sept ans. Ensuite, pendant soixante-deux périodes de sept ans, la ville et ses fortifications seront reconstruites, mais les temps seront difficiles. A la fin de ces soixante-deux périodes, un homme consacré sera tué sans que personne le défende. Puis un chef viendra avec son armée et détruira la ville et le sanctuaire. Toutefois ce chef finira sous le déferlement de la colère divine. Mais jusqu’à sa mort il mènera une guerre dévastatrice, comme cela a été décidé. Pendant la dernière période de sept ans, il imposera de dures obligations à un grand nombre de gens. Au bout de trois ans et demi, il fera même cesser les sacrifices et les offrandes. Ce dévastateur accomplira ses œuvres abominables avec rapidité, jusqu’à ce que la fin qui a été décidée s’abatte sur lui.” »

Chapitre 10

Troisième vision : l’homme vêtu de lin

1-11 :1 Durant la troisième année du règne de Cyrus, roi de Perse, un message de Dieu fut révélé à Daniel, appelé aussi Beltassar. Ce message, digne de foi, annonçait de grandes difficultés. Daniel y réfléchit attentivement et en découvrit le sens grâce à la vision. « A cette époque, moi, Daniel, j’observai les rites de deuil pendant trois semaines complètes : Je ne mangeai aucun mets délicat, je ne consommai ni viande ni vin, et je renonçai à me parfumer la tête, jusqu’à ce que ces trois semaines soient passées. Le vingt-quatrième jour du premier mois, je me trouvais au bord du Tigre, le grand fleuve. Tandis que je regardais, j’aperçus un personnage, vêtu d’habits de lin, avec une ceinture en or pur autour de la taille. Son corps ressemblait à une pierre précieuse, son visage brillait comme un éclair, ses yeux étaient pareils à des torches enflammées, ses bras et ses jambes luisaient comme du bronze poli. Quand il parlait, on croyait entendre le bruit d’une foule. Moi, Daniel, je fus le seul à voir cette apparition. Les gens qui m’entouraient ne virent rien, et pourtant, saisis de terreur, ils coururent se cacher. Je demeurai donc tout seul à contempler cette apparition impressionnante. Cependant mes forces me quittèrent, mon visage changea de couleur, il devint livide, et je me retrouvai sans aucune énergie. J’entendis le personnage prononcer des paroles ; au bruit de sa voix, je perdis connaissance et m’écroulai le visage contre terre. Alors une main me toucha et me fit tenir, tout tremblant, sur mes genoux et mes mains. Le personnage me dit : “Daniel, toi que Dieu aime, efforce-toi de comprendre le sens des paroles que je t’adresse. Tiens-toi debout, car c’est auprès de toi que j’ai été envoyé en cet instant.” A ces mots, je me mis debout en tremblant encore. Il ajouta : “N’aie pas peur, Daniel ! Dès le premier jour où tu as manifesté ton humble soumission envers ton Dieu, en ayant à cœur de comprendre ce qui se passait, ta prière a été entendue et je me suis mis en route pour t’apporter la réponse. Mais l’ange protecteur de l’empire perse s’est opposé à moi pendant vingt et un jours, jusqu’au moment où Michel, l’un des principaux anges, est venu à mon aide. J’ai donc été retenu auprès des rois de Perse. Et maintenant je viens pour te faire comprendre ce qui arrivera à ton peuple dans l’avenir, car voici encore une vision qui concerne ce temps-là.” « Tandis qu’il m’adressait ces paroles, j’avais le regard fixé au sol et j’étais incapable de prononcer un mot. Mais un autre être, qui avait une apparence humaine, vint toucher mes lèvres, et je pus de nouveau ouvrir la bouche et parler. Je dis au personnage qui se tenait en face de moi : “Mon seigneur, à cause de cette vision, l’angoisse m’a saisi et je me retrouve sans force. Comment pourrais-je, moi, un homme insignifiant, m’entretenir avec mon seigneur, alors qu’il ne me reste ni force ni souffle ?” Aussitôt celui qui avait une apparence humaine me toucha de nouveau pour me redonner des forces, et l’autre personnage me dit : “Homme que Dieu aime, n’aie pas peur ! Tout va bien pour toi ! Reprends courage, retrouve tes forces !” Au fur et à mesure qu’il me parlait, mes forces revenaient. Je lui dis alors : “Mon seigneur, tu peux me parler, car tu m’as redonné des forces.” reprit : “Sais-tu pourquoi je suis venu vers toi ? C’est pour t’annoncer ce qui est écrit dans le livre de vérité. Pourtant j’ai encore à combattre l’ange protecteur de la Perse, et juste au moment où je vais y aller, l’ange protecteur de la Grèce arrive. Et personne ne m’aide à combattre ces adversaires, si ce n’est Michel, l’ange protecteur d’Israël, que j’ai moi-même aidé et soutenu pendant la première année du règne de Darius le Mède.

1 Jean 2:18-3:16

L’Adversaire du Christ

18-29 Mes enfants, voici la dernière heure ! Vous avez entendu dire que l’Adversaire du Christ va venir ; or, maintenant, de nombreux adversaires du Christ sont apparus et nous savons ainsi que nous en sommes à la dernière heure. Ces gens nous ont quittés, mais ils n’étaient pas vraiment des nôtres ; en effet, s’ils avaient été des nôtres, ils seraient restés avec nous. Mais ils nous ont quittés afin qu’il soit évident qu’aucun d’eux n’était vraiment des nôtres. Quant à vous, vous avez reçu le Saint-Esprit de la part du Christ, de sorte que vous connaissez tous la vérité. Donc, si je vous écris ce n’est pas parce que vous ne connaissez pas la vérité, mais c’est bien parce que vous la connaissez ; vous savez aussi qu’aucun mensonge ne provient de la vérité. Qui est alors le menteur ? C’est celui qui déclare que Jésus n’est pas le Christ. Celui-là est l’Adversaire du Christ : il rejette à la fois le Père et le Fils. En effet, celui qui rejette le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui reconnaît le Fils a également le Père. C’est pourquoi, prenez soin de garder dans votre cœur le message que vous avez entendu dès le commencement. Si vous gardez en vous ce que vous avez entendu dès le commencement, vous demeurerez vous aussi unis au Fils et au Père. Et voici ce que le Christ nous a promis : la vie éternelle. Je tenais à vous écrire ceci au sujet de ceux qui cherchent à vous égarer. Quant à vous, l’Esprit que vous avez reçu du Christ demeure en vous ; vous n’avez donc pas besoin qu’on vous instruise. En effet, l’Esprit vous instruit de tout : il enseigne la vérité et non le mensonge. C’est pourquoi, faites ce qu’il vous a enseigné : demeurez unis au Christ. Oui, mes enfants, demeurez unis au Christ, afin que nous soyons pleins d’assurance quand il paraîtra et que nous n’ayons pas à rougir de honte devant lui le jour de sa venue. Vous savez que le Christ est juste ; par conséquent vous devez aussi savoir que quiconque fait ce qui est juste est enfant de Dieu.

Chapitre 3

Enfants de Dieu

1-10 Voyez à quel point le Père nous a aimés ! Son amour est tel que nous sommes appelés enfants de Dieu, et c’est ce que nous sommes réellement. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : il n’a pas connu Dieu. Mes chers amis, nous sommes maintenant enfants de Dieu, mais ce que nous deviendrons n’est pas encore clairement révélé. Cependant, nous savons ceci : quand le Christ paraîtra, nous deviendrons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Quiconque met une telle espérance en lui se rend pur, comme Jésus-Christ lui-même est pur. Quiconque pèche s’oppose à la loi de Dieu, car le péché est la révolte contre cette loi. Vous le savez, Jésus-Christ est apparu pour enlever les péchés et il n’y a pas de péché en lui. Ainsi, quiconque demeure uni à lui cesse de pécher ; mais celui qui continue à pécher prouve par là qu’il ne l’a pas vu et ne l’a pas connu. Mes enfants, ne vous laissez égarer par personne ! Celui qui fait ce qui est juste est lui-même juste, comme Jésus-Christ est juste. Celui qui continue à pécher appartient au diable, car le diable a péché dès le commencement. Le Fils de Dieu est apparu précisément pour détruire les œuvres du diable. Quiconque est devenu enfant de Dieu cesse de pécher, car la puissance de vie de Dieu agit en lui ; puisque Dieu est son Père, il ne peut pas continuer à pécher. Voici ce qui distingue clairement les enfants de Dieu des enfants du diable : quiconque ne fait pas ce qui est juste, ou n’aime pas son frère, n’appartient pas à Dieu.

S’aimer les uns les autres

11-16 En effet, voici le message que vous avez entendu dès le commencement : aimons-nous les uns les autres. Ne soyons pas comme Caïn : il appartenait au Mauvais et tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? Parce que les actions de Caïn étaient mauvaises, tandis que celles de son frère étaient justes. Ne vous étonnez pas, frères, si les gens de ce monde vous haïssent. Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie ; nous le savons parce que nous aimons nos frères. Celui qui n’aime pas est encore sous le pouvoir de la mort. Quiconque a de la haine pour son frère est un meurtrier. Or vous savez qu’aucun meurtrier n’a de place en lui pour la vie éternelle. Voici comment nous savons ce qu’est l’amour : Jésus-Christ a donné sa vie pour nous. Donc, nous aussi, nous devons être prêts à donner notre vie pour nos frères.

Psaumes 121:1-8

Qui pourra me secourir ?

1 Chant pour les pèlerinages.

Je regarde vers les montagnes :

Y a-t-il quelqu’un qui pourra me secourir ?

2 – Pour moi, le secours vient du Seigneur,

qui a fait le ciel et la terre.

3 Qu’il te préserve des faux pas,

qu’il te garde sans se relâcher !

4 Lui qui garde Israël

sans se relâcher, sans dormir,

5 il te gardera, il restera à tes côtés

comme une ombre protectrice.

6 Ainsi pendant le jour, le soleil ne te nuira pas,

ni la lune pendant la nuit.

7 Le Seigneur préservera ta vie,

il te gardera de tout mal.

8 Oui, le Seigneur te gardera de ton départ jusqu’à ton arrivée,

dès maintenant et toujours !

Proverbes 28:27-28

27 L’homme généreux envers les pauvres ne manquera jamais de rien, mais celui qui ferme les yeux sur leur misère sera maudit par beaucoup.

28 Quand les méchants l’emportent, chacun se met à l’abri. Lorsqu’ils sont renversés, beaucoup de justes se manifestent.

L’histoire d’aujourd’hui du livre de Daniel contient une grande leçon pour tous les croyants : lorsque l’on attend une réponse de Dieu et que celle-ci ne vient pas, nous devons combattre notre lassitude et arrêter de douter que Dieu nous écoute, Il nous écoute. Soyez patient. Nous ne savons pas toujours pourquoi Dieu fait les choses comme Il les fait, mais nous savons que nous devons persévérer. Souvenez-vous de Daniel pendant ces périodes. Sa prière persistante a fini par payer, il en sera de même pour nous aussi.

Ces remarques sont issues du livre PASSAGES BIBLE, publié par Zondervan avec Daily Audio Bible, et traduites en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.