Jour 334 : 30 Novembre

Je me réjouis de ta parole, comme celui qui trouve un grand butin.
(Psaumes 119:162)

Bouton Web ECOUTER (audio radio live musique en direct lecture)Aujourd’hui : Daniel 7:1-28 ; 1 Jean 1:1-10 ; Psaumes 119:153-176 et Proverbes 28:23-24  en version Nouvelle Edition de Genève.

Daniel 7

Vision des quatre animaux

 

1 La première année de Belschatsar, roi de Babylone, Daniel eut un songe et des visions se présentèrent à son esprit, pendant qu’il était sur sa couche. Ensuite il écrivit le songe, et raconta les principales choses.
Daniel commença et dit: Je regardais pendant ma vision nocturne, et voici, les quatre vents des cieux firent irruption sur la grande mer. Et quatre grands animaux sortirent de la mer, différents les uns des autres.>
Le premier était semblable à un lion, et avait des ailes d’aigle; je regardai, jusqu’au moment où ses ailes furent arrachées; il fut enlevé de terre et mis debout sur ses pieds comme un homme, et un cœur d’homme lui fut donné.
Et voici, un second animal était semblable à un ours, et se tenait sur un côté; il avait trois côtes dans la gueule entre les dents, et on lui disait: Lève-toi, mange beaucoup de chair.
Après cela je regardai, et voici, un autre était semblable à un léopard, et avait sur le dos quatre ailes comme un oiseau; cet animal avait quatre têtes, et la domination lui fut donnée.
Après cela, je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, il y avait un quatrième animal, terrible, épouvantable et extraordinairement fort; il avait de grandes dents de fer, il mangeait, brisait, et il foulait aux pieds ce qui restait; il était différent de tous les animaux précédents, et il avait dix cornes.
Je considérai les cornes, et voici, une autre petite corne sortit du milieu d’elles, et trois des premières cornes furent arrachées devant cette corne; et voici, elle avait des yeux comme des yeux d’homme, et une bouche qui parlait avec arrogance.
Je regardai, pendant que l’on plaçait des trônes. Et l’Ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure; son trône était comme des flammes de feu, et les roues comme un feu ardent.
10 Un fleuve de feu coulait et sortait de devant lui. Mille milliers le servaient, et dix mille millions se tenaient en sa présence. Les juges s’assirent, et les livres furent ouverts.
11 Je regardai alors, à cause des paroles arrogantes que prononçait la corne; et tandis que je regardais, l’animal fut tué, et son corps fut détruit, livré au feu pour être brûlé. 12 Les autres animaux furent dépouillés de leur puissance, mais une prolongation de vie leur fut accordée pour un certain temps.
13 Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu’un de semblable à un fils de l’homme; il s’avança vers l’Ancien des jours, et on le fit approcher de lui. 14 On lui donna la domination, la gloire et le règne; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit.

15 Moi, Daniel, j’eus l’esprit troublé au-dedans de moi, et les visions de ma tête m’effrayèrent. 16 Je m’approchai de l’un de ceux qui étaient là, et je lui demandai de me révéler la vérité quant à toutes ces choses. Il me répondit et m’en fournit l’explication: 17 Ces quatre grands animaux, ce sont quatre rois qui s’élèveront de la terre; 18 mais les saints du Très-Haut recevront le royaume, et ils posséderont le royaume éternellement, d’éternité en éternité.
19 Ensuite je désirai savoir la vérité sur le quatrième animal, qui était différent de tous les autres, extrêmement terrible, qui avait des dents de fer et des ongles d’airain, qui mangeait, brisait, et foulait aux pieds ce qui restait; 20 et sur les dix cornes qu’il avait à la tête, et sur l’autre qui était sortie et devant laquelle trois étaient tombées, sur cette corne qui avait des yeux, une bouche parlant avec arrogance, et une plus grande apparence que les autres. 21 Je vis cette corne faire la guerre aux saints, et l’emporter sur eux, 22 jusqu’au moment où l’Ancien des jours vint donner droit aux saints du Très-Haut, et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume.
23 Il me parla ainsi: Le quatrième animal, c’est un quatrième royaume qui existera sur la terre, différent de tous les royaumes, et qui dévorera toute la terre, la foulera et la brisera. 24 Les dix cornes, ce sont dix rois qui s’élèveront de ce royaume. Un autre s’élèvera après eux, il sera différent des premiers, et il abaissera trois rois. 25 Il prononcera des paroles contre le Très-Haut, il opprimera les saints du Très-Haut, et il espérera changer les temps et la loi; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps.
26 Puis viendra le jugement, et on lui ôtera sa domination, qui sera détruite et anéantie pour jamais. 27 Le règne, la domination, et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous les cieux, seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Son règne est un règne éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront.
28 Ici finirent les paroles. Moi, Daniel, je fus extrêmement troublé par mes pensées, je changeai de couleur, et je conservai ces paroles dans mon cœur.

1 Jean 1

Voici la première lettre de Jean l’évangéliste, le disciple bien-aimé qui, comme la tradition de l’Église le soutient, est l’auteur de cette lettre. Bien que Jean ne clame pas de manière spécifique qu’il a écrit ces textes, des copies de cette lettre ont circulé dans l’église primitive et on les a citées et qualifiées d’écrits adressés à l’église primitive. Aussi lorsque le canon du Nouveau Testament a été ratifié, 1 Jean n’a eu aucun problème à être authentifié comme étant un véritable écrit de Jean de même qu’un écrit canonique.

Jean écrit probablement cette lettre comme une lettre circulaire, nous apportant des indices sur la manière dont l’église du Nouveau Testament fonctionnait à ses débuts. Elle s’adresse aussi probablement aux mêmes destinataires que les lettres de Pierre écrites plus tard dans sa vie, ainsi que celles de Paul. Ces lettres étaient censées circuler à travers les églises de manière à ce qu’elles aient beaucoup de voix apostoliques pour transmettre la vérité de l’évangile à l’église.

Jean écrit probablement depuis Éphèse, et ce, très tardivement dans sa vie, en 92 après Jésus-Christ, peut-être dans l’année 100, peut-être même en 110. Et il écrit spécifiquement pour combattre les faux enseignements et les hérésies qui ont poussé dans l’église primitive. On y rencontre les premières formes du Gnosticisme or Jean disposait d’une perspective unique parce qu’il se trouvait réellement là. Ce qui fait que lorsqu’un premier enseignant gnostique comme Cérinthe commence à enseigner que l’esprit du Christ est venu sur le corps de Jésus au moment de son baptême, mais qu’avant cela Jésus était juste un homme normal et que, juste avant la crucifixion, l’esprit l’a quitté, Jean, en tant qu’autorité, peut réfuter cela.

Ceci est d’une grande aide pour nous aujourd’hui parce qu’il y a eu quantité de faux enseignements à se propager depuis deux mille ans et nous ne connaissons pas de pénurie dans ce domaine aujourd’hui. Nous sommes très heureux d’avoir l’œil d’un disciple témoin qui a réellement marché avec Jésus pour parler clairement de la façon dont les choses se présentaient et de quelles façons elles peuvent se manifester de nos jours.

La parole incarnée

1 Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie – et la vie a été manifestée, et nous l’avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée – ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite.

La marche dans la lumière et le pardon des péchés

La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.
Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 10 Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous.

Psaumes 119:153-176

153 Vois ma misère, et délivre-moi!
Car je n’oublie point ta loi.
154 Défends ma cause, et rachète-moi;
Rends-moi la vie selon ta promesse!
155 Le salut est loin des méchants,
Car ils ne recherchent pas tes statuts.
156 Tes compassions sont grandes, ô Eternel!
Rends-moi la vie selon tes jugements!
157 Mes persécuteurs et mes adversaires sont nombreux;
Je ne m’écarte point de tes préceptes,
158 Je vois avec dégoût des traîtres
qui n’observent pas ta parole.
159 Considère que j’aime tes ordonnances;
Eternel, rends-moi la vie selon ta bonté!
160 Le fondement de ta parole est la vérité,
et toutes les lois de ta justice sont éternelles.

161 Des princes me persécutent sans cause;
Mais mon cœur ne tremble qu’à tes paroles.
162 Je me réjouis de ta parole,
Comme celui qui trouve un grand butin.
163 Je hais, je déteste le mensonge;
J’aime ta loi.
164 Sept fois le jour je te célèbre,
à cause des lois de ta justice.
165 Il y a beaucoup de paix pour ceux qui aiment ta loi,
Et il ne leur arrive aucun malheur.
166 J’espère en ton salut, ô Eternel!
Et je pratique tes commandements.
167 Mon âme observe tes préceptes,
et je les aime beaucoup.
168 Je garde tes ordonnances et tes préceptes,
car toutes mes voies sont devant toi.

169 Que mon cri parvienne jusqu’à toi, ô Eternel!
Donne-moi l’intelligence, selon ta promesse!
170 Que ma supplication arrive jusqu’à toi!
Délivre-moi, selon ta promesse!
£171 Que mes lèvres publient ta louange!
Car tu m’enseignes tes statuts.
172 Que ma langue chante ta parole!
Car tous tes commandements sont justes.
173 Que ta main me soit en aide!
Car j’ai choisi tes ordonnances.
174 Je soupire après ton salut, ô Eternel!
et ta loi fait mes délices.
175 Que mon âme vive et qu’elle te loue!
et que tes jugements me soutiennent!
176 Je suis errant comme une brebis perdue: cherche ton serviteur,
car je n’oublie point tes commandements.

Proverbes 28:23-24

23 Celui qui reprend les autres trouve ensuite plus de faveur
que celui dont la langue est flatteuse.

24 Celui qui vole son père et sa mère,
et qui dit: Ce n’est pas un péché!
Est le compagnon du destructeur.

Prière : Père céleste, je te remercie. Tu m’as mis au défi d’aller un peu plus en profondeur et de lire plus sérieusement ta Parole. J’ai pris les choses que j’ai apprises à cœur, maintenant je t’invite à être avec moi tout au long du mois de Décembre, un mois au cours duquel nous célébrons la naissance de ton Fils. Je te demande de me conforter, de me guider et de me corriger afin que je termine cette année plus fort dans ma foi et dévoué à ta Parole. Je veux être changé de façon permanente et passer à l’année à venir avec une intention renouvelée. Amen.

Cette prière est issue de la PASSAGES BIBLE, publiée par Zondervan, avec Daily Audio Bible, et traduite en français par nos soins.

Texte biblique de la Nouvelle Edition de Genève
Copyright © 1979 Société Biblique de Genève
Reproduit avec aimable autorisation. Tous droits réservés.
www.universdelabible.net         www.societebiblique.com