Jour 312 : 8 Novembre

Loué soit l’Eternel, Dieu d’Israël, d’éternité jusqu’en éternité et que le peuple entier réponde: «Amen.» Louez l’Eternel!
(Psaumes 106:48)

Bouton Web ECOUTER (audio radio live musique en direct lecture)

Aujourd’hui : Ézéchiel 18:1-19:14 ; Hébreux 9:1-10 ; Psaumes 106:32-48 et Proverbes 27:10 en version Bible en français courant.

Ézéchiel 18-19

Dieu juge chacun selon sa conduite

1-2 Le Seigneur m’adressa la parole : « Pourquoi entend-on répéter ce proverbe dans le pays d’Israël :

“Les parents ont mangé des raisins verts,

mais ce sont les enfants qui ont mal aux dents ?”

3-4 Par ma vie, je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu, vous n’aurez plus à répéter ce proverbe en Israël. En effet, la vie de chacun m’appartient, celle des parents comme celle des enfants, et c’est le coupable qui doit mourir.

5-20 « Prenons le cas d’un homme qui pratique le bien en agissant de manière juste et honnête. Il ne participe pas à des repas sacrés sur les montagnes, il ne rend pas de culte aux sales idoles des Israélites. Il ne déshonore jamais la femme d’un autre et il n’a pas de relations avec une femme pendant ses règles. Il n’exploite ni ne vole personne, il restitue le gage fourni par son débiteur, il donne du pain à qui a faim et des habits à qui en manque. Il ne prête pas son argent pour en retirer un intérêt ou un profit. Il ne se rend pas complice de l’injustice mais prononce des jugements impartiaux. Il obéit aux règles et aux lois que j’ai établies, en agissant loyalement. Eh bien, moi, le Seigneur Dieu, je l’affirme, un tel homme pratique vraiment le bien et il vivra. « Supposons que cet homme ait un fils qui pille, tue et commette toutes sortes d’actions de ce genre. Contrairement à son père, il participe aux repas sacrés sur les montagnes, il déshonore la femme des autres, exploite les pauvres et les défavorisés, vole les gens, ne restitue pas les gages fournis par ses débiteurs. Il s’adonne au culte des idoles et commet à cette occasion des actions abominables. Il prête son argent pour en retirer un intérêt ou un profit. Un tel homme doit-il vivre ? Sûrement pas ! Il a commis tous ces actes détestables ; il mourra donc et sera lui-même responsable de sa mort. « Supposons qu’il ait à son tour un fils. Ce fils a vu toutes les mauvaises actions commises par son père, mais il ne suit pas son exemple. Il ne participe pas à des repas sacrés sur les montagnes, il ne rend pas de culte aux sales idoles des Israélites. Il ne déshonore jamais la femme d’un autre. Il n’exploite ni ne vole personne et il n’exige pas de gage de ses débiteurs. Il donne du pain à qui a faim et des habits à qui en manque. Il ne se rend pas complice de l’injustice, il ne prête pas son argent pour en retirer un intérêt ou un profit. Il obéit ainsi aux règles et aux lois que j’ai établies. Cet homme n’a pas à mourir pour les fautes de son père : il conservera assurément la vie. C’est son père qui a opprimé, volé et maltraité les gens autour de lui ; c’est donc lui qui mourra pour ses fautes. « Vous demandez pourquoi le fils ne supporte pas les conséquences des fautes de son père ? Eh bien, c’est parce qu’il a agi conformément au droit et à la justice et qu’il a obéi à toutes mes règles. Il vivra donc. C’est la personne coupable qui doit mourir. Les enfants n’auront pas à payer pour les fautes de leurs parents ni les parents pour les fautes de leurs enfants. L’homme de bien sera récompensé d’agir avec justice et le méchant sera puni pour le mal qu’il fait. »

Exhortation à pratiquer le bien

21-25 « Si un méchant renonce à ses mauvaises actions, s’il se met à obéir à mes règles et à agir conformément au droit et à la justice, il n’aura pas à mourir, assurément il vivra. Tous ses torts seront oubliés et il vivra grâce au bien qu’il pratique. Pensez-vous que j’aime voir mourir les méchants ? Je vous le déclare, moi, le Seigneur Dieu, tout ce que je désire, c’est qu’ils changent de conduite et qu’ils vivent. Par contre, si un homme juste renonce à se conduire bien, s’il se met à agir de manière aussi abominable que les méchants, pensez-vous qu’il pourra vivre ? Sûrement pas ! Toutes ses bonnes actions seront oubliées. Il mourra à cause de son infidélité et du mal qu’il commet. Vous dites : “Le Seigneur va trop loin !” Écoutez-moi bien, vous, les Israélites : Est-ce moi qui vais trop loin ? N’est-ce pas plutôt vous qui passez les bornes ? 26-29 Si un homme juste renonce à se conduire bien, agit mal et meurt, il meurt à cause du mal qu’il fait. Si au contraire un méchant renonce à sa mauvaise conduite et se met à agir de manière juste et honnête, il sauve sa vie. Il peut continuer à vivre, puisqu’il s’est rendu compte de ses mauvaises actions et y a renoncé ; il n’y a plus de raison qu’il meure. Mais vous, les Israélites, vous dites : “Le Seigneur va trop loin !” Eh bien non, ce n’est pas moi qui vais trop loin, c’est vous qui passez les bornes ! 30-32 Pour ma part, je jugerai chacun de vous selon sa propre conduite, je vous l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. Changez donc de vie, détournez-vous de tout le mal que vous faites, ne laissez plus aucune faute causer votre perte. Renoncez aux mauvaises actions que vous commettez, transformez vos cœurs et vos esprits. Pourquoi voudriez-vous mourir, Israélites ? Vraiment je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu, je ne veux la mort de personne. Détournez-vous du mal et vivez ! »

Chapitre 19

La complainte des lions

1 Le Seigneur me dit de chanter cette complainte sur les princes qui règnent en Israël :

2 « Votre mère était une lionne remarquable

dans la race des lions !

Étendue parmi les jeunes lions,

elle nourrissait ses petits.

3 Elle dressa spécialement l’un d’eux.

Devenu un jeune lion,

il apprit à déchirer une proie

et il dévora des hommes.

4 Des étrangers en entendirent parler.

Ils le firent tomber dans une fosse

et l’emmenèrent avec des crochets au pays d’Égypte.

5 La lionne constata qu’elle attendait en vain

et qu’il n’y avait plus d’espoir.

Elle choisit alors un autre de ses petits,

elle en fit un lionceau vigoureux

6 élevé en compagnie des lions.

Devenu un jeune lion,

lui aussi apprit à déchirer une proie

et il dévora des hommes.

7 Il démolit leurs citadelles,

détruisit leurs villes.

Les habitants du pays étaient épouvantés

en l’entendant rugir.

8 Des étrangers venant de partout

se postèrent contre lui.

Ils le prirent au piège,

le firent tomber dans une fosse.

9 Au moyen de crochets, ils l’entraînèrent dans une cage

et l’emmenèrent au roi de Babylone.

On le mit en prison pour ne plus l’entendre

rugir sur les montagnes d’Israël. »

La complainte de la vigne

10 « Votre mère ressemblait à une vigne

plantée au bord de l’eau.

Elle était chargée de fruits et de feuilles,

grâce à toute l’eau qu’elle recevait.

11 Elle eut des branches vigoureuses

qui devinrent des bâtons de commandement.

Elle s’éleva au-dessus des arbres.

On admirait sa haute taille

et le nombre de ses rameaux.

12 Mais elle a été arrachée avec colère

et jetée au sol.

Le vent d’est a desséché ses fruits,

qui sont tombés.

Ses branches magnifiques ont séché

puis elles ont été brûlées.

13 Maintenant la vigne est plantée dans le désert,

dans un pays aride et sans eau.

14 Un feu a jailli de son tronc,

il a détruit ses rameaux et ses fruits.

Elle n’a plus de branche vigoureuse

qui puisse devenir un bâton de chef. »

Ce poème doit être chanté comme une complainte.

Hébreux 9:1-10

Le culte terrestre et le culte céleste

1-10 La première alliance avait des règles pour le culte et un temple terrestre. Une double tente avait été installée. Dans la première partie, appelée le lieu saint, il y avait le porte-lampes et la table avec les pains offerts à Dieu. Derrière le second rideau se trouvait l’autre partie, appelée le lieu très saint, avec l’autel en or où l’on brûlait l’encens, et le coffre de l’alliance entièrement recouvert d’or. Dans le coffre se trouvaient le vase d’or qui contenait la manne, le bâton d’Aaron qui avait fleuri et les tablettes de pierre avec les commandements de l’alliance. Au-dessus du coffre se tenaient les chérubins qui signalaient la présence divine ; ils étendaient leurs ailes au-dessus de l’endroit où l’on offrait le sang pour le pardon des péchés. Mais ce n’est pas le moment de parler de tout cela en détail. L’ensemble étant ainsi disposé, les prêtres entrent jour après jour dans la première partie de la tente pour accomplir leur service. Mais seul le grand-prêtre entre dans la seconde partie, et il ne le fait qu’une fois par an. Il doit y apporter du sang d’animal qu’il offre à Dieu pour lui-même et pour les fautes que le peuple a commises involontairement. Le Saint-Esprit montre ainsi que le chemin du lieu très saint n’est pas encore ouvert aussi longtemps que subsiste la première tente. C’est là une image qui se rapporte au temps présent. Elle signifie que les dons et les sacrifices d’animaux offerts à Dieu ne peuvent pas rendre parfait le cœur de quiconque pratique ce culte. Il y est question seulement d’aliments, de boissons et de diverses cérémonies de purification. Il s’agissait de règles d’ordre matériel qui n’étaient valables que jusqu’au temps où Dieu réforma toutes choses.

Psaumes 106:32-48

32 Aux sources de Meriba, ils irritèrent le Seigneur,

et causèrent le malheur de Moïse :

33 exaspéré par eux, il parla sans réfléchir.

34 Ils n’ont pas éliminé les Cananéens,

contrairement à l’ordre du Seigneur.

35 Mais ils se sont mêlés aux païens,

ils ont appris leurs pratiques,

36 ils ont offert un culte à leurs divinités,

tombant dans le piège de l’idolâtrie.

37 Ils ont même offert leurs fils et leurs filles

en sacrifice à des faux dieux.

38 Ils ont répandu le sang des innocents

– le sang de leurs fils et de leurs filles,

sacrifiés aux dieux des Cananéens –

et ces meurtres ont souillé le pays.

39 En agissant ainsi ils se sont rendus impurs ;

c’était une prostitution.

40 Alors le Seigneur fit éclater son indignation contre son peuple,

il prit en horreur ceux qui étaient son bien le plus personnel.

41 Il les livra aux nations étrangères :

ils eurent comme maîtres des peuples qui les détestaient.

42 Ils subirent l’oppression et l’humiliation

de la part de leurs ennemis.

43 Bien des fois, le Seigneur les délivra,

mais ils restaient obstinément rebelles et enfoncés dans leur faute.

44 Le Seigneur entendit leurs plaintes

et constata leur détresse.

45 Il pensa à l’engagement qu’il avait pris à leur égard ;

il est si bon qu’il changea d’avis :

46 il éveilla pour eux la pitié

de tous ceux qui les retenaient prisonniers.

47 Seigneur, notre Dieu, sauve-nous,

arrache-nous aux nations étrangères et rassemble-nous.

Alors, en te louant, nous prononcerons ton nom unique,

nous nous réjouirons de t’acclamer.

48 Merci au Seigneur, au Dieu d’Israël !

Remerciez-le en tout temps.

Que tous ceux qui sont présents disent :

« Amen, oui, qu’il en soit bien ainsi !

Alléluia, vive le Seigneur ! »

Proverbes 27:10

10 N’abandonne pas tes amis ni les amis de ton père. Si tu es en difficulté, ne va pas chez ton frère, car un voisin proche vaut parfois mieux qu’un frère lointain.

Les paroles de Dieu, dans le livre d’Ezéchiel ont le pouvoir de nous pousser à réorienter nos vies et de recentrer notre attention sur Dieu et ses instructions. Il est facile de vivre une vie complaisante, d’attribuer, sans réfléchir, notre richesse spirituelle et notre piété à autre chose qu’un cœur brisé devant Dieu et notre abandon total à Sa volonté. Nous avons besoin de Lui. Comme Dieu a appelé les Israélites à Lui, il nous appelle, et nous devons répondre. Nous devons revenir à notre premier amour, à l’amour pour notre Sauveur, qui est complet et qui nous consume.

Ces remarques sont issues du livre PASSAGES BIBLE, publié par Zondervan avec Daily Audio Bible, et traduites en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.