Jour 310 : 6 Novembre

Célébrez l’Eternel car il est bon,
car son amour dure à toujours.
(Psaumes 106:1)

Bouton Web ECOUTER (audio radio live musique en direct lecture)

Aujourd’hui : Ézéchiel 14:12-16:41; Hébreux 7:18-28; Psaumes 106:1-12 et Proverbes 27:4-6 en version Bible en français courant.

Ézéchiel 14:12-16:41

Rien n’arrêtera le jugement de Dieu

12-23 Le Seigneur m’adressa la parole : « Toi, l’homme, suppose que la population d’un pays se rende coupable envers moi en m’étant infidèle. Eh bien, je manifesterai ma puissance contre elle. Je détruirai ses réserves de pain, je lui infligerai la famine et ferai disparaître ainsi hommes et bêtes du pays. Même si trois hommes tels que Noé, Danel et Job se trouvaient parmi les habitants, leur fidélité ne servirait à préserver que leur propre vie. Je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. « Ou bien je lâcherai des bêtes féroces contre cette population. Le pays deviendra un désert car les bêtes tueront tous ses habitants et personne ne s’y hasardera plus par peur d’elles. Si les trois hommes déjà nommés s’y trouvaient, ils seraient les seuls à survivre. Par ma vie, je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu, ils ne pourraient même pas sauver leurs propres enfants et le pays deviendrait un désert. « Ou bien je ferai subir la guerre à cette population, j’ordonnerai à une armée de ravager le pays et d’en exterminer les hommes et les bêtes. Si les trois hommes déjà nommés y habitaient, ils seraient les seuls à survivre. Par ma vie, je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu, ils ne pourraient même pas sauver leurs propres enfants. « Ou bien encore j’enverrai une épidémie de peste à cette population ; je manifesterai ma colère contre elle par ce fléau mortel qui exterminera hommes et bêtes du pays. Même si Noé, Danel et Job se trouvaient parmi les habitants, leur fidélité servirait uniquement à préserver leur vie. Par ma vie, je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu : ils ne pourraient même pas sauver leurs propres enfants. » Ensuite le Seigneur Dieu me déclara : « J’ai infligé à Jérusalem les quatre grands fléaux que sont la guerre, la famine, les bêtes féroces et la peste, de façon à exterminer les hommes et les bêtes. Il reste cependant quelques survivants, des hommes et des femmes. On les a fait sortir de la ville, ils vous rejoindront en exil. Quand vous verrez leur conduite et leurs actes, vous changerez d’avis devant les grands malheurs que j’ai déchaînés sur Jérusalem. Vous changerez d’avis, car vous comprendrez, après les avoir vus, que j’ai eu raison d’agir comme je l’ai fait contre cette ville. Je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. »

Chapitre 15

La vigne livrée au feu

1-8 Le Seigneur m’adressa la parole : « Toi, l’homme, penses-tu que le bois de la vigne a plus de valeur que n’importe quel autre bois provenant des arbres de la forêt ? Peut-on en tirer de quoi façonner un objet, peut-on en faire une cheville pour y suspendre un ustensile ? Il est juste bon pour alimenter le feu. Lorsque le feu en a brûlé les deux bouts et que le centre lui-même est en flammes, peut-il encore servir à quelque chose ? Déjà, quand il était intact, on ne savait qu’en faire. A plus forte raison, une fois attaqué et brûlé par le feu, le voilà totalement inutilisable. « Eh bien, voilà ce que je déclare, moi, le Seigneur Dieu : On jette au feu le bois de la vigne avec le bois des autres arbres. De même, ce sont les habitants de Jérusalem que je vais punir, c’est contre eux que j’interviens. Ils croient avoir échappé au feu, mais le feu les détruira. Vous serez convaincus que je suis le Seigneur lorsque j’interviendrai contre eux. Je rendrai leur pays désertique parce qu’ils ont trahi la fidélité qu’ils me doivent. Je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. »

Chapitre 16

Jérusalem était une enfant abandonnée

1-14 Le Seigneur m’adressa la parole : « Toi, l’homme, montre à Jérusalem combien sa conduite a été abominable. Transmets-lui ce que je déclare, moi, le Seigneur Dieu : Canaan est le pays de tes ancêtres, la terre où tu es née. Ton père était un Amorite et ta mère une Hittite. Au moment de ta naissance, personne n’a coupé ton cordon, on ne t’a pas plongée dans l’eau pour te laver, on ne t’a pas frottée avec du sel et on ne t’a pas emmaillotée dans des langes. Personne n’a eu un regard de pitié pour toi ni assez de compassion pour te prodiguer un seul de ces soins. Au contraire, on n’avait que du dégoût pour toi et tu as été jetée sur le sol nu à ta naissance. Je suis passé près de toi et j’ai vu que tu baignais dans le sang. Je t’ai dit de vivre malgré le sang dont tu étais couverte, j’ai insisté pour que tu vives. Je t’ai fait croître comme une plante des champs. Tu as grandi, tu t’es développée et tu es devenue très belle : tes seins se sont formés et tes poils ont poussé. Mais tu étais complètement nue. De nouveau, je suis passé près de toi et j’ai vu que tu avais atteint l’âge de l’amour. Alors j’ai étendu mon manteau sur toi pour en couvrir ta nudité. Je t’ai promis fidélité et j’ai conclu une alliance avec toi. C’est ainsi que tu fus à moi, je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. « J’ai pris de l’eau pour laver le sang qui était sur toi, puis je t’ai frictionnée avec de l’huile parfumée. Je t’ai donné des vêtements brodés et des sandales de cuir fin, une ceinture de lin et un manteau de soie. Je t’ai couverte de bijoux ; j’ai mis des bracelets à tes poignets et un collier à ton cou ; j’ai placé un anneau à ton nez, des boucles à tes oreilles et une magnifique couronne sur ta tête. Tes bijoux étaient d’or et d’argent, tes vêtements de lin, de soie et d’étoffes brodées. Pour te nourrir, tu prenais la farine la plus fine, du miel et de l’huile d’olive. Alors tu es devenue extrêmement belle et digne d’être reine. Ta renommée se répandit dans le monde entier à cause de ta beauté, qui était parfaite, car je t’avais somptueusement parée. Je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. »

Jérusalem s’est prostituée

15-41 « Mais tu t’es fiée à ta beauté, tu as profité de ta renommée pour te prostituer et t’adonner à la débauche en t’offrant à n’importe quel passant. Tu as choisi certains de tes vêtements aux riches couleurs pour orner tes lieux sacrés et tu t’es prostituée dessus – ce n’était jamais arrivé et cela n’arrivera jamais plus –. Tu as pris les bijoux d’or et d’argent que je t’avais donnés, tu t’en es servie pour fabriquer des idoles masculines et tu t’es livrée à la débauche avec elles. Tu les as recouvertes de tes vêtements brodés et tu leur as présenté l’huile et les parfums que tu avais reçus de moi. Tu leur as offert en sacrifice, pour leur être agréable, tous les aliments que je te donnais, la farine la plus fine, l’huile et le miel dont je te nourrissais. Je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. Tu leur as offert en sacrifice les fils et les filles que tu m’avais donnés, tu les leur as donnés en pâture. La débauche ne te suffisait donc pas ? Il a fallu que tu égorges mes enfants pour les livrer à tes idoles ! Pendant cette répugnante vie de débauche, tu ne t’es pas souvenue de ta jeunesse, de la période où tu étais complètement nue et où tu baignais dans le sang. « Malheureuse, c’est pour ton malheur que tu avais déjà fait tant de mal, je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. Pourtant, tu as continué en t’aménageant des estrades, des endroits bien en vue sur chaque place. A l’entrée de chaque rue tu t’es construit une estrade et là, tu as souillé ta beauté, tu t’es offerte à tous les passants et t’es prostituée de plus en plus. Tu t’es prostituée aux Égyptiens, tes      voisins aux corps magnifiques, et tu m’as irrité par tes innombrables actes de débauche. Alors, j’ai manifesté ma puissance contre toi : je t’ai coupé les vivres et je t’ai livrée à tes ennemies, les villes philistines, qui s’indignaient de ta conduite immorale. Mais tes désirs n’étaient pas assouvis et tu t’es prostituée aux Assyriens. Malgré cela tu n’as pas été satisfaite. Tu as commis d’innombrables actes de débauche dans le pays des Babyloniens, ces marchands, sans réussir davantage à satisfaire tes désirs. Ah, comme tu es lâche ! Je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. Pourtant, tu t’es conduite comme une prostituée pleine d’audace. Tu t’es construit une estrade à l’entrée de chaque rue et tu t’es aménagé un endroit bien en vue sur toutes les places, mais tu n’as même pas demandé un salaire comme une prostituée ordinaire ! Tu as été semblable à une femme adultère qui recherche des étrangers au lieu d’aimer son mari. Toutes les prostituées reçoivent un salaire, mais toi, tu as offert des cadeaux à tes amants, tu les as payés pour que, de partout, ils viennent coucher avec toi. Dans ta débauche, tu as agi à l’opposé des autres prostituées. On ne te recherchait pas et on ne te donnait pas de salaire, mais c’est toi qui payais. Ainsi tu as inversé les rôles. « Eh bien, Jérusalem, la prostituée, écoute la parole du Seigneur. Voici ce que je te déclare, moi, le Seigneur Dieu : Tu t’es montrée complètement nue, tu as exhibé toutes les parties de ton corps en te livrant à la débauche avec tes amants, tes idoles abominables ; tu as même versé le sang de tes enfants en les offrant à tes idoles. C’est pourquoi, je vais rassembler contre toi tous les amants auxquels tu as plu, ceux que tu as aimés et ceux que tu as détestés. Quand je les aurai amenés de partout, je te dévêtirai devant eux et tu seras livrée entièrement nue à leurs regards. Je t’infligerai la peine réservée aux femmes adultères et aux criminelles. Je te mettrai en sang par ma colère et ma vengeance. Je te livrerai au pouvoir de tes amants. Ils démoliront toutes les estrades que tu t’étais aménagées. Ils te déshabilleront, ils te dépouilleront de tes bijoux et ils t’abandonneront complètement nue. Puis ils ameuteront la foule contre toi, ils te lanceront des pierres, ils te mettront en pièces avec leurs épées, ils brûleront tes maisons. Ils exécuteront ainsi la sentence à laquelle tu es condamnée, sous les yeux d’une foule de femmes. Je mettrai fin à ta vie de prostituée et tu ne te paieras plus aucun amant.

Hébreux 7:18-28

18-19 Ainsi, l’ancienne règle a été abolie, parce qu’elle était faible et inutile. La loi de Moïse, en effet, n’a rien amené à la perfection. Mais une espérance meilleure nous a été accordée et, grâce à elle, nous pouvons nous approcher de Dieu.

20-21 De plus, il y a eu le serment de Dieu. Les autres sont devenus prêtres sans un tel serment. Mais Jésus, lui, a été établi prêtre avec un serment, quand Dieu lui a déclaré :

« Le Seigneur l’a juré,

et il ne se dédira pas :

“Tu es prêtre pour toujours.” »

2Par conséquent, Jésus est aussi celui qui nous garantit une alliance meilleure.

23-28 Il existe une différence de plus : les autres prêtres ont été nombreux, parce que la mort les empêchait de poursuivre leur activité. Mais Jésus vit pour toujours et sa fonction de prêtre est perpétuelle. C’est pourquoi il peut sauver définitivement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, car il est toujours vivant pour prier Dieu en leur faveur. Jésus est donc le grand-prêtre qu’il nous fallait. Il est saint, sans défaut, sans péché ; il a été séparé des pécheurs et élevé très haut dans les cieux. Il n’est pas comme les autres grands-prêtres : il n’a pas besoin d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés et ensuite pour ceux du peuple. Il a offert un sacrifice une fois pour toutes, quand il s’est offert lui-même. La loi de Moïse établit comme grands-prêtres des hommes imparfaits ; mais la parole du serment de Dieu, formulé après la loi, établit comme grand-prêtre le Fils qui a été élevé à la perfection pour toujours.

Psaumes 106:1-12

Infidélité d’Israël, fidélité de Dieu

1 Alléluia, vive le Seigneur !

Louez le Seigneur, car il est bon,

et son amour n’a pas de fin.

2 Qui saura dire les exploits du Seigneur,

et faire entendre partout sa louange ?

3 Heureux ceux qui observent le droit établi par Dieu

et font toujours ce qui est juste !

4 Pense à nous, Seigneur, toi qui es bienveillant pour ton peuple.

Interviens pour nous, toi qui es le Sauveur.

5 Alors nous ressentirons le bonheur de ceux que tu as choisis,

nous participerons à la joie qui anime ton peuple,

nous partagerons la fierté de ceux qui t’appartiennent.

6 Nous avons commis les mêmes fautes que nos ancêtres ;

nous avons mal agi, nous nous sommes condamnés nous-mêmes.

7 Quand nos ancêtres étaient en Égypte,

ils n’ont pas compris les merveilles du Seigneur,

ils ont oublié ses nombreuses bontés.

Ils ont été rebelles près de la mer des Roseaux.

8 Mais il les sauva par souci de son honneur,

pour montrer de quoi il était capable.

9 Il menaça la mer des Roseaux,

elle se dessécha aussitôt ;

puis il fit marcher les siens au fond de l’abîme,

comme ils marchaient dans le désert.

10 Il les sauva de ceux qui leur voulaient du mal,

il les arracha aux griffes de l’ennemi.

11 Les eaux recouvrirent leurs adversaires,

aucun de ceux-ci n’en réchappa.

12 Alors ils crurent à ce que Dieu avait dit

et le louèrent par leurs chants.

Proverbes 27:4-6

4 La violence est brutale, la colère est un torrent déchaîné, mais devant la jalousie qui pourra résister ?

5 Mieux vaut une critique franche qu’une amitié qui ne se manifeste pas.

6 Les reproches d’un ami prouvent sa loyauté, les baisers d’un ennemi sont de trop.

Dans le passage d’aujourd’hui de l’ancien testament, le prophète Ezéchiel nous peint une image de l’amour de Dieu, et de ce à quoi cet amour ressemble ; un amour jaloux : nous Lui appartenons, nous faisons partie de Sa famille. Si l’histoire venait à s’arrêter, ce serait une fin heureuse par la restauration, le renouveau et la justice. Malheureusement, nos cœurs sont des coeurs errants et instables qui cherchent d’autres amants. Comme les enfants d’Israël, nous avons l’habitude de tomber dans le péché et nous nous donnons à d’autres choses. Dieu, Celui que l’on trahi, fut profondément attristé lorsque les Israélites l’ont traité de cette façon. Pourtant, il ne les a pas abandonnés, et il ne nous abandonnera jamais. Il a tout simplement fait le contraire : Dieu a envoyé son Fils unique pour payer tous les péchés que nous avons commis contre lui. Dieu nous a démontré ce qu’est le sacrifice ultime d’un amour véritable.

Ces remarques sont issues du livre PASSAGES BIBLE, publié par Zondervan avec Daily Audio Bible, et traduites en français par nos soins. 

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.