Jour 295 : 22 Octobre

Celui qui habite sous l’abri du Très-Haut
repose à l’ombre du Tout-Puissant.

(Psaumes. 91:1)

Bouton Web ECOUTER (audio radio live musique en direct lecture)

Aujourd’hui : Jérémie 39:1-41:18 ; 2 Timothée 1:1-18 ; Psaumes 90:1-91:16 et Proverbes 26:1-2 en version Segond 21.

Jérémie 39-41

Chute de Jérusalem

1 La neuvième année du règne de Sédécias sur Juda, le dixième mois, Nebucadnetsar, le roi de Babylone, vint avec toute son armée devant Jérusalem et en fit le siège.

La onzième année du règne de Sédécias, le neuvième jour du quatrième mois, une brèche fut percée dans les remparts de la ville.

Tous les chefs du roi de Babylone entrèrent et s’installèrent à la porte du milieu. Il y avait Nergal-Sharetser, Samgar-Nebu, Sarsekim, le chef des eunuques, Nergal-Sharetser, le chef des mages, et tous les autres chefs du roi de Babylone.

Dès que Sédécias, roi de Juda, et tous les hommes de guerre les virent, ils prirent la fuite. Ils sortirent de la ville pendant la nuit, en passant par le chemin du jardin du roi, par la porte située entre les deux murailles, et ils prirent le chemin de la plaine.

Cependant, l’armée babylonienne les poursuivit et rattrapa Sédécias dans les plaines de Jéricho. Ils s’emparèrent de lui et le firent monter vers Nebucadnetsar, roi de Babylone, à Ribla, dans le pays de Hamath. Nebucadnetsar prononça des jugements contre lui.

Le roi de Babylone fit égorger les fils de Sédécias à Ribla, en sa présence. Il fit aussi égorger tous les grands de Juda, puis il fit crever les yeux à Sédécias et le fit attacher avec des chaînes en bronze pour le conduire à Babylone.

Les Babyloniens brûlèrent le palais royal et les maisons du peuple, et ils démolirent les murailles de Jérusalem.

Nebuzaradan, le chef des gardes, emmena en exil à Babylone les membres du peuple qui étaient restés dans la ville et ceux qui s’étaient rendus à lui, ceux qui avaient survécu.

10 Cependant, il laissa dans le pays de Juda quelques-uns des plus pauvres du peuple, ceux qui ne possédaient rien, et il leur donna ce jour-là des vignes et des champs.

Sort de Jérémie et d’Ebed-Mélec

11 Nebucadnetsar, roi de Babylone, avait donné, en en confiant la responsabilité à Nebuzaradan, le chef des gardes, cet ordre au sujet de Jérémie: 12 «Prends-le et veille sur lui. Ne lui fais aucun mal, mais agis vis-à-vis de lui comme il te le dira.»

13 Nebuzaradan, le chef des gardes, Nebushazban, le chef des eunuques, Nergal-Sharetser, le chef des mages, et tous les chefs du roi de Babylone 14 envoyèrent donc chercher Jérémie dans la cour de la prison et le confièrent à Guedalia, fils d’Achikam et petit-fils de Shaphan, pour qu’il l’emmène chez lui. Ainsi, Jérémie put habiter au milieu du peuple.

15 La parole de l’Eternel avait été adressée à Jérémie, alors qu’il était encore enfermé dans la cour de la prison: 16 «Va dire à Ebed-Mélec, l’Ethiopien: ‘Voici ce que dit l’Eternel, le maître de l’univers, le Dieu d’Israël: Je vais faire venir sur cette ville les paroles que j’ai prononcées, pour lui faire du mal et non du bien. Ce jour-là, tu assisteras personnellement à leur accomplissement.

17 Cependant, ce jour-là, je te délivrerai, déclare l’Eternel, et tu ne seras pas livré entre les mains des hommes qui te font si peur.

18 Sois sûr que je te sauverai et que tu ne mourras pas par l’épée. Ta vie sera ta part de butin parce que tu as eu confiance en moi, déclare l’Eternel.’»

Chapitre 40

1 La parole fut adressée à Jérémie de la part de l’Eternel après que Nebuzaradan, chef des gardes, l’eut laissé partir de Rama. Quand il le prit en charge, Jérémie était enchaîné au milieu de tous les prisonniers de Jérusalem et de Juda qu’on emmenait en exil à Babylone.

Le chef des gardes prit Jérémie à part et lui dit: «L’Eternel, ton Dieu, avait annoncé que ce malheur frapperait cet endroit.

Il a fait venir et mis à exécution ce qu’il avait annoncé. Tout cela vous est arrivé parce que vous avez péché contre l’Eternel et ne l’avez pas écouté.

Regarde, je te libère aujourd’hui des chaînes que tu as aux mains. Si tu juges bon de venir avec moi à Babylone, viens! Je veillerai sur toi. Mais si cela ne te convient pas, ne t’en fais pas! Regarde: tout le pays est devant toi. Va là où il te semblera bon et approprié d’aller!»

Comme Jérémie tardait à répondre, il ajouta: «Retourne vers Guedalia, fils d’Achikam et petit-fils de Shaphan, que le roi de Babylone a désigné responsable des villes de Juda, et installe-toi avec lui au milieu de la population, ou alors va partout où il te semblera approprié d’aller!» Le chef des gardes lui donna ensuite des provisions et un cadeau, puis il le laissa partir.

Jérémie alla rejoindre Guedalia, fils d’Achikam, à Mitspa et s’installa avec lui au milieu de la population restée dans le pays.

Assassinat du gouverneur Guedalia

Tous les chefs de troupes dispersés dans la campagne et leurs hommes apprirent que le roi de Babylone avait désigné Guedalia, fils d’Achikam, comme gouverneur du pays et lui avait confié hommes, femmes et enfants, les pauvres du pays qu’on n’avait pas emmenés en exil à Babylone.

Ils allèrent alors, avec leurs hommes, trouver Guedalia à Mitspa. Il y avait Ismaël, fils de Nethania, Jochanan et Jonathan, fils de Karéach, Seraja, fils de Thanhumeth, les fils d’Ephaï de Nethopha et Jezania, fils du Maacatite.

Guedalia, fils d’Achikam et petit-fils de Shaphan, leur affirma avec serment, à eux et à leurs hommes: «N’ayez pas peur de devenir les serviteurs des Babyloniens! Installez-vous dans le pays, servez le roi de Babylone et tout se passera bien pour vous.

10 Pour ma part, je vais m’installer à Mitspa pour assurer le contact avec les Babyloniens qui viendront vers nous. Quant à vous, veillez à la production du vin, des fruits d’été et de l’huile, conservez-les dans vos récipients et installez-vous dans les villes que vous occupez.»

11 Tous les Juifs qui se trouvaient dans le pays de Moab, chez les Ammonites, dans le pays d’Edom et dans tous les autres pays apprirent aussi que le roi de Babylone avait laissé des habitants en Juda, sous la responsabilité de Guedalia, fils d’Achikam et petit-fils de Shaphan.

12 Ils revinrent alors de tous les endroits où ils avaient été chassés et allèrent rejoindre Guedalia à Mitspa, dans le pays de Juda. Leur production de vin et de fruits d’été fut très importante.

13 Jochanan, fils de Karéach, et tous les chefs de troupes présents dans la campagne vinrent trouver Guedalia à Mitspa 14 et lui dirent: «Ne sais-tu donc pas que Baalis, le roi des Ammonites, a chargé Ismaël, fils de Nethania, de t’enlever la vie?» Cependant, Guedalia, fils d’Achikam, ne les crut pas.

15 Alors Jochanan, fils de Karéach, dit secrètement à Guedalia à Mitspa: «Permets que j’aille tuer Ismaël, fils de Nethania! Personne ne le saura. Pourquoi t’enlèverait-il la vie? Pourquoi tous les Judéens rassemblés auprès de toi devraient-ils être dispersés et ce qui reste de Juda devrait-il disparaître?»

16 Guedalia, fils d’Achikam, répondit à Jochanan, fils de Karéach: «Ne fais pas cela, car ce que tu dis à propos d’Ismaël est faux.»

Chapitre 41

1 Durant le septième mois, Ismaël, fils de Nethania et petit-fils d’Elishama, qui était de sang royal, vint avec des hauts dignitaires du roi et dix hommes trouver Guedalia, fils d’Achikam, à Mitspa. Et là, à Mitspa, ils mangèrent ensemble.

Puis Ismaël, fils de Nethania, se leva avec les dix hommes qui l’accompagnaient, et ils tuèrent avec leur épée Guedalia, fils d’Achikam et petit-fils de Shaphan. Ismaël fit ainsi mourir l’homme que le roi de Babylone avait désigné gouverneur du pays.

Il tua aussi tous les Juifs qui étaient avec Guedalia à Mitspa ainsi que les Babyloniens qui se trouvaient là, des hommes de guerre.

Le surlendemain de l’assassinat de Guedalia, alors que personne n’était encore au courant, arrivèrent de Sichem, de Silo et de Samarie 80 hommes qui avaient la barbe rasée et les habits déchirés et qui s’étaient fait des incisions. Ils étaient porteurs d’offrandes et d’encens destinés à la maison de l’Eternel.

Ismaël, fils de Nethania, sortit de Mitspa pour aller à leur rencontre. Il marchait en pleurant. Lorsqu’il les eut rejoints, il leur dit: «Venez vers Guedalia, fils d’Achikam.»

Lorsqu’ils arrivèrent au milieu de la ville, Ismaël, fils de Nethania, les égorgea et les jeta dans la citerne, avec l’aide de ceux qui l’accompagnaient.

Cependant, il y eut parmi eux dix hommes qui dirent à Ismaël: «Ne nous fais pas mourir, car nous avons des provisions cachées dans les champs, du blé, de l’orge, de l’huile et du miel.» Alors il renonça à les faire mourir avec leurs frères.

La citerne dans laquelle Ismaël jeta tous les cadavres des hommes qu’il avait tués, à côté de celui de Guedalia, était celle qu’avait construite le roi Asa à cause de Baesha, roi d’Israël. C’est cette citerne qu’Ismaël, fils de Nethania, remplit de morts.

10 Il emmena de force tous ceux qui restaient à Mitspa: les filles du roi et tout le peuple qui y était resté, ceux que Nebuzaradan, le chef des gardes, avait confiés à Guedalia, fils d’Achikam. Ismaël, fils de Nethania, les emmena prisonniers et partit rejoindre le camp des Ammonites.

11 Jochanan, fils de Karéach, et tous les chefs de troupes qui étaient avec lui furent informés de tout le mal qu’avait fait Ismaël, fils de Nethania.

12 Ils prirent tous leurs hommes et se mirent en marche pour attaquer Ismaël, fils de Nethania. Ils le découvrirent près des grands réservoirs de Gabaon.

13 En voyant Jochanan, fils de Karéach, et tous les chefs de troupes qui l’accompagnaient, tout le peuple qui suivait Ismaël se réjouit.

14 Tous ceux qu’Ismaël avait emmenés de force de Mitspa firent demi-tour et vinrent se joindre à Jochanan, fils de Karéach.

15 Quant à Ismaël, fils de Nethania, il s’enfuit avec huit hommes devant Jochanan et se réfugia chez les Ammonites.

16 Jochanan, fils de Karéach, et tous les chefs des troupes qui étaient avec lui prirent en charge tout ce qui restait du peuple après l’avoir délivré d’Ismaël, fils de Nethania. Ce dernier l’avait forcé à quitter Mitspa, après l’assassinat de Guedalia, fils d’Achikam. Jochanan ramena de Gabaon des hommes de guerre, des femmes, des enfants et des eunuques.

17 Ils marchèrent puis s’arrêtèrent dans un lieu d’accueil du nom de Kimham, à côté de Bethléhem, pour se retirer ensuite en Egypte, 18 loin des Babyloniens. Ils redoutaient la réaction de ces derniers parce qu’Ismaël, fils de Nethania, avait tué Guedalia, fils d’Achikam, l’homme que le roi de Babylone avait désigné gouverneur du pays.

2 Timothée 1

La deuxième lettre de Paul à Timothée a été écrite juste peu de temps après la première, et c’est le dernier écrit de l’apôtre Paul. Paul est de retour en prison, enchaîné, dans un cachot, à l’approche de l’hiver, en l’an 67 après J.C. Encenser Jésus, être un de ses adeptes, être un chrétien tout simplement est devenu entre temps hors la loi dans l’empire Romain. Presque toutes les personnes que Paul a approchées à travers son ministère l’ont déserté. Le seul qui restait avec lui à Rome est Luc, le médecin et l’auteur du livre des Actes et de l’Évangile selon Luc. Paul savait que son exécution était proche et voulait ardemment voir une dernière fois en face son fils spirituel, Timothée. Mais la manière narrative dont la lettre est écrite fait dire que Paul essayait de dire à Timothée certaines choses qu’il voulait lui dire en face au cas où il serait trop tard.

C’est dans cette lettre qu’il dit «  je combattu le véritable combat, j’ai achevé la course », mais avant de dire cela, il livre à Timothée sa dernière partition. Voici un homme qui a donné sa vie à la cause du Christ, qui a beaucoup souffert et qui sait qu’il est sur le point d’être exécuté. Sa mort est imminente et il dit à son fils spirituel Timothée « garde ta tête, reste vigilant quant à ta foi, quoi qu’il arrive, quoi qu’il en soit, reste vrai, Timothée ».

2 Timothée est un passionnant plaidoyer pour la foi et quand nous réalisons qu’il a été écrit par un condamné, un des plus grands héros de la foi, l’impact sur nous aujourd’hui est et sera certainement le même qu’au moment où Timothée à ouvert les scellés pour lire les derniers écrits de Paul.

Salutation et louange

1 De la part de Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu pour annoncer la promesse de la vie qui est en Jésus-Christ, à Timothée, mon enfant bien-aimé: que la grâce, la compassion et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Seigneur!

Je suis reconnaissant envers Dieu – que je sers, à l’exemple de mes ancêtres, avec une conscience pure – lorsque sans cesse, nuit et jour, je me souviens de toi dans mes prières.

Je me rappelle tes larmes et je désire te voir afin d’être rempli de joie.

Je garde en effet le souvenir de la foi sincère qui est en toi. Elle a d’abord habité ta grand-mère Loïs et ta mère Eunice, et je suis persuadé qu’elle habite aussi en toi.

Encouragement à la fidélité

C’est pourquoi, je te le rappelle, ranime la flamme du don de Dieu que tu as reçu lorsque j’ai posé mes mains sur toi.

En effet, ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse.

N’aie donc pas honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier, mais souffre avec moi pour l’Evangile en comptant sur la puissance de Dieu.

Il nous a sauvés et nous a adressé un saint appel. Et il ne l’a pas fait à cause de nos œuvres, mais à cause de son propre plan et de sa grâce, qui nous a été accordée en Jésus-Christ de toute éternité 10 et qui a maintenant été révélée par la venue de notre Sauveur Jésus-Christ. C’est lui qui a réduit la mort à l’impuissance et a mis en lumière la vie et l’immortalité par l’Evangile, 11 pour lequel j’ai été établi prédicateur et apôtre, chargé d’enseigner [les non-Juifs].

12 Voilà pourquoi j’endure ces souffrances, mais je n’en ai pas honte, car je sais en qui j’ai cru et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder le dépôt qu’il m’a confié jusqu’à ce jour-là.

13 Prends pour modèle les saines paroles que tu as entendues de moi, dans la foi et l’amour qui sont en Jésus-Christ.

14 Grâce au Saint-Esprit qui habite en nous, garde le beau dépôt qui t’a été confié.

15 Tu sais que tous ceux qui sont en Asie m’ont abandonné, notamment Phygelle et Hermogène.

16 Que le Seigneur accorde sa compassion à la famille d’Onésiphore, car il m’a souvent réconforté et n’a pas eu honte de ma situation de prisonnier.

17 Au contraire, lorsqu’il est venu à Rome, il m’a cherché avec beaucoup d’empressement et m’a trouvé.

18 Que le Seigneur lui donne d’obtenir grâce auprès du Seigneur ce jour-là. Tu sais mieux que personne combien de services il a rendus à Ephèse.

Psaumes 90-91

La brièveté de la vie humaine

Prière de Moïse, homme de Dieu.

Seigneur, tu as été pour nous un refuge

de génération en génération.

Avant que les montagnes soient nées,

avant que tu aies créé la terre et le monde,

d’éternité en éternité tu es Dieu.

Tu fais retourner les hommes à la poussière

et tu leur dis: «Fils d’Adam, retournez à la terre!»

car 1000 ans sont à tes yeux

comme la journée d’hier: elle passe

comme le quart de la nuit.

Tu les emportes, semblables à un rêve

qui, le matin, passe comme l’herbe:

elle fleurit le matin et elle passe;

on la coupe le soir et elle sèche.

Nous sommes consumés par ta colère,

et ta fureur nous épouvante.

Tu mets devant toi nos fautes,

et ta lumière éclaire nos secrets.

Tous nos jours disparaissent à cause de ta colère;

nous voyons nos années s’éteindre comme un soupir.

10 La durée de notre vie s’élève à 70 ans,

et pour les plus robustes à 80 ans,

mais l’orgueil qu’ils en tirent n’est que peine et misère,

car le temps passe vite et nous nous envolons.

11 Qui a conscience de la force de ta colère

et de ton courroux pour te craindre?

12 Enseigne-nous à bien compter nos jours,

afin que notre cœur parvienne à la sagesse!

13 Reviens, Eternel! Jusqu’à quand?

Aie pitié de tes serviteurs!

14 Rassasie-nous chaque matin de ta bonté,

et nous serons toute notre vie dans la joie et l’allégresse.

15 Réjouis-nous autant de jours que tu nous as humiliés,

autant d’années que nous avons connu le malheur.

16 Que ton activité soit visible pour tes serviteurs,

et ta splendeur pour leurs enfants!

17 Que la grâce de l’Eternel, notre Dieu, soit sur nous!

Affermis l’œuvre de nos mains!

Oui, affermis l’œuvre de nos mains!

Psaume 91 – La protection pleinement suffisante de Dieu

1 Celui qui habite sous l’abri du Très-Haut

repose à l’ombre du Tout-Puissant.

Je dis à l’Eternel: «Tu es mon refuge et ma forteresse,

mon Dieu en qui je me confie!»

Oui, c’est lui qui te délivre du piège de l’oiseleur

et de la peste dévastatrice.

Il te couvrira de ses ailes

et tu trouveras un refuge sous son plumage.

Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.

Tu ne redouteras ni les terreurs de la nuit

ni la flèche qui vole durant le jour,

ni la peste qui rôde dans les ténèbres

ni le fléau qui frappe en plein midi.

Si 1000 tombent à côté de toi

et 10’000 à ta droite,

tu ne seras pas atteint.

Ouvre seulement les yeux,

et tu verras la punition des méchants.

«Oui, tu es mon refuge, Eternel!»

Tu fais du Très-Haut ta retraite?

10 Aucun mal ne t’arrivera,

aucun fléau n’approchera de ta tente,

11 car il donnera ordre à ses anges

de te garder dans toutes tes voies.

12 Ils te porteront sur les mains,

de peur que ton pied ne heurte une pierre.

13 Tu marcheras sur le lion et sur la vipère,

tu piétineras le lionceau et le dragon.

14 Puisqu’il est attaché à moi, je le délivrerai;

je le protégerai, puisqu’il connaît mon nom.

15 Il fera appel à moi et je lui répondrai.

Je serai avec lui dans la détresse,

je le délivrerai et je l’honorerai.

16 Je le comblerai de longs jours

et je lui ferai voir mon salut.

Proverbes 26:1-2

Les relations avec le stupide

26 La gloire ne convient pas plus à un homme stupide

que la neige en été ou la pluie pendant la moisson.

De même que l’oiseau s’échappe, que l’hirondelle s’envole,

de même maudire sans raison n’a pas d’effet.

Le psaume 91 est riche en promesses de Dieu pour tous ses enfants. Le premier verset donne le ton pour le reste du psaume : « Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut repose à l’ombre du Tout-Puissant ». Dans les versets suivants, le psalmiste utilise une variété de mots pour décrire la protection de Dieu, tels que le « refuge » (v. 2), la « forteresse » (v. 2), le « bouclier » (v.4). Quels types d’images ces mots vous inspirent-ils ? Après avoir lu ce psaume, concevez-vous votre relation avec Dieu différemment ? Si oui, comment ?

Ces remarques sont issues du livre PASSAGES BIBLE, publié par Zondervan avec Daily Audio Bible, et traduites en français par nos soins.

Texte biblique de la Bible Version Segond 21
Copyright © 2007 Société Biblique de Genève
Reproduit avec aimable autorisation.
Tous droits réservés.
www.universdelabible.net    www.societebiblique.com

version=SG21&interface=print