Jour 245: 2 septembre

Sunset
Aujourd’hui : Ecclésiaste 1:1-3:22; 2 Corinthiens 6:1-13; Psaumes 46:1-12 et Proverbes 22:15 en version Nouvelle Edition de Genève.

Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux.
(Ecclésiaste 3:1)

Nous entamons aujourd’hui le livre de l’Ecclésiaste dont la rédaction est traditionnellement attribuée au grand roi Salomon. Certains historiens pensent que le livre a été écrit bien plus tard, mais en réalité, le livre a probablement était rédigé par Salomon puis traduit et mis à jour étant donné que les traductions sont modernisées encore aujourd’hui.

Salomon était l’homme le plus sage au monde, l’homme le plus puissant et le plus riche de son temps et il était en mesure de poursuivre chaque chose que son cœur désirait, quelle qu’elle soit. Rien n’était au-delà de ses limites. Bien que l’Ecclésiaste puisse sembler n’être qu’une vision déprimante et désespérée de la vie, il s’agit en réalité d’un regard pénétrant et profond dans le cœur de l’homme.

Nous sommes tous à la poursuite de choses dans nos vies. Très peu d’entre nous arrivent à faire ce qu’ils souhaitent quand ils le souhaitent. Nous avons toujours cette envie d’une nouvelle chose. Si seulement je pouvais y arriver. Si seulement j’arrivais à faire ceci, alors je serai heureux. Ma vie serait bien mieux si je pouvais juste faire cela. Salomon expose la réalité de ce à quoi cela ressemble. Rien n’a été hors d’atteinte pour cet homme. Il a poursuivi et accompli tout ce à quoi il a touché et là, il est à la fin de sa vie, entraîné loin de Dieu par la séduction, et se retourne pour regarder sa vie en arrière. Le livre de l’Ecclésiaste est ce regard en arrière.

Le récit est beau. Il transpercera droit notre cœur si nous l’ouvrons. Prions donc afin que le Saint-Esprit révèle à chacun d’entre nous cette chose de la vie que nous poursuivons afin de remplacer ce que Dieu seul peut donner. Je pense sincèrement que le Seigneur à travers ce livre de l’Ecclésiaste nous montre à quoi la vie ressemblerait sans lui, même la vie qui en apparence a atteint chaque but qu’elle s’est fixée.

Ecclésiaste 1-3

Le cycle de la vie

1 Paroles de l’Ecclésiaste, fils de David, roi de Jérusalem.

Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.

Quel avantage revient-il à l’homme de toute la peine qu’il se donne sous le soleil?

Une génération s’en va, une autre vient, et la terre subsiste toujours.

Le soleil se lève, le soleil se couche; il soupire après le lieu d’où il se lève de nouveau.

Le vent se dirige vers le midi, tourne vers le nord; puis il tourne encore, et reprend les mêmes circuits.

Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n’est point remplie; ils continuent à aller vers le lieu où ils se dirigent.

Toutes choses sont en travail au-delà de ce qu’on peut dire; l’œil ne se rassasie pas de voir, et l’oreille ne se lasse pas d’entendre.

Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

10 S’il est une chose dont on dise: Vois ceci, c’est nouveau! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés.

11 On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard.

Vanité de la sagesse humaine

12 Moi, l’Ecclésiaste, j’ai été roi d’Israël à Jérusalem.

13 J’ai appliqué mon cœur à rechercher et à sonder par la sagesse tout ce qui se fait sous les cieux: c’est là une occupation pénible, à laquelle Dieu soumet les fils de l’homme.

14 J’ai vu tout ce qui se fait sous le soleil; et voici, tout est vanité et poursuite du vent.

15 Ce qui est courbé ne peut se redresser, et ce qui manque ne peut être compté.

16 J’ai dit en mon cœur: Voici, j’ai grandi et surpassé en sagesse tous ceux qui ont dominé avant moi sur Jérusalem, et mon cœur a vu beaucoup de sagesse et de science.

17 J’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse, et à connaître la sottise et la folie; j’ai compris que cela aussi c’est la poursuite du vent.

18 Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de chagrin, et celui qui augmente sa science augmente sa douleur.

Chapitre 2

Vanité des plaisirs, des richesses et du travail

1 J’ai dit en mon cœur: Allons! je t’éprouverai par la joie, et tu goûteras le bonheur. Et voici, c’est encore là une vanité.

J’ai dit du rire: Insensé! et de la joie: A quoi sert-elle?

Je résolus en mon cœur de livrer ma chair au vin, tandis que mon cœur me conduirait avec sagesse, et de m’attacher à la folie jusqu’à ce que je voie ce qu’il est bon pour les fils de l’homme de faire sous les cieux pendant le nombre des jours de leur vie.

J’exécutai de grands ouvrages: je me bâtis des maisons; je me plantai des vignes; je me fis des jardins et des vergers, et j’y plantai des arbres fruitiers de toute espèce; je me créai des étangs, pour arroser la forêt où croissaient les arbres.

J’achetai des serviteurs et des servantes, et j’eus leurs enfants nés dans la maison; je possédai des troupeaux de bœufs et de brebis, plus que tous ceux qui étaient avant moi dans Jérusalem.

Je m’amassai de l’argent et de l’or, et les richesses des rois et des provinces. Je me procurai des chanteurs et des chanteuses, et les délices des fils de l’homme, des femmes en grand nombre.

Je devins grand, plus grand que tous ceux qui étaient avant moi dans Jérusalem. Et même ma sagesse demeura avec moi.

10 Tout ce que mes yeux avaient désiré, je ne les en ai point privés; je n’ai refusé à mon cœur aucune joie; car mon cœur prenait plaisir à tout mon travail, et c’est la part qui m’en est revenue.

11 Puis, j’ai considéré tous les ouvrages que mes mains avaient faits, et la peine que j’avais prise à les exécuter; et voici, tout est vanité et poursuite du vent, et il n’y a aucun avantage à tirer de ce qu’on fait sous le soleil.

Le même sort pour tous

12 Alors j’ai tourné mes regards vers la sagesse, et vers la sottise et la folie. – Car que fera l’homme qui succédera au roi? Ce qu’on a déjà fait. –

13 Et j’ai vu que la sagesse a de l’avantage sur la folie, comme la lumière a de l’avantage sur les ténèbres; 14 le sage a ses yeux à la tête, et l’insensé marche dans les ténèbres. Mais j’ai reconnu aussi qu’ils ont l’un et l’autre un même sort.

15 Et j’ai dit en mon cœur: J’aurai le même sort que l’insensé; pourquoi donc ai-je été plus sage? Et j’ai dit en mon cœur que c’est encore là une vanité.

16 Car la mémoire du sage n’est pas plus éternelle que celle de l’insensé, puisque déjà les jours qui suivent, tout est oublié. Eh quoi! le sage meurt aussi bien que l’insensé!

17 Et j’ai haï la vie, car ce qui se fait sous le soleil m’a déplu, car tout est vanité et poursuite du vent.

18 J’ai haï tout le travail que j’ai fait sous le soleil, et dont je dois laisser la jouissance à l’homme qui me succédera.

19 Et qui sait s’il sera sage ou insensé? Cependant il sera maître de tout mon travail, de tout le fruit de ma sagesse sous le soleil. C’est encore là une vanité.

20 Et j’en suis venu à livrer mon cœur au désespoir, à cause de tout le travail que j’ai fait sous le soleil.

21 Car tel homme a travaillé avec sagesse et science et avec succès, et il laisse le produit de son travail à un homme qui ne s’en est point occupé. C’est encore là une vanité et un grand mal.

22 Que revient-il, en effet, à l’homme de tout son travail et de la préoccupation de son cœur, objet de ses fatigues sous le soleil?

23 Tous ses jours ne sont que douleur, et son partage n’est que chagrin; même la nuit son cœur ne repose pas. C’est encore là une vanité.

24 Il n’y a de bonheur pour l’homme qu’à manger et à boire, et à faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail; mais j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu.

25 Qui, en effet, peut manger et jouir, si ce n’est moi?

26 Car il donne à l’homme qui lui est agréable la sagesse, la science et la joie; mais il donne au pécheur le soin de recueillir et d’amasser, afin de donner à celui qui est agréable à Dieu. C’est encore là une vanité et la poursuite du vent.

Chapitre 3

Un temps pour tout

1 Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux: un temps pour naître, et un temps pour mourir; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté; un temps pour tuer, et un temps pour guérir; un temps pour abattre, et un temps pour bâtir; un temps pour pleurer, et un temps pour rire; un temps pour se lamenter, et un temps pour danser; un temps pour lancer des pierres, et un temps pour ramasser des pierres; un temps pour embrasser, et un temps pour s’éloigner des embrassements; un temps pour chercher, et un temps pour perdre; un temps pour garder, et un temps pour jeter; un temps pour déchirer, et un temps pour coudre; un temps pour se taire, et un temps pour parler; un temps pour aimer, et un temps pour haïr; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix.

Quel avantage celui qui travaille retire-t-il de sa peine?

10 J’ai vu à quelle occupation Dieu soumet les fils de l’homme.

11 Il fait toute chose belle en son temps; même il a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin.

12 J’ai reconnu qu’il n’y a de bonheur pour eux qu’à se réjouir et à se donner du bien-être pendant leur vie; 13 mais, si un homme mange, boit et jouit du bien-être au milieu de tout son travail, c’est là un don de Dieu.

14 J’ai reconnu que tout ce que Dieu fait durera toujours, qu’il n’y a rien à y ajouter et rien à en retrancher, et que Dieu agit ainsi afin qu’on le craigne.

15 Ce qui est a déjà été, et ce qui sera a déjà été, et Dieu ramène ce qui est passé.

L’Ecclésiaste compare l’homme à la bête

16 J’ai encore vu sous le soleil qu’au lieu établi pour juger il y a de la méchanceté, et qu’au lieu établi pour la justice il y a de la méchanceté.

17 J’ai dit en mon cœur: Dieu jugera le juste et le méchant; car il y a là un temps pour toute chose et pour toute œuvre.

18 J’ai dit en mon cœur, au sujet des fils de l’homme, que Dieu les éprouverait, et qu’eux-mêmes verraient qu’ils ne sont que des bêtes.

19 Car le sort des fils de l’homme et celui de la bête est pour eux un même sort; comme meurt l’un, ainsi meurt l’autre, ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l’homme sur la bête est nulle; car tout est vanité.

20 Tout va dans un même lieu; tout a été fait de la poussière, et tout retourne à la poussière.

21 Qui sait si le souffle des fils de l’homme monte, et si le souffle de la bête descend dans la terre?

22 Et j’ai vu qu’il n’y a rien de mieux pour l’homme que de se réjouir de ses œuvres: c’est là sa part. Car qui le fera jouir de ce qui sera après lui?

2 Corinthiens 6:1-13

Dévouement et fidélité de Paul dans son ministère

1 Puisque nous travaillons avec Dieu, nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain.

Car il dit:

Au temps favorable je t’ai exaucé,

Au jour du salut je t’ai secouru.

Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut.

Nous ne voulons scandaliser personne en quoi que ce soit, afin que le ministère ne soit pas un objet de blâme.

Mais nous nous rendons recommandables à tous égards, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, sous les coups, dans les prisons, dans les séditions, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes; par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par l’Esprit saint, par un amour sincère, par la parole de vérité, par la puissance de Dieu, par les armes offensives et défensives de la justice; au milieu de la gloire et de l’ignominie, au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation; étant regardés comme imposteurs, quoique véridiques; comme inconnus, quoique bien connus; comme mourants, et voici nous vivons; comme châtiés, quoique non mis à mort; 10 comme attristés, et nous sommes toujours joyeux; comme pauvres, et nous en enrichissons plusieurs; comme n’ayant rien, et nous possédons toutes choses.

11 Notre bouche s’est ouverte pour vous, Corinthiens, notre cœur s’est élargi; 12 vous n’y êtes point à l’étroit, mais c’est votre cœur qui s’est rétréci pour nous.

13 Rendez-nous la pareille – je vous parle comme à mes enfants – élargissez aussi votre cœur!

Psaumes 46

Dieu, notre refuge et notre force

1 Au chef des chantres. Des fils de Koré. Sur alamoth. Cantique.

Dieu est pour nous un refuge et un appui,

Un secours qui ne manque jamais dans la détresse.

C’est pourquoi nous sommes sans crainte quand la terre est bouleversée,

Et que les montagnes chancellent au cœur des mers,

Quand les flots de la mer mugissent, écument,

Se soulèvent jusqu’à faire trembler les montagnes. – Pause.

Il est un fleuve dont les courants réjouissent la cité de Dieu,

Le sanctuaire des demeures du Très-Haut.

Dieu est au milieu d’elle: elle n’est point ébranlée;

Dieu la secourt dès l’aube du matin.

Des nations s’agitent, des royaumes s’ébranlent;

Il fait entendre sa voix: la terre se fond d’épouvante.

L’Eternel des armées est avec nous,

Le Dieu de Jacob est pour nous une haute retraite. – Pause.

Venez, contemplez les œuvres de l’Eternel,

Les ravages qu’il a opérés sur la terre!

10 C’est lui qui a fait cesser les combats jusqu’au bout de la terre;

Il a brisé l’arc, et il a rompu la lance,

Il a consumé par le feu les chars de guerre.

11 Arrêtez, et sachez que je suis Dieu:

Je domine sur les nations, je domine sur la terre.

12 L’Eternel des armées est avec nous,

Le Dieu de Jacob est pour nous une haute retraite. – Pause.

Proverbes 22:15

15 La folie est attachée au cœur de l’enfant;

La verge de la correction l’éloignera de lui.

Prière: Saint-Esprit, en lisant le livre de l’Ecclésiaste, je t’invite à me guider. Aide-moi à réaliser, tout comme Salomon, que quoi que nous puissions réaliser en tant qu’être humain, sans toi, il n’en demeure aucune valeur. Rien n’aura jamais de sens sans toi. Avec toi seulement je serai éternel et toi seul donnera un sens à ma vie. Je me rends donc à toi et je m’offre en sacrifice vivant, car mon seul but est de te servir, toi, mon Créateur et mon Seigneur souverain. Accorde-moi des oreilles pour entendre l’appel du royaume. Corrige mon désir pour les choses impies et donne moi des yeux pour voir là où tu me conduis. Guide-moi, je te prie. Amen.

Cette prière est issue de la PASSAGES BIBLE, publiée par Zondervan, avec Daily Audio Bible, et traduite en français par nos soins.

Texte biblique de la Nouvelle Edition de Genève
Copyright © 1979 Société Biblique de Genève
Reproduit avec aimable autorisation. Tous droits réservés.
www.universdelabible.net         www.societebiblique.com