Jour 226: 14 août

Aujourd’hui : Néhémie 8:1-9:21; 1 Corinthiens 9:1-18; Psaumes 33:12-22 et Proverbes 21:11-12 en version Bible en français courant.

Accorde-nous ta grâce, ô Eternel, car nous comptons sur toi. (Psaumes 33:22)

Néhémie 7:73b-9:21

Esdras fait une lecture publique de la Loi

73b Quand arriva le septième mois de l’année, tous les Israélites vinrent des villes où ils s’étaient installés.

Chapitre 8

1-3 Le premier jour du mois, ils se rassemblèrent d’un commun accord à Jérusalem, sur la place située devant la porte des Eaux ; ils demandèrent à Esdras, le prêtre spécialiste de la loi, d’apporter le livre de la loi que le Seigneur avait donnée aux Israélites par l’intermédiaire de Moïse. Esdras l’apporta devant l’assemblée composée des hommes, des femmes et des enfants en âge de comprendre. De l’aube à midi, Esdras se tint sur la place située devant la porte des Eaux, et il leur lut à haute voix le contenu du livre. Tous écoutaient attentivement cette lecture.

4-11 Esdras était debout sur une estrade en bois, dressée pour la circonstance ; il avait à sa droite Mattitia, Chéma, Anaya, Ouria, Hilquia et Maasséya, et à sa gauche Pedaya, Michaël, Malkia, Hachoum, Hachebadana, Zacharie et Mechoullam. Il était donc placé plus haut que l’assemblée ; lorsqu’il ouvrit le livre, tout le monde le vit et se tint debout. Esdras remercia le Seigneur, le grand Dieu, et tous répondirent : « Amen ! Amen ! », en élevant les mains. Puis ils s’inclinèrent jusqu’à terre pour adorer le Seigneur. Ils se redressèrent, et les lévites Yéchoua, Bani, Chérébia, Yamin, Accoub, Chabbetaï, Hodia, Maasséya, Quelita, Azaria, Yozabad, Hanan et Pelaya commencèrent à leur enseigner la loi. Ils lisaient dans le livre de la loi de Dieu, de manière distincte et en donnant des explications, afin que chacun comprenne ce qui était lu.

Toute l’assemblée se mit à pleurer en entendant cette lecture. C’est pourquoi Néhémie, le gouverneur, Esdras, le prêtre spécialiste de la loi, et les lévites qui expliquaient le texte, leur dirent : « Ce jour est consacré au Seigneur votre Dieu ! Ce n’est pas le moment de vous affliger et de pleurer. » Esdras ajouta : « Rentrez chez vous, prenez un bon repas, buvez d’excellentes boissons, et partagez avec ceux qui n’ont rien de prêt, car ce jour est consacré à notre Seigneur. Ne soyez pas dans la tristesse ! La joie qui vient du Seigneur vous donnera la force. » Les lévites eux aussi apaisaient le peuple en disant : « Calmez-vous ! Ce jour est consacré à Dieu. Ne soyez pas dans la tristesse ! »

12 Alors tous rentrèrent chez eux pour manger et boire ; ils partagèrent leur repas avec ceux qui n’avaient rien et se livrèrent à de grandes réjouissances. Ils avaient en effet compris le message qu’on leur avait communiqué.

Célébration de la fête des Huttes

13-15 Le jour suivant, tous les chefs de famille israélites, les prêtres et les lévites se rassemblèrent autour d’Esdras, le spécialiste de la loi, pour étudier plus en détail les enseignements de la loi. Dans cette loi, que Dieu avait communiquée par l’intermédiaire de Moïse, ils trouvèrent le passage qui ordonne aux Israélites de vivre dans des huttes pendant la durée de la “fête des Huttes”, au septième mois : cette fête doit être annoncée par une proclamation publiée dans toutes les villes, y compris Jérusalem ; la population est invitée à se rendre dans la montagne et à en ramener des branches d’oliviers cultivés et sauvages, de myrtes, de palmiers et d’arbres touffus pour s’en faire des huttes, comme cela est écrit.

16-18 Alors les Israélites allèrent chercher des branchages pour se faire des huttes, les uns sur le toit en terrasse de leur maison, d’autres dans la cour de leur maison, d’autres encore dans les cours du temple, d’autres enfin sur la place de la porte des Eaux et sur celle de la porte d’Éfraïm. Tous ceux qui étaient rassemblés là, ceux qui étaient revenus d’exil, se construisirent des huttes et s’y installèrent. Ce fut l’occasion de très grandes réjouissances, car les Israélites n’avaient plus célébré cette fête depuis l’époque de Josué, fils de Noun. Chacun des jours de la fête, du premier au dernier, on lut un passage dans le livre de la loi de Dieu ; la fête dura sept jours et se termina le huitième jour par une assemblée solennelle, selon la règle établie.

Chapitre 9

Cérémonie publique de confession des péchés

1-3 Le vingt-quatrième jour du même mois, les Israélites se rassemblèrent pour un jeûne. Ils portaient des vêtements en étoffe grossière et avaient la tête couverte de terre. Ils se tinrent à l’écart des non-Juifs et confessèrent qu’ils avaient péché, eux et leurs ancêtres. Ensuite ils se relevèrent et écoutèrent debout, pendant trois heures, la lecture faite dans le livre de la loi du Seigneur leur Dieu ; pendant trois autres heures, ils se tinrent inclinés devant le Seigneur Dieu, pour lui demander pardon.

4-5 Sur l’estrade réservée aux lévites, Yéchoua, Bani, Cadmiel, Chebania, Bounni, Chérébia, Bani et Kenani se relevèrent et demandèrent à grands cris le secours du Seigneur leur Dieu. Puis les lévites Yéchoua, Cadmiel, Bani, Hachabnéya, Chérébia, Hodia, Chebania et Petahia s’écrièrent : « Debout ! Remerciez le Seigneur votre Dieu, remerciez-le en tout temps ! »

La prière solennelle

« Seigneur, que chacun loue ton nom glorieux,

dont la grandeur dépasse tout ce que l’on peut exprimer !

6 C’est toi qui es le Seigneur, toi seul !

Tu as fait le ciel immense et toutes les étoiles,

la terre et tout ce qui s’y trouve,

les mers et tout ce qu’elles contiennent ;

tu donnes la vie à chaque créature.

Devant toi s’inclinent les puissances célestes.

7 C’est toi, Seigneur Dieu, qui as choisi Abram.

Tu lui as fait quitter Our en Chaldée,

et tu lui as donné le nom d’Abraham.

8 Tu as constaté sa fidélité envers toi ;

alors tu as conclu une alliance avec lui :

tu as promis de donner à ses descendants le pays des Cananéens, des Hittites, des Amorites, des Perizites, des Jébusites et des Guirgachites.

Tu as tenu ta promesse, car tu es fidèle aussi.

9 Tu as vu, en Égypte, la souffrance de nos ancêtres ;

tu les as entendus appeler à l’aide sur le bord de la mer des Roseaux.

10 Tu as réalisé des prodiges extraordinaires dirigés contre le roi d’Égypte,

contre les gens de son entourage et toute la population de son pays,

car tu connaissais l’orgueil des Égyptiens à l’égard de nos ancêtres.

Grande fut alors ta renommée, elle subsiste encore aujourd’hui.

11 Tu as fendu la mer devant les Israélites pour qu’ils la traversent à pied sec.

Tu as jeté dans l’abîme ceux qui les poursuivaient,

ils ont coulé comme une pierre dans l’eau profonde.

12 Le jour tu as conduit ton peuple par une colonne de fumée,

et la nuit par une colonne de feu qui éclairait leur chemin.

13 Du ciel tu es descendu pour leur parler sur le mont Sinaï :

tu leur as communiqué des règles justes, des enseignements véridiques,

des lois et des commandements parfaits.

14 Par l’intermédiaire de Moïse, ton serviteur,

tu leur as fait connaître le sabbat, le jour qui t’est consacré,

et tu leur as enseigné les autres commandements de la loi.

15 Tu leur as donné le pain du ciel pour calmer leur faim,

tu as fait jaillir de l’eau d’un rocher pour apaiser leur soif.

Tu les as envoyés conquérir le pays que tu avais juré de leur donner.

16 Mais nos ancêtres, pleins d’orgueil, se sont montrés rebelles,

ils n’ont pas écouté tes commandements.

17 Ils ont refusé d’obéir,

ils ont oublié les merveilles que tu avais réalisées en leur faveur ;

ils se sont entêtés,

ils ont décidé de retourner à leur esclavage en Égypte.

Mais toi, tu ne les as pas abandonnés,

car tu es un Dieu qui pardonne,

un Dieu bienveillant et compatissant,

patient et d’une immense bonté.

18 Ils se sont fait un veau en métal fondu et se sont écriés :

“Voici notre dieu, qui nous a fait sortir d’Égypte !”,

leur conduite a été ignoble ;

19 même alors, toi, dans ton amour infini,

tu ne les as pas abandonnés dans le désert :

la colonne de fumée qui leur montrait la route pendant le jour ne s’est pas éloignée d’eux,

ni la colonne de feu qui éclairait leur chemin pendant la nuit.

20 Dans ta bonté, tu leur as donné ton Esprit pour les rendre intelligents.

Sans cesse tu leur as prodigué de la manne pour les nourrir,

et de l’eau pour apaiser leur soif.

21 Durant quarante ans tu as pris soin d’eux,

dans le désert, ils n’ont manqué de rien.

Leurs vêtements ne se sont pas usés,

leurs pieds n’ont pas enflé.

1 Corinthiens  9:1-18

Les droits et les devoirs d’un apôtre

1-7 Ne suis-je pas libre ? Ne suis-je pas apôtre ? N’ai-je pas vu Jésus notre Seigneur ? N’êtes-vous pas le résultat de mon activité au service du Seigneur ? Même si d’autres refusent de me reconnaître comme apôtre, pour vous je le suis certainement. En effet, puisque vous êtes unis au Seigneur, vous êtes vous-mêmes la preuve que je suis apôtre.

Voici comment je me défends contre ceux qui me critiquent : N’aurais-je pas le droit de recevoir nourriture et boisson pour mon travail ? N’aurais-je pas le droit d’emmener avec moi une épouse chrétienne, comme le font les apôtres, les frères du Seigneur et Pierre ? Ou bien serions-nous les seuls, Barnabas et moi, à devoir travailler pour gagner notre vie ? Avez-vous jamais entendu dire qu’un soldat serve dans l’armée à ses propres frais ? ou qu’un homme ne mange pas du raisin de la vigne qu’il a plantée ? ou qu’un berger ne prenne pas de lait du troupeau dont il s’occupe ?

8-14 Mais je ne me fonde pas seulement sur des exemples tirés de la vie courante, car la loi de Moïse dit la même chose. Il est en effet écrit dans cette loi : « Vous ne mettrez pas une muselière à un bœuf qui foule le blé. » Dieu s’inquiète-t-il des bœufs ? N’est-ce pas en réalité pour nous qu’il a parlé ainsi ? Assurément, cette parole a été écrite pour nous. Il faut que celui qui laboure et celui qui bat le blé le fassent avec l’espoir d’obtenir leur part de la récolte. Nous avons semé en vous une semence spirituelle : serait-il alors excessif que nous récoltions une part de vos biens matériels ? Si d’autres ont ce droit sur vous, ne l’avons-nous pas à plus forte raison ?

Cependant, nous n’avons pas usé de ce droit. Au contraire, nous avons tout supporté pour ne pas placer d’obstacle sur le chemin de la Bonne Nouvelle du Christ. Vous savez sûrement que ceux qui sont en fonction dans le temple reçoivent leur nourriture du temple, et que ceux qui présentent les sacrifices sur l’autel reçoivent leur part de ces sacrifices. De même, le Seigneur a ordonné que ceux qui annoncent la Bonne Nouvelle vivent de cette activité.

15-18 Mais je n’ai usé d’aucun de ces droits, et je n’écris pas cela pour demander à en profiter. J’aimerais mieux mourir ! Personne ne m’enlèvera ce sujet de fierté ! Je n’ai pas à me vanter d’annoncer la Bonne Nouvelle. C’est en effet une obligation qui m’est imposée, et malheur à moi si je n’annonce pas la Bonne Nouvelle. Si j’avais choisi moi-même cette tâche, j’aurais droit à un salaire ; mais puisqu’elle m’est imposée, je m’acquitte simplement de la charge qui m’est confiée. Quel est alors mon salaire ? C’est la satisfaction d’annoncer la Bonne Nouvelle gratuitement, sans user des droits que me confère la prédication de cette Bonne Nouvelle.

Psaumes 33:12-22

12 Heureuse la nation qui a le Seigneur comme Dieu ;

heureux le peuple qu’il a choisi comme son bien personnel !

13 Du haut du ciel, le Seigneur plonge son regard,

il aperçoit tous les humains.

14 De l’endroit où il siège, il observe

tous les habitants de la terre.

15 Lui qui leur a créé à tous intelligence et volonté,

il prend garde à ce qu’ils font.

16 A la guerre, si le roi est sauvé,

il ne le doit pas à ses nombreuses troupes ;

et si le combattant s’en tire,

ce n’est pas grâce à sa grande vigueur.

17 Le cheval n’est qu’un secours illusoire,

sa grande force ne met pas pour autant le cavalier hors de danger.

18 Mais le Seigneur suit du regard ses fidèles,

ceux qui comptent sur sa bonté,

19 pour les arracher à la mort

et les garder en vie, même en temps de famine.

20 Quant à nous, nous comptons sur le Seigneur ;

notre secours et notre bouclier, c’est lui.

21 A cause de lui, notre cœur est en joie,

nous nous fions au Dieu unique.

22 Que le Seigneur réponde à notre attente

et nous accorde sa bonté !

Proverbes 21:11-12

11 La punition de l’insolent est une leçon de sagesse pour l’ignorant, tandis que le sage acquiert de l’expérience par l’enseignement qu’il reçoit.

12 Le juste suit de près ce qui se passe dans la maison des méchants, et il les précipite dans le malheur.

Prière: Père céleste, je suis ton enfant, non pas à cause de tout ce que j’ai fait mais à cause de ta grâce. Je te remercie et je te demande plus de visibilité pour déterminer le cours de ma vie. Éloigne les nuages et donne moi une véritable vision de ce que tu planifies pour moi. Aide-moi à comprendre et à accepter ma place dans ton royaume. Je te remercie de m’aimer suffisamment pour me donner une place dans ce monde. Amen.

Cette prière est issue de la PASSAGES BIBLE, publiée par Zondervan, avec Daily Audio Bible, et traduite en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.