Jour 201: 20 juillet

Image of blood orange
Aujourd’hui : 2 Chroniques 1:1-3:17; Romains 6:1-23; Psaumes 16:1-11 et Proverbes 19:20-21 en version Bible en français courant.

Écoute les conseils, laisse-toi éduquer : tu finiras par devenir un sage. (Proverbes 19:20)

2 Chroniques 1:1-3:17

SALOMON, ROI D’ISRAËL

1 Salomon, fils de David, affermit son autorité royale. Le Seigneur son Dieu fut avec lui et fit de lui un roi prestigieux.

Salomon demande à Dieu la sagesse pour régne

2-3 Slomon convoqua tous les Israélites, en particulier les commandants de régiments et de compagnies, les juges et tous les chefs de famille, qui étaient des notables israélites. Avec tous ceux qui se rassemblèrent auprès de lui, il se rendit au lieu sacré de Gabaon ; là, en effet, se dressait la tente de la rencontre avec Dieu, que Moïse, le serviteur du Seigneur, avait fabriquée dans le désert.

4-10 David avait ramené le coffre sacré de Dieu de Quiriath-Yéarim à Jérusalem, et l’avait déposé à l’endroit préparé à cet effet, sous une tente. Mais il avait placé l’autel de bronze fabriqué par Bessalel, fils d’Ouri et petit-fils de Hour, devant la tente du Seigneur à Gabaon.

C’est là que Salomon et tous ceux qui l’accompagnaient vinrent consulter le Seigneur. Salomon s’avança devant le Seigneur et offrit mille sacrifices complets sur l’autel de bronze proche de la tente de la rencontre. Durant la nuit suivante, Dieu lui apparut et lui dit : « Que pourrais-je te donner ? Demande-le-moi. » Salomon lui répondit : « Seigneur, tu as manifesté une grande bonté envers mon père David, et maintenant tu m’as désigné comme roi pour lui succéder. Alors, Seigneur Dieu, réalise la promesse que tu as faite à mon père. Tu m’as établi roi d’un peuple aussi nombreux que les grains de poussière de la terre. Veuille donc me donner sagesse et discernement pour que je sache remplir cette tâche à la tête de ce peuple. Sans cela, personne ne pourrait gouverner ton peuple, qui est si grand. »

11-13 Dieu dit à Salomon : « Tu n’as demandé ni de devenir très riche, ni d’être couvert de gloire, ni que tes adversaires meurent, ni même de vivre longtemps ; selon ton désir profond, tu as demandé sagesse et discernement, afin de pouvoir gouverner mon peuple, dont je t’ai fait roi. C’est pourquoi tu recevras la sagesse et le discernement. Et en plus je te donnerai de grandes richesses et de la gloire ; tu en auras plus que n’importe quel autre roi, avant toi ou après toi. » Salomon quitta alors le lieu sacré de Gabaon où se trouvait la tente de la rencontre, et regagna Jérusalem pour y remplir sa tâche de roi d’Israël.

Puissance et richesse de Salomon

14-17 Salomon rassembla des chars de guerre et des chevaux : il eut mille quatre cents chars et douze mille chevaux, dont il garda un certain nombre auprès de lui à Jérusalem, alors que les autres étaient répartis dans les villes aménagées à cet effet. Grâce au roi, il y avait autant d’argent et d’or que de cailloux à Jérusalem, et les cèdres étaient aussi nombreux que les sycomores qui poussent dans le Bas-Pays. Les chevaux de Salomon provenaient d’Égypte et de Cilicie, où des marchands allaient les acheter pour le roi. Ces marchands importaient d’Égypte un char pour six cents pièces d’argent, et un cheval pour cent cinquante pièces. Ils en importaient aussi pour les rois des Hittites et pour les rois de Syrie.

Salomon prépare la construction du temple

18 Salomon décida de construire un temple consacré au Seigneur, ainsi qu’un palais royal pour lui-même.

Chapitre 2

1 Il enrôla soixante-dix mille porteurs et quatre-vingt mille tailleurs de pierre pour travailler dans la montagne, sous les ordres de trois mille six cents surveillants.

2-9 Salomon envoya à Hiram, roi de la ville de Tyr, le message suivant : « Tu as fourni du bois de cèdre à mon père David pour qu’il puisse se construire sa résidence. Agis de même envers moi. Je suis en effet sur le point de construire, en l’honneur du Seigneur mon Dieu, un temple qui lui sera consacré. On y brûlera pour lui les offrandes de parfum, on y exposera sans interruption les pains sacrés et l’on y offrira les sacrifices complets, matin et soir, ainsi que les jours de sabbat, le premier jour de chaque mois et les autres jours de fête du Seigneur notre Dieu. Ces règles, données aux Israélites, sont valables pour toujours. Or le temple que je veux construire doit être grandiose, car notre Dieu est plus grand que n’importe quel dieu. En fait, personne ne pourrait lui construire une demeure, puisque le ciel, malgré son immensité, ne peut déjà pas le contenir. Moi-même, je ne prétends pas lui construire une demeure, mais seulement un lieu de culte où on lui offrira des sacrifices. Eh bien donc, envoie-moi un spécialiste du travail de l’or, de l’argent, du bronze et du fer, qui sache aussi apprêter les étoffes teintes en rouge, en cramoisi ou en violet, et qui connaisse l’art de la gravure. Il travaillera avec mes propres spécialistes, ceux que mon père David a désignés et qui habitent Jérusalem ou ailleurs dans le pays de Juda. Fournis-moi aussi du bois de cèdre, de pin et de santal, en provenance du mont Liban. Je sais que tes bûcherons sont compétents pour couper les arbres du Liban ; mes ouvriers iront aider les tiens, et ils me prépareront ensemble une grande quantité de bois, car le temple que je veux construire sera particulièrement majestueux. De mon côté, je fournirai, pour tes bûcherons occupés à couper les arbres, six mille tonnes de semoule de blé, six mille tonnes d’orge, huit cent mille litres de vin et huit cent mille litres d’huile. »

10-17 Hiram, roi de Tyr, répondit par écrit à Salomon : « C’est parce que le Seigneur aime son peuple qu’il t’en a fait le roi. Il faut remercier le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui a créé le ciel et la terre, car il a donné à David un fils plein de sagesse, de bon sens et d’intelligence, capable de construire un temple pour le Seigneur, ainsi qu’un palais royal pour lui-même. Eh bien, maintenant, je t’envoie un spécialiste particulièrement doué, Houram-Abi. Il est tyrien par son père, mais originaire de la tribu de Dan par sa mère. Il sait travailler l’or, l’argent, le bronze, le fer, la pierre, le bois, et apprêter les étoffes teintes en rouge, en violet ou en cramoisi et celles de lin fin ; il connaît aussi l’art de la gravure ; il saura même élaborer n’importe quel projet qu’on lui confiera. Il travaillera avec tes propres spécialistes et avec ceux que ton père, le roi David, avait désignés. De ton côté, envoie-nous le blé, l’orge, l’huile et le vin dont tu as parlé. Nous irons couper sur le mont Liban tous les arbres dont tu as besoin, et nous te les amènerons par mer, assemblés en grands radeaux, jusqu’à Jaffa. De là tu pourras les faire transporter à Jérusalem. » Salomon enrôla tous les hommes d’origine étrangère qui résidaient en Israël, d’après le dénombrement effectué par son père David : il y en avait cent cinquante-trois mille six cents. Il en désigna soixante-dix mille comme porteurs, quatre-vingt mille comme tailleurs de pierre dans la montagne, et trois mille six cents comme surveillants, pour organiser le travail de tout ce monde.

Chapitre 3

La construction du temple

1-2 Salomon entreprit de construire le temple du Seigneur à Jérusalem, sur le mont Moria, là où le Seigneur était apparu à son père David. David y avait préparé un emplacement sur l’aire du Jébusite Ornan. Salomon régnait depuis quatre ans lorsque les travaux débutèrent, pendant le second mois de l’année.

3-7 Voici les dimensions fixées par Salomon pour la construction du temple de Dieu : trente mètres de long et dix mètres de large. Le vestibule d’entrée, par-devant, avait dix mètres de large, comme le temple, et soixante mètres de haut ; on en recouvrit tout l’intérieur d’or pur. Sur les murs de la grande salle, on appliqua des planches de pin, recouvertes d’or fin, où l’on représenta des palmes et des chaînettes. On décora encore cette salle au moyen de pierres précieuses. Quant à l’or qu’on employait, il provenait de Parvaïm. On recouvrit d’or même les poutres, les seuils, les murs et les portes de la salle, et on grava des chérubins sur les murs.

8-9 On construisit également la salle appelée “lieu très saint” : elle avait dix mètres de large, comme le temple, et dix mètres de profondeur ; on utilisa vingt tonnes d’or fin pour en revêtir l’intérieur. Les clous d’or utilisés pesaient cinq cents grammes. Même les chambres supérieures furent recouvertes d’or.

10-14 On façonna ensuite deux chérubins en métal fondu ; on les recouvrit d’or et on les plaça dans le “lieu très saint”. Ces chérubins se tenaient debout, côte à côte, la tête tournée vers l’entrée. Chacun d’eux avait deux ailes déployées de deux mètres et demi, dont l’une touchait un mur de la salle et la seconde touchait l’aile de l’autre chérubin. Leurs quatre ailes ainsi déployées s’étendaient donc sur dix mètres. On tissa aussi un rideau de lin fin, teint en violet, rouge et cramoisi, sur lequel on broda des chérubins.

Les colonnes de bronze et l’autel

15-17 On fit deux colonnes hautes de dix-sept mètres, à placer devant le temple ; au sommet de chacune se trouvait un chapiteau de deux mètres et demi de haut. On fit des chaînettes qu’on plaça au sommet des colonnes, puis on fit des décorations représentant des fruits de grenadiers, une centaine, qu’on suspendit aux chaînettes. On dressa les colonnes devant le sanctuaire, l’une à droite et l’autre à gauche de l’entrée ; on appela celle de droite Yakin – ce qui signifie “Dieu affermit” –, et celle de gauche Boaz – “En Dieu est la force” –.

Romains 6:1-23

Morts par rapport au péché mais vivants en Christ

1-4 Que faut-il en conclure ? Devons-nous continuer à vivre dans le péché pour que la grâce de Dieu soit plus abondante ? Certainement pas ! Nous sommes morts au péché : comment pourrions-nous vivre encore dans le péché ? Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés pour être unis à Jésus-Christ, nous avons été baptisés en étant associés à sa mort ? Par le baptême, donc, nous avons été mis au tombeau avec lui pour être associés à sa mort, afin que, tout comme le Christ a été ramené d’entre les morts par la puissance glorieuse du Père, nous aussi nous vivions d’une vie nouvelle.

5-11 En effet, si nous avons été unis à lui par une mort semblable à la sienne, nous serons également unis à lui par une résurrection semblable à la sienne. Sachons bien ceci : l’être humain que nous étions auparavant a été mis à mort avec le Christ sur la croix, afin que notre nature pécheresse soit détruite et que nous ne soyons plus les esclaves du péché. Car celui qui est mort est libéré du péché. Si nous sommes morts avec le Christ, nous sommes convaincus que nous vivrons aussi avec lui. Nous savons en effet que le Christ, depuis qu’il a été ramené d’entre les morts, ne doit plus mourir : la mort n’a plus de pouvoir sur lui. En mourant, il est mort par rapport au péché une fois pour toutes ; mais maintenant qu’il est vivant, il vit pour Dieu. De même, vous aussi, considérez-vous comme morts au péché et comme vivants pour Dieu dans l’union avec Jésus-Christ.

12-14 Le péché ne doit donc plus régner sur votre corps mortel pour vous faire obéir aux désirs de ce corps. Ne mettez plus les diverses parties de votre corps au service du péché comme instruments du mal. Au contraire, offrez-vous à Dieu, comme des êtres revenus de la mort à la vie, et mettez-vous tout entiers à son service comme instruments de ce qui est juste. En effet, le péché n’aura plus de pouvoir sur vous, puisque vous n’êtes pas soumis à la loi mais à la grâce de Dieu.

Au service de la justice

15-19 Mais quoi ? Allons-nous pécher parce que nous ne sommes pas soumis à la loi mais à la grâce de Dieu ? Certainement pas ! Vous le savez bien : si vous vous mettez au service de quelqu’un pour lui obéir, vous devenez les esclaves du maître auquel vous obéissez ; il s’agit soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance à Dieu qui conduit à une vie juste. Mais Dieu soit loué : vous qui étiez auparavant esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement que vous avez reçu. Vous avez été libérés du péché et vous êtes entrés au service de ce qui est juste. J’emploie cette façon humaine de parler à cause de votre faiblesse naturelle. Auparavant, vous vous étiez mis tout entiers comme esclaves au service de l’impureté et du mal qui produisent la révolte contre Dieu ; de même, maintenant, mettez-vous tout entiers comme esclaves au service de ce qui est juste pour mener une vie sainte.

20-23 Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport à ce qui est juste. Qu’avez-vous gagné à commettre alors des actes dont vous avez honte maintenant ? Ces actes mènent à la mort ! Mais maintenant vous avez été libérés du péché et vous êtes au service de Dieu ; vous y gagnez d’être dirigés dans une vie sainte et de recevoir, à la fin, la vie éternelle. Car le salaire que paie le péché, c’est la mort ; mais le don que Dieu accorde gratuitement, c’est la vie éternelle dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur.

Psaumes 16:1-11

Joie d’un homme que Dieu a délivré de la mort

1 Poème appartenant au recueil de David.

O Dieu, garde-moi, c’est à toi que j’ai recours.

2 Je dis au Seigneur : « Tu es mon maître souverain ;

je n’ai pas de bonheur plus grand que toi. »

3 Quant aux fidèles qui sont dans le pays,

c’est eux qui ont la vraie grandeur que j’apprécie.

4 Ceux qui cherchent les faveurs d’un autre dieu

ne feront qu’augmenter leurs tourments.

Je n’offrirai pas leurs offrandes de sang.

je n’aurai pas même leur nom sur mes lèvres.

5 Seigneur, toi qui es la chance de ma vie, la part qui me revient,

tu tiens mon destin dans tes mains.

6 C’est un sort qui m’enchante,

un privilège qui me ravit.

7 Je remercie le Seigneur, qui me conseille :

même la nuit, ma conscience m’en avertit.

8 Je ne perds pas de vue le Seigneur,

et je ne risque pas de faiblir, puisqu’il est à mes côtés.

9 C’est pourquoi j’ai le cœur plein de joie, j’ai l’âme en fête.

Je suis en parfaite sécurité.

10 Non, Seigneur, tu ne m’abandonnes pas à la mort,

tu ne permets pas que moi, ton fidèle, je m’approche de la tombe.

11 Tu me fais savoir quel chemin mène à la vie.

On trouve une joie pleine en ta présence,

un plaisir éternel près de toi.

Proverbes 19:20-21

20 Écoute les conseils, laisse-toi éduquer : tu finiras par devenir un sage.

21 L’homme élabore de nombreux plans, mais seule la décision du Seigneur se réalise.

Prière: Notre père qui es au Cieux, je réfléchis sur le sens du  proverbe d’aujourd’hui et je m’engage à vivre selon lui. Je fais peut-être mes propres plans mais je sais que ta volonté et tes plans prévaudront.  Peu importe ce qui s’oppose à toi, différents plans ou rêves, tu restes souverain Seigneur, et ta volonté sera faite. Je m’humilie devant toi et me soumets à toi. Je t’aime et je te prie de me mettre à l’épreuve, de me corriger, de me discipliner, de me réconforter et de me conduire sur ton  chemin. Amen.

Cette prière est issue de la PASSAGES BIBLE, publiée par Zondervan, avec Daily Audio Bible, et traduite en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.