Jour 173: 22 juin

La bonne humeur favorise la guérison, mais la tristesse fait perdre toute vitalité.
(Proverbes 17:22)

Aujourd’hui : 2 Rois 3:1-4:17; Actes 14:8-28; Psaumes 140:1-13 et Proverbes 17:22 en version Bible en français courant.

2 Rois  3:1-4:17

Joram, roi d’Israël

1-3 Joram, fils d’Achab, était devenu roi d’Israël pendant la dix-huitième année du règne de Josaphat, roi de Juda ; il régna douze ans à Samarie. Il fit ce qui déplaît au Seigneur ; il imita Jéroboam, fils de Nebath, qui avait poussé le peuple d’Israël à pécher ; il ne cessa pas de commettre les mêmes péchés que lui. Toutefois il n’agit pas aussi mal que son père et sa mère, puisqu’il supprima la pierre sacrée que son père avait dressée en l’honneur du dieu Baal.

Expédition militaire contre le pays de Moab

4-8 Le roi de Moab, Mécha, avait des élevages de moutons ; il devait livrer chaque année cent mille agneaux et cent mille moutons avec leur laine comme impôt pour le roi d’Israël. Mais lorsque le roi Achab mourut, Mécha se révolta contre son successeur Joram. Celui-ci quitta aussitôt Samarie pour passer en revue toute l’armée d’Israël, puis il envoya des messagers dire à Josaphat, roi de Juda : « Le roi de Moab s’est révolté contre moi. Veux-tu venir avec moi pour attaquer son pays ? » – « D’accord, lui fit répondre le roi de Juda ; nous ne faisons qu’un, toi et moi, ton peuple et le mien, tes chevaux et les miens.  Mais, ajoutait-il, par où passerons-nous ? » – « Par le désert d’Édom », lui fit dire Joram.

9-14 Les rois d’Israël, de Juda et d’Édom se mirent donc en route. Après avoir marché pendant sept jours, ils ne trouvèrent plus d’eau ni pour les troupes ni pour les bêtes de somme. Alors le roi d’Israël s’écria : « Malheur ! C’est le Seigneur qui nous a attirés ici, nous les trois rois, pour nous livrer au pouvoir des Moabites ! » Mais Josaphat demanda : « N’y a-t-il pas ici un prophète par qui nous puissions consulter le Seigneur ? » Un officier du roi d’Israël répondit : « Nous avons avec nous Élisée, fils de Chafath, qui était un collaborateur intime du prophète Élie. » – « Bien ! reprit Josaphat. Cet homme-là saura nous annoncer ce que le Seigneur veut nous dire. »

Aussitôt, les rois d’Israël, de Juda et d’Édom allèrent trouver Élisée. Le prophète s’adressa au roi d’Israël et lui dit : « Pourquoi viens-tu me déranger ? Va plutôt consulter les prophètes de ton père ou ceux de ta mère ! » – « Non ! répondit le roi. C’est le Seigneur qui nous a attirés ici, nous les trois rois, pour nous livrer au pouvoir des Moabites. » Élisée reprit : « Par le Dieu vivant, le Seigneur de l’univers dont je suis le serviteur, je réponds uniquement parce que je respecte Josaphat, roi de Juda ; autrement je ne ferais pas attention à toi, je ne te regarderais même pas.

15-20 Maintenant, qu’on m’amène un musicien. »

Tandis que le musicien jouait de son instrument, la puissance du Seigneur saisit Élisée ; celui-ci se mit à parler : « Voici ce qu’ordonne le Seigneur : “Creusez un grand nombre de fosses dans le lit desséché de ce torrent, car moi, le Seigneur, je déclare que ce vallon va se remplir d’eau ; vous n’entendrez pas de vent, vous ne verrez pas de pluie, et pourtant vous aurez de l’eau à boire, pour vous-mêmes, pour vos troupeaux et pour vos bêtes de somme.” Mais, continua Élisée, c’est encore peu de chose pour le Seigneur ; il va même livrer le pays de Moab en votre pouvoir. Vous pourrez détruire toutes les plus belles villes fortifiées, vous pourrez abattre tous les arbres fruitiers, boucher toutes les sources et jeter des pierres dans tous les champs cultivés pour les ravager. » Or le lendemain, à l’heure où l’on offre le sacrifice matinal, on vit de l’eau descendre du pays d’Édom et recouvrir le sol.

21-23 Lorsqu’on avait appris, en Moab, que ces trois rois venaient attaquer le pays, on avait mobilisé tous les hommes en âge de porter les armes et on les avait placés sur la frontière. Au matin, quand les soldats moabites se réveillèrent, le soleil se reflétait à la surface de l’eau. Ils virent cette eau qui, de loin, leur apparaissait rouge comme du sang et ils s’écrièrent : « C’est du sang ! Les rois et leurs armées se sont sûrement querellés et entre-tués. Debout, gens de Moab, au pillage ! »

24-27 Mais lorsqu’ils approchèrent du camp d’Israël, les soldats israélites surgirent et les battirent ; alors les Moabites s’enfuirent. Les Israélites les poursuivirent, pénétrèrent dans leur territoire et leur infligèrent une sévère défaite. Ils détruisirent les villes, ils lancèrent chacun une pierre dans tous les champs cultivés jusqu’à ce qu’ils soient recouverts, ils bouchèrent toutes les sources et abattirent tous les arbres fruitiers.

Finalement, seule la ville de Quir-Hérès était encore intacte, mais les soldats armés de lance-pierres vinrent aussi l’encercler et l’attaquer. Le roi de Moab comprit qu’il ne pouvait pas résister à cette attaque ; il rassembla donc sept cents soldats porteurs d’épée pour faire une percée en direction du roi de Syrie, mais cela ne réussit pas. Alors il fit venir son fils aîné, qui devait lui succéder comme roi, et il l’offrit en sacrifice sur la muraille de la ville ; les Israélites éprouvèrent une telle crainte qu’ils levèrent le siège et retournèrent chez eux.

Chapitre 4

Élisée secourt une veuve

1-4 Un jour, une femme, dont le mari avait été membre d’un groupe de prophètes, vint trouver Élisée et le supplia de l’aider : « Élisée, lui dit-elle, tu sais que mon mari était un fidèle adorateur du Seigneur. Maintenant, il est mort, et l’homme à qui nous avions emprunté de l’argent va venir chercher mes deux enfants pour en faire ses esclaves. » Élisée lui dit : « Que pourrais-je faire pour toi ? Dis-moi ce que tu possèdes chez toi. » – « Je ne possède rien du tout, répondit-elle ; il ne me reste qu’un peu d’huile, juste de quoi me parfumer. » – « Eh bien ! reprit Élisée, va chez tes voisins et emprunte-leur des récipients vides. Surtout, empruntes-en assez. Puis rentre chez toi avec tes enfants, et ferme bien la porte. Alors tu verseras l’huile dans tous ces récipients et tu les mettras de côté au fur et à mesure qu’ils seront pleins. »

5-7 La femme s’en alla donc. Quand elle fut chez elle avec ses enfants, elle ferma la porte ; les enfants se mirent à lui passer les récipients, et elle les remplissait. A un certain moment, elle dit à l’un des enfants : « Passe-moi encore un récipient vide. » Mais ils étaient tous pleins, et l’enfant lui dit qu’il n’y en avait plus. Alors l’huile s’arrêta de couler. La femme alla raconter au prophète ce qui venait d’arriver ; celui-ci lui dit : « Va vendre cette huile et rembourse ta dette ; ce qui te restera d’argent vous permettra ensuite de vivre, toi et tes enfants. »

Actes 14:8-28

Paul et Barnabas à Lystre

8-10 A Lystre, il y avait un homme qui se tenait assis, car ses pieds étaient paralysés ; il était infirme depuis sa naissance et n’avait jamais pu marcher. Il écoutait ce que Paul disait. Paul fixa les yeux sur lui et vit qu’il avait la foi pour être guéri. Il lui dit alors d’une voix forte : « Lève-toi, tiens-toi droit sur tes pieds ! » L’homme sauta sur ses pieds et se mit à marcher.

11-18 Quand la foule vit ce que Paul avait fait, elle s’écria dans la langue du pays, le lycaonien : « Les dieux ont pris une forme humaine et sont descendus vers nous ! » Ils appelaient Barnabas « Zeus » et Paul « Hermès », parce que Paul était le porte-parole. Le prêtre de Zeus, dont le temple était à l’entrée de la ville, amena des taureaux ornés de guirlandes de fleurs devant les portes de ce temple : il voulait, ainsi que la foule, offrir un sacrifice à Barnabas et Paul. Mais quand les deux apôtres l’apprirent, ils déchirèrent leurs vêtements et se précipitèrent dans la foule en criant : « Amis, pourquoi faites-vous cela ? Nous ne sommes que des hommes, tout à fait semblables à vous. Nous vous apportons la Bonne Nouvelle, en vous appelant à abandonner ces idoles inutiles et à vous tourner vers le Dieu vivant qui a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve. Dans les temps passés, il a laissé toutes les nations suivre leurs propres voies. Pourtant, il s’est toujours manifesté par le bien qu’il fait : du ciel, il vous donne les pluies et les récoltes en leurs saisons, il vous accorde la nourriture et remplit votre cœur de joie. » Même en parlant ainsi, les apôtres eurent de la peine à empêcher la foule de leur offrir un sacrifice.

Stephen

19-20 Des Juifs vinrent d’Antioche de Pisidie et d’Iconium, et ils gagnèrent la confiance de la foule. On jeta des pierres contre Paulpour le tuer, puis on le traîna hors de la ville, en pensant qu’il était mort. Mais quand les croyants s’assemblèrent autour de lui, il se releva et rentra dans la ville. Le lendemain, il partit avec Barnabas pour Derbe.

Le retour à Antioche de Syrie

21-23 Paul et Barnabas annoncèrent la Bonne Nouvelle dans la ville de Derbe où ils firent beaucoup de disciples. Puis ils retournèrent à Lystre, à Iconium et à Antioche de Pisidie. Ils fortifiaient le cœur des croyants, les encourageaient à demeurer fermes dans la foi et leur disaient : « Nous devons passer par beaucoup de souffrances pour entrer dans le Royaume de Dieu. » Dans chaque Église, ils leur désignèrent des anciens et, après avoir jeûné et prié, ils les recommandèrent au Seigneur en qui ils avaient cru.

24-28 Ils traversèrent ensuite la Pisidie et arrivèrent en Pamphylie. Ils annoncèrent la parole de Dieu à Perge, puis se rendirent à Attalie. De là, ils partirent en bateau pour Antioche de Syrie, la ville où on les avait confiés à la grâce de Dieu pour l’œuvre qu’ils avaient maintenant accomplie. Arrivés à Antioche, ils réunirent les membres de l’Église et leur racontèrent tout ce que Dieu avait réalisé par eux, et comment il avait ouvert la porte de la foi aux non-Juifs, eux aussi. Paul et Barnabas restèrent assez longtemps avec les croyants d’Antioche.

Psaumes 140:1-14

Prière d’un homme en butte aux calomnies

1 Psaume appartenant au répertoire du chef de chorale et au recueil de David.

2 Seigneur, délivre-moi des gens malveillants,

préserve-moi des hommes violents.

3 Ils ne pensent qu’à faire du mal,

chaque jour, ils provoquent des conflits.

4 Comme des serpents, ils aiguisent leur langue,

ils ont sous les lèvres un venin de vipère.

Pause

5 Garde-moi de tomber aux mains des méchants ;

Seigneur, préserve-moi des hommes violents,

qui ne pensent qu’à me faire des croche-pieds.

6 Des arrogants m’ont préparé un piège ;

pour me prendre, ils ont tendu cordes et filets

et placé leurs embûches au bord du sentier.

Pause

7 Mais je dis au Seigneur : « Tu es mon Dieu.

Seigneur, sois attentif quand je te supplie.

8 Seigneur Dieu, toi la forteresse où je trouve le salut,

tu protèges ma tête au moment du combat.

9-10 Ne donne pas suite aux désirs des méchants,

Seigneur, ne laisse pas leurs projets réussir. »

Pause

Ceux qui m’encerclent se montrent pleins d’audace ;

ils m’ont souhaité du malheur :

que ce malheur les atteigne eux-mêmes !

11 Que des charbons enflammés leur tombent dessus;

que Dieu les fasse dégringoler dans le feu,

dans un gouffre dont ils ne remonteront pas !

12 Que celui qui recourt à la calomnie

ne puisse pas subsister dans le pays ;

que le malheur poursuive sans répit

l’homme qui use de violence !

13 Tu rends justice aux pauvres, Seigneur, je le sais,

tu fais droit aux malheureux.

14 Oui, les fidèles te loueront, Seigneur,

les hommes droits pourront rester en ta présence.

Proverbes 17:22

22 La bonne humeur favorise la guérison, mais la tristesse fait perdre toute vitalité.

Prière: Père céleste, je viens vers toi aujourd’hui avec à l’esprit le proverbe du jour pour te demander de me donner un cœur joyeux. Je comprends que le seul moyen d’être vraiment heureux et épanoui c’est à travers toi. Tu es mon Père. Tu désires ce qui est bon pour moi. Je suis désolé de ne pas toujours avoir entièrement confiance en toi, mais je te demande de m’aider avec cela. Je mets ma confiance en toi, en sachant que tu as un point de vue que je n’ai pas. S’il te plaît, conduis moi dans une relation plus profonde avec toi. Révèle moi ton amour de manières nouvelles. Apprends-moi à mieux t’aimer. Je me donne à toi complètement. Amen.

Cette prière est issue de la PASSAGES BIBLE, publiée par Zondervan, avec Daily Audio Bible, et traduite en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.