Jour 171: 20 juin

Si je dois vivre au cœur de la détresse, tu me maintiendras en vie malgré la colère de mes ennemis, tu avanceras la main, ta main droite me sauvera.
(Psaumes 138:7)

Aujourd’hui : 1 Rois 22:1-53; Actes 13:16-41; Psaumes 138:1-8 et Proverbes 17:17-18 en version Bible en français courant.

1 Rois  22:1-53

Achab veut reprendre la ville de Ramoth

1-4 Deux années passèrent, sans guerre entre la Syrie et Israël. Dans le courant de la troisième année, Josaphat, roi de Juda, vint voir Achab, roi d’Israël. Or Achab avait dit à son entourage : « Vous savez bien que la ville de Ramoth, en Galaad, est à nous. Pourquoi hésitons-nous à aller la reprendre au roi de Syrie ? » Il demanda donc au roi Josaphat : « Viendrais-tu combattre avec moi pour reprendre Ramoth de Galaad ? » Josaphat lui répondit : « Nous ne faisons qu’un, toi et moi, ton peuple et le mien, tes chevaux et les miens. »

Les prophètes de métier prédisent le succès

5-9 Pourtant Josaphat ajouta : « Consulte d’abord le Seigneur. » Le roi d’Israël rassembla alors ses prophètes, au nombre de quatre cents environ, et leur demanda : « Dois-je aller combattre pour reprendre Ramoth de Galaad, ou dois-je y renoncer ? » – « Tu peux y aller, répondirent les prophètes, le Seigneur te livrera la ville. » Mais Josaphat demanda : « N’y a-t-il ici aucun autre prophète par qui nous puissions consulter le Seigneur ? » – « Il y en a bien encore un, répondit le roi d’Israël, mais je ne l’aime pas, car il m’annonce toujours du mal, jamais rien de bon. C’est Michée, fils d’Imla. » Josaphat s’écria : « Ne parle pas ainsi d’un prophète ! » Alors le roi d’Israël appela un fonctionnaire du palais et lui ordonna d’aller rapidement chercher Michée, fils d’Imla.

10-12 Le roi d’Israël et le roi de Juda étaient assis chacun sur son trône, revêtus de leurs habits royaux, sur la place située près de la porte de la ville de Samarie, pendant que les prophètes proclamaient leur message devant eux. Un certain Sidequia, fils de Kenaana, s’était fabriqué des cornes de fer, et il disait : « Voici ce que déclare le Seigneur : “Ces cornes sont le signe de la puissance avec laquelle tu écraseras l’armée syrienne.” » Et tous les autres prophètes confirmaient ce message en disant : « Tu peux aller attaquer Ramoth de Galaad. Tu réussiras, le Seigneur te livrera la ville. »

Le prophète Michée prédit la défaite

13-14 Le messager qui était allé chercher Michée lui dit : « Écoute, tous les prophètes sont unanimes à prédire au roi le succès ; arrange-toi donc pour parler comme eux : prédis toi aussi le succès. » Mais Michée lui répondit : « Par le Seigneur vivant, je proclamerai ce que le Seigneur m’aura dit. »

15-17 Il vint se présenter devant le roi, qui lui posa cette question : « Michée, devons-nous aller combattre pour reprendre Ramoth de Galaad, ou devons-nous y renoncer ? » – « Tu peux y aller, répondit Michée ; tu réussiras, le Seigneur te livrera la ville. » Mais le roi reprit : « Combien de fois faudra-t-il que je t’adjure de me dire seulement la vérité de la part du Seigneur ? » Alors Michée déclara :

« J’ai vu tout le peuple d’Israël

dispersé sur les montagnes

comme un troupeau sans berger.

Et le Seigneur a dit :

“Ils n’ont plus de chef.

Que chacun retourne tranquillement chez soi.” »

18-23 Le roi d’Israël dit à Josaphat : « Je te l’avais bien dit ! Il m’annonce toujours du mal, jamais rien de bon ! » Mais Michée reprit : « Écoute plutôt ce que dit le Seigneur. J’ai vu, en effet, le Seigneur assis sur son trône royal, avec tous ses serviteurs célestes debout à sa droite et à sa gauche ; il a demandé : “Qui veut aller donner à Achab la mauvaise idée d’attaquer Ramoth de Galaad, afin qu’il y soit tué ?” Quelqu’un a proposé ceci, un autre cela. Alors l’Esprit qui inspire les prophètes s’est avancé devant le Seigneur et a dit : “Moi, j’irai lui en donner l’idée !” – “Comment ?” a demandé le Seigneur. “J’irai, a-t-il dit, et je ferai prononcer des mensonges par tous les prophètes du roi.” Le Seigneur lui a répondu : “C’est un excellent moyen pour le tromper ; vas-y et fais cela !” Eh bien, ajouta Michée, maintenant, c’est fait. Le Seigneur a laissé un esprit inspirer des mensonges à tous tes prophètes ; mais en réalité, le Seigneur a décidé de t’envoyer le malheur. »

24-28 Aussitôt Sidequia, fils de Kenaana, s’approcha de Michée et lui donna une gifle en disant : « Est-ce que l’Esprit du Seigneur est sorti de moi pour aller te parler ? » Michée répondit : « Oui ! Et tu le comprendras bien toi-même le jour où tu iras te cacher dans le recoin le plus secret de ta maison. » Alors le roi d’Israël donna l’ordre suivant à un serviteur : « Saisis Michée et confie-le au gouverneur de la ville Amon et au prince Yoach. Tu leur ordonneras de ma part de mettre cet individu en prison, et de ne lui donner qu’une misérable ration de pain et d’eau, jusqu’à ce que je revienne sain et sauf de cette expédition. » Michée lui répondit : « Si tu reviens sain et sauf, c’est que le Seigneur n’a pas parlé par mon intermédiaire. »

Le roi Achab est tué au combat

29-33 Le roi d’Israël et Josaphat, roi de Juda, allèrent donc attaquer Ramoth de Galaad. Le roi d’Israël dit à Josaphat : « Je vais me déguiser pour aller au combat, mais toi, mets tes habits royaux. » Ainsi le roi d’Israël se déguisa pour aller au combat. Or le roi de Syrie avait ordonné aux trente-deux chefs de ses chars de guerre de n’attaquer ni les simples soldats, ni les officiers, mais seulement le roi d’Israël. C’est pourquoi, lorsque les chefs de chars virent Josaphat, ils se dirent que c’était certainement le roi d’Israël et ils se tournèrent contre lui pour l’attaquer. Mais Josaphat poussa son cri de guerre et les chefs des chars se rendirent compte que ce n’était pas le roi d’Israël ; alors ils cessèrent de le poursuivre.

34 Or un soldat syrien tira de l’arc au hasard, et la flèche atteignit le roi d’Israël entre les plaques protectrices de sa cuirasse. Le roi dit au conducteur de son char : « Fais demi-tour ! Fais-moi sortir de la bataille, car je me sens très mal. »

35-37a Mais ce jour-là, le combat fut si violent que le roi dut rester face à l’armée syrienne, soutenu par quelqu’un sur son char ; et le soir, il mourut. Le sang de sa blessure avait coulé au fond du char. Au coucher du soleil, on cria dans le camp : « Que chacun retourne dans sa ville, chacun chez soi, car le roi est mort ! »

37b-38 On ramena le corps à Samarie et on l’y enterra. Et tandis qu’on lavait le char d’Achab à l’étang de Samarie, les chiens vinrent lécher son sang et les prostituées se baignèrent là, selon ce que le Seigneur avait annoncé.

39-40 Le reste de l’histoire d’Achab est contenu dans le livre intitulé Actes des rois d’Israël ; on y raconte tout ce qu’il a fait, comment il s’est construit un palais richement décoré d’ivoire, et combien de villes il s’est fait bâtir. Lorsqu’il mourut, ce fut son fils Ahazia qui lui succéda.

Josaphat, roi de Juda

41-45 Josaphat, fils d’Asa, était devenu roi de Juda pendant la quatrième année du règne d’Achab, roi d’Israël. Il avait alors trente-cinq ans, et il régna vingt-cinq ans à Jérusalem. Sa mère s’appelait Azouba, et elle était fille de Chili. Il se conduisit d’une manière droite et imita en tout son père Asa, faisant ce qui plaît au Seigneur. Pourtant il ne supprima pas les lieux sacrés ; les gens continuaient d’y aller pour offrir des sacrifices d’animaux et brûler des parfums. Enfin Josaphat vécut en paix avec le roi d’Israël.

46-51 Le reste de l’histoire de Josaphat est contenu dans le livre intitulé Actes des rois de Juda ; on y raconte le courage qu’il a montré, les guerres qu’il a livrées, et comment il a éliminé du pays tous les hommes et les femmes qui pratiquaient la prostitution sacrée et qui avaient subsisté du temps de son père Asa. Par ailleurs, à cette époque, il n’y avait pas de roi dans le pays d’Édom, mais seulement un préfet nommé par le roi de Juda. Josaphat fit construire de grands bateaux à Ession-Guéber pour aller chercher de l’or dans le pays d’Ofir, mais l’expédition ne réussit pas, car les bateaux firent naufrage à Ession-Guéber. Alors Ahazia, fils d’Achab, proposa à Josaphat que des marins de son propre pays accompagnent ceux de Josaphat sur les bateaux, mais Josaphat n’accepta pas. Lorsque Josaphat mourut, on l’enterra dans le tombeau familial de la Cité de David ; ce fut son fils Joram qui lui succéda.

Ahazia, roi d’Israël

52-54 Ahazia, fils d’Achab, était devenu roi d’Israël à Samarie pendant la dix-septième année du règne de Josaphat, roi de Juda, et il régna deux ans sur le peuple d’Israël. Il fit ce qui déplaît au Seigneur ; il se conduisit aussi mal que son père, que sa mère, et que le roi Jéroboam, fils de Nebath, qui avait poussé le peuple d’Israël à pécher. Il s’inclina devant le dieu Baal pour lui rendre un culte, irritant ainsi le Seigneur, le Dieu d’Israël, tout comme l’avait fait son père.

Actes 13:16-41

16-18 Paul se leva, fit un signe de la main et dit : « Gens d’Israël et vous qui participez au culte rendu à Dieu, écoutez-moi ! Le Dieu du peuple d’Israël a choisi nos ancêtres. Il a fait grandir ce peuple pendant qu’il vivait à l’étranger, en Égypte, puis il l’a fait sortir de ce pays en agissant avec puissance. Il le supporta pendant environ quarante ans dans le désert.

19-25 Ensuite, il extermina sept nations dans le pays de Canaan et remit leur territoire à son peuple comme propriété pour quatre cent cinquante ans environ.

« Après cela, il donna des juges à nos ancêtres jusqu’à l’époque du prophète Samuel. Ensuite, ils demandèrent un roi et Dieu leur donna Saül, fils de Quich, de la tribu de Benjamin, qui régna pendant quarante ans. Après avoir rejeté Saül, Dieu leur accorda David comme roi. Il déclara à son sujet : “J’ai trouvé David, fils de Jessé : cet homme correspond à mon désir, il accomplira tout ce que je veux.” L’un des descendants de David fut Jésus que Dieu établit comme Sauveur pour le peuple d’Israël, ainsi qu’il l’avait promis. Avant la venue de Jésus, Jean avait prêché en appelant tout le peuple d’Israël à changer de comportement et à être baptisé. Au moment où Jean arrivait à la fin de son activité, il disait : “Qui pensez-vous que je suis ? Je ne suis pas celui que vous attendez. Mais écoutez : il vient après moi et je ne suis pas même digne de détacher les sandales de ses pieds.”

26-33 « Frères, vous les descendants d’Abraham et vous qui êtes ici pour participer au culte rendu à Dieu : c’est à nous que ce message de salut a été envoyé. En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs n’ont pas reconnu qui est Jésus et n’ont pas compris les paroles des prophètes qu’on lit à chaque sabbat. Mais ils ont accompli ces paroles en condamnant Jésus ; et, quoiqu’ils n’aient trouvé aucune raison de le condamner à mort, ils ont demandé à Pilate de le faire mourir. Après avoir accompli tout ce que les Écritures avaient annoncé à son sujet, ils le descendirent de la croix et le déposèrent dans un tombeau. Mais Dieu l’a ramené d’entre les morts. Pendant de nombreux jours, Jésus est apparu à ceux qui l’avaient accompagné de la Galilée à Jérusalem et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple d’Israël. Nous-mêmes, nous vous apportons cette Bonne Nouvelle : ce que Dieu avait promis à nos ancêtres, il l’a accompli maintenant pour nous, leurs descendants, en relevant Jésus de la mort. Il est écrit en effet dans le Psaume deux :

“C’est toi qui es mon Fils,

à partir d’aujourd’hui, je suis ton Père.”

34 Dieu avait annoncé qu’il le relèverait d’entre les morts pour qu’il ne retourne plus à la pourriture. Il en avait parlé ainsi :

“Je vous donnerai les bénédictions saintes et sûres

que j’ai promises à David.”

35 C’est pourquoi il affirme encore dans un autre passage :

“Tu ne permettras pas que ton fidèle pourrisse dans la tombe.”

36-40 David, lui, a servi en son temps le plan de Dieu ; puis il est mort, il a été enterré auprès de ses ancêtres et a connu la pourriture. Mais celui que Dieu a ramené à la vie n’a pas connu la pourriture. Frères, vous devez le savoir : c’est par Jésus que le pardon des péchés vous est annoncé ; c’est par lui que quiconque croit est libéré de tous les péchés dont la loi de Moïse ne pouvait vous délivrer. Prenez garde, donc, qu’il ne vous arrive ce que les prophètes ont écrit :

41 “Regardez, gens pleins de mépris,

soyez saisis d’étonnement et disparaissez !

Car je vais accomplir de votre vivant une œuvre telle que vous n’y croiriez pas si quelqu’un vous la racontait !” »

Psaumes 138:1-8

Je veux te louer de tout mon cœur

1 Du recueil de David.

Seigneur, je veux te louer de tout mon cœur.

Devant les puissances du ciel

je veux te célébrer par mes chants

2 et m’incliner face à ton sanctuaire.

O Dieu qui es présent, je veux te louer pour ta fidèle bonté,

car tu as fait plus que tenir ta promesse,

plus que l’on attendait de toi.

3 Quand je t’ai appelé, tu m’as répondu ;

tu m’as rempli de courage et de force.

4 Seigneur, que tous les rois de la terre te louent

quand ils auront entendu ce que tu dis !

5 Qu’ils célèbrent tes actions en chantant :

« La gloire du Seigneur est immense.

6 Le Seigneur a beau être là-haut, il voit les humbles,

de loin il reconnaît l’orgueilleux. »

7 Si je dois vivre au cœur de la détresse,

tu me maintiendras en vie malgré la colère de mes ennemis,

tu avanceras la main, ta main droite me sauvera.

8 Seigneur, tu feras cela pour moi.

Toi dont l’amour n’a pas de fin,

n’abandonne pas maintenant

ceux que tu as créés de tes propres mains.

Proverbes 17:17-18

17 Un ami montre son affection en toutes circonstances. Un frère est là pour partager les difficultés.

18 Seul un insensé se rend responsable de la dette d’autrui en tapant dans la main de quelqu’un.

Dans le passage d’aujourd’hui issu de l’ancien testament, nous voyons clairement illustré l’importance d’être disposé à dire la vérité, même si ce que nous avons à dire est impopulaire. Michée a dû se tenir devant le roi et ses compagnons prophètes et réfuter ce qu’ils disaient par l’annonce de mauvaises nouvelles. Ni les autres prophètes, ni Achab, n’ont entendu la prophétie de Michée. Mais Michée n’avait pas été envoyé pour plaire à ceux qui l’entouraient, il avait été envoyé pour dire la vérité de Dieu. Parfois, il est difficile d’être le seul allant à l’encontre du grand nombre. Et ce faisant, il se peut que nous faisions face à une forte opposition. Mais nous devons courageusement suivre la direction de Dieu, peu importe ce qui arrive. Après tout, il sait ce qui est le mieux pour nous.

Ces remarques sont issues du livre PASSAGES BIBLE, publié par Zondervan avec Daily Audio Bible, et traduites en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.