Jour 168: 17 juin

Le Seigneur réalise tout ce qu’il veut, dans le ciel et sur la terre, sur les mers ou dans leurs profondeurs.
Il fait monter les nuages de l’horizon, lance des éclairs pour déclencher la pluie, et lâche la bride aux vents.
(Psaumes 135:6-7)

Aujourd’hui : 1 Rois 18:1-46; Actes 11:1-30; Psaumes 135:1-21 et Proverbes 17:12-13 en version Bible en français courant.

1 Rois  18:1-46

Élie doit annoncer la fin de la sécheresse

1-6 Après un temps assez long, durant la troisième année de la sécheresse, le Seigneur adressa la parole à Élie : « Va te présenter devant le roi Achab, lui dit-il, car je vais faire tomber la pluie sur le sol desséché. » Élie s’en alla pour se présenter devant Achab.

A Samarie, la famine s’était aggravée ; Achab avait appelé Obadia, le chef du palais royal. – Obadia était un adorateur très fidèle du Seigneur : lorsque la reine Jézabel avait fait mettre à mort les prophètes du Seigneur, Obadia avait sauvé cent de ces prophètes en les cachant par groupes de cinquante dans des cavernes, où il les avait ravitaillés en nourriture et en eau. – Achab dit à Obadia : « Viens, nous allons parcourir le pays et visiter toutes les sources et tous les torrents. Nous découvrirons peut-être de l’herbe pour nourrir les chevaux et les mulets, et ainsi nous n’aurons pas à abattre des bêtes. » Ils déterminèrent les régions du pays que chacun devait parcourir ; ainsi Achab partit de son côté pendant qu’Obadia partait du sien.

7-15 Tandis qu’Obadia était en route, il rencontra soudain Élie. Il le reconnut, s’inclina profondément devant lui et dit : « Est-ce bien toi, mon seigneur Élie ? » – « C’est bien moi ! répondit Élie. Va dire à ton maître Achab : “Élie arrive !” » – « Qu’ai-je fait de mal, demanda Obadia, pour que tu me livres au pouvoir d’Achab ? Tu m’envoies à la mort ! Par ton Dieu, le Seigneur vivant, je t’assure que mon maître a envoyé des gens dans toutes les nations et dans tous les royaumes pour te rechercher. Quand les représentants d’un de ces pays disaient : “Il n’est pas chez nous”, ils devaient encore jurer qu’on ne t’avait pas trouvé. Et maintenant, tu m’ordonnes d’aller annoncer à mon maître : “Élie arrive !” Mais dès que je me serai éloigné de toi, l’Esprit du Seigneur t’emportera je ne sais où ; j’irai faire mon rapport à Achab, on ne te retrouvera pas et on me tuera ! Pourtant je suis un adorateur fidèle du Seigneur depuis ma jeunesse. Est-ce qu’on ne t’a pas raconté, mon seigneur, comment j’ai agi quand Jézabel faisait massacrer les prophètes du Seigneur ? comment j’ai caché cent de ces prophètes, par groupes de cinquante, dans des cavernes où je les ravitaillais en nourriture et en eau ? Et maintenant, tu m’ordonnes d’aller annoncer à mon maître : “Élie arrive !” Il va me tuer ! » Mais Élie lui répondit : « Par le Dieu vivant, le Seigneur de l’univers, dont je suis le serviteur, je t’assure qu’aujourd’hui même je me présenterai devant Achab. »

Élie se présente devant Achab

16-19 Obadia alla donc retrouver Achab et lui fit son rapport ; Achab vint à la rencontre d’Élie, et dès qu’il le vit, il lui dit : « Te voilà, toi qui amènes le malheur sur le peuple d’Israël ! » Élie répondit : « Ce n’est pas moi qui ai amené le malheur sur Israël ; c’est toi et ta famille, parce que vous avez refusé d’obéir aux commandements du Seigneur et que vous avez adoré les dieux Baals. Mais maintenant, envoie des messagers. Qu’ils rassemblent tout le peuple d’Israël autour de moi, sur le mont Carmel, avec les quatre cent cinquante prophètes du dieu Baal et les quatre cents prophètes de la déesse Achéra, qui sont les protégés de la reine Jézabel. »

Élie et les prophètes de Baal au Carmel

20-21 Achab fit convoquer toutes les tribus d’Israël, de même que les prophètes, sur le mont Carmel. Quand ils furent rassemblés, Élie s’avança devant tout le peuple et dit : « Quand cesserez-vous de sautiller tantôt sur un pied, tantôt sur l’autre ? Ou bien c’est le Seigneur qui est le vrai Dieu, et alors rendez un culte au Seigneur ! Ou bien c’est Baal qui est le vrai Dieu, et alors rendez un culte à Baal ! » Mais personne dans le peuple ne répondit.

22-25 Élie reprit : « Moi je reste seul comme prophète du Seigneur, tandis que les prophètes de Baal sont au nombre de quatre cent cinquante. Qu’on nous donne deux taureaux : les prophètes de Baal en choisiront un, qu’ils découperont et placeront sur du bois pour l’offrir en sacrifice, mais sans allumer le feu. Je préparerai l’autre et je le placerai sur du bois, mais je n’allumerai pas non plus le feu. Ils prieront leur dieu, et moi je prierai le Seigneur. Le vrai Dieu sera celui qui répondra aux prières en allumant le feu. » Tout le peuple répondit : « Nous sommes d’accord. » Alors Élie dit aux prophètes de Baal : « Choisissez l’un des taureaux et préparez-le, vous les premiers, puisque vous êtes les plus nombreux ; ensuite priez votre dieu, mais n’allumez pas le feu. »

26-29 Ils prirent le taureau qu’on leur présenta, ils préparèrent le sacrifice, puis ils supplièrent Baal depuis le matin jusqu’à midi : « Baal, réponds-nous ! » disaient-ils, et ils dansaient en sautillant autour de l’autel qu’ils avaient construit ; mais ils ne reçurent pas un mot de réponse. Vers midi, Élie se mit à se moquer d’eux, en disant : « Criez plus fort ! Puisqu’il est un dieu, il est très occupé ; ou bien il a une obligation urgente, ou encore il est en voyage ; peut-être qu’il dort, et il faut le réveiller. » Ils crièrent plus fort ; selon leur coutume, ils se blessèrent volontairement avec des épées et des lances jusqu’à ce que le sang coule sur leur corps. Quand midi fut passé, ils appelèrent Baal avec encore plus d’excitation jusqu’à l’heure où l’on offre le sacrifice de l’après-midi, mais ils ne reçurent aucune réponse : ni un mot ni un signe.

30-35 Alors Élie invita tout le peuple à s’approcher de lui ; quand ils se furent approchés, Élie se mit à réparer l’autel du Seigneur, qui était en ruine. Il prit douze pierres, nombre correspondant aux douze tribus des descendants de Jacob – c’est à ce Jacob que le Seigneur avait déclaré : « Tu t’appelleras désormais Israël ».– Avec ces pierres, il reconstruisit donc l’autel consacré au Seigneur. Il creusa tout autour de l’autel un fossé pouvant contenir une trentaine de litres ; il arrangea des bûches de bois sur l’autel, puis découpa le taureau et plaça les morceaux sur le bois. Il ordonna ensuite à ceux qui étaient là : « Remplissez quatre cruches d’eau et versez-les sur le sacrifice et sur le bois. » Ils le firent. Élie reprit : « Faites-le une deuxième fois. » Ils le firent. « Faites-le une troisième fois », ajouta-t-il. Et ils le firent. L’eau coula tout autour de l’autel et remplit même le fossé.

36-40 A l’heure où l’on présente à Dieu le sacrifice de l’après-midi, le prophète Élie s’approcha de l’autel et dit : « Seigneur, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, montre aujourd’hui que tu es le Dieu d’Israël, que je suis ton serviteur, et que c’est sur ton ordre que j’ai fait tout cela. Réponds-moi, Seigneur, réponds-moi, afin que ces gens sachent que c’est toi, Seigneur, qui es le vrai Dieu, et tu les ramèneras ainsi à leur fidélité d’autrefois. » Le Seigneur fit alors descendre du feu, qui brûla le sacrifice, le bois, les pierres et la poussière, et qui fit évaporer l’eau du fossé. Lorsque les Israélites virent cela, ils s’inclinèrent tous jusqu’à terre, puis ils se mirent à crier : « C’est le Seigneur qui est le vrai Dieu ! C’est le Seigneur qui est le vrai Dieu ! » Élie leur dit : « Saisissez les prophètes de Baal, il ne faut pas qu’un seul d’entre eux s’échappe. » Ils les saisirent donc tous, Élie les fit descendre jusqu’au bord du torrent de Quichon, et là, il les fit égorger.

La pluie revient

41-46 Ensuite Élie dit à Achab : « Va manger et boire, car j’entends le bruit de la pluie. » Achab alla manger et boire ; quant à Élie, il se rendit vers le sommet du mont Carmel, où il s’inclina jusqu’à terre, le visage entre les genoux. Puis il dit à son serviteur : « Monte donc regarder du côté de la mer. » Le serviteur monta, regarda et revint dire : « Il n’y a rien du tout. » A sept reprises, Élie l’envoya regarder. La septième fois, le serviteur déclara : « Il y a un petit nuage qui monte de la mer. Il n’est pas plus grand que la main. » Alors Élie lui ordonna : « Va dire à Achab d’atteler ses chevaux et de redescendre avant que la pluie ne le retienne. »

Le ciel devint de plus en plus sombre à cause des nuages amenés par le vent, et une forte pluie se mit à tomber, tandis que le roi Achab, sur son char, rentrait à Jizréel. Élie attacha sa ceinture pour partir, et, rempli de force par le Seigneur, il courut devant le char d’Achab jusqu’à l’entrée de Jizréel.

Actes 11:1-30

Le rapport de Pierre devant l’Église de Jérusalem

1-18 Les apôtres et les frères qui étaient en Judée apprirent que les non-Juifs avaient aussi reçu la parole de Dieu. Quand Pierre revint à Jérusalem, les croyants d’origine juive le critiquèrent en disant : « Tu es entré chez des gens non circoncis et tu as mangé avec eux ! » Alors Pierre leur raconta en détail tout ce qui s’était passé. Il leur dit : « J’étais dans la ville de Jaffa et je priais, lorsque j’eus une vision. Je vis quelque chose qui descendait vers moi : une sorte de grande nappe, tenue aux quatre coins, qui s’abaissait du ciel et qui vint tout près de moi. Je regardai attentivement à l’intérieur et vis des animaux quadrupèdes, des bêtes sauvages, des reptiles et des oiseaux. J’entendis alors une voix qui me disait : “Debout, Pierre, tue et mange !” Mais je répondis : “Oh non ! Seigneur, car jamais rien d’interdit ou d’impur n’est entré dans ma bouche.” La voix se fit de nouveau entendre du ciel : “Ne considère pas comme impur ce que Dieu a déclaré pur.” Cela se produisit trois fois, puis tout fut remonté dans le ciel. Or, au même moment, trois hommes arrivèrent à la maison où nous étions : ils m’avaient été envoyés de Césarée. L’Esprit Saint me dit de partir avec eux sans hésiter. Les six frères que j’ai amenés ici m’ont accompagné à Césarée et nous sommes tous entrés dans la maison de Corneille. Celui-ci nous raconta comment il avait vu un ange qui se tenait dans sa maison et qui lui disait : “Envoie des hommes à Jaffa pour en faire venir Simon, surnommé Pierre. Il te dira des paroles qui t’apporteront le salut, à toi, ainsi qu’à toute ta famille.” Je commençais à parler, lorsque le Saint-Esprit descendit sur eux, tout comme il était descendu sur nous au début. Je me souvins alors de ce que le Seigneur avait dit : “Jean a baptisé avec de l’eau, mais vous, vous serez baptisés avec le Saint-Esprit.” Dieu leur a accordé ainsi le même don que celui qu’il nous a fait quand nous avons cru au Seigneur Jésus-Christ : qui étais-je donc pour m’opposer à Dieu ? » Après avoir entendu ces mots, tous se calmèrent et louèrent Dieu en disant : « C’est donc vrai, Dieu a donné aussi à ceux qui ne sont pas juifs la possibilité de changer de comportement et de recevoir la vraie vie.

L’Église d’Antioche

19-25 La persécution qui survint au moment où Étienne fut tué obligea les croyants à se disperser. Certains d’entre eux s’en allèrent jusqu’en Phénicie, à Chypre et à Antioche, mais ils ne prêchaient la parole de Dieu qu’aux Juifs. Cependant, quelques croyants, qui étaient de Chypre et de Cyrène, se rendirent à Antioche et s’adressèrent aussi à des non-Juifs en leur annonçant la Bonne Nouvelle du Seigneur Jésus. La puissance du Seigneur était avec eux, de sorte qu’un grand nombre de personnes crurent et se convertirent au Seigneur. Les membres de l’Église de Jérusalem apprirent cette nouvelle. Ils envoyèrent alors Barnabas à Antioche. Lorsqu’il fut arrivé et qu’il vit comment Dieu avait béni les croyants, il s’en réjouit et les encouragea tous à demeurer résolument fidèles au Seigneur. Barnabas était en effet un homme bon, rempli du Saint-Esprit et de foi. Un grand nombre de personnes furent gagnées au Seigneur.

25-30 Barnabas partit ensuite pour Tarse afin d’y chercher Saul. Quand il l’eut trouvé, il l’amena à Antioche. Ils passèrent tous deux une année entière dans cette Église et instruisirent dans la foi un grand nombre de personnes. C’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens. En ce temps-là, des prophètes se rendirent de Jérusalem à Antioche. L’un d’eux, nommé Agabus, guidé par l’Esprit Saint, se mit à annoncer qu’il y aurait bientôt une grande famine sur toute la terre. – Elle eut lieu, en effet, à l’époque où Claude était empereur. – Les disciples décidèrent alors que chacun d’eux donnerait ce qu’il pourrait pour envoyer de l’aide aux frères qui vivaient en Judée. C’est ce qu’ils firent et ils envoyèrent ces dons aux anciens de Judée par l’intermédiaire de Barnabas et Saul.

Psaumes 135

Je le sais, le Seigneur est grand

1 Alléluia, vive le Seigneur !

Acclamez le Seigneur,

acclamez-le, vous ses adorateurs,

2 qui vous tenez dans le temple du Seigneur,

dans les cours de la maison de notre Dieu.

3 Acclamez le Seigneur, car il est bon ;

célébrez-le par vos chants, car il est accueillant.

4 Le Seigneur s’est choisi Jacob,

il a fait d’Israël son bien personnel.

5 Oui, je le sais : le Seigneur est grand ;

notre Maître surpasse tous les dieux.

6 Le Seigneur réalise tout ce qu’il veut,

dans le ciel et sur la terre,

sur les mers ou dans leurs profondeurs.

7 Il fait monter les nuages de l’horizon,

lance des éclairs pour déclencher la pluie,

et lâche la bride aux vents.

8 C’est lui aussi qui, en Égypte,

a frappé de mort les premiers-nés

tant chez les humains que parmi le bétail.

9 Par ses envoyés, il a fait des interventions marquantes

– en plein chez toi, Égypte ! –

contre le Pharaon et tous ses valets.

10 Il a battu de nombreuses nations,

il a fait succomber des rois puissants :

11 c’étaient Sihon, roi des Amorites,

et Og, roi du Bachan,

et tous les rois de Canaan.

12 Il a donné leur pays en patrimoine,

en patrimoine à Israël, son peuple.

13 Seigneur, ta renommée est éternelle,

de siècle en siècle, tu restes Dieu.

14 Oui, le Seigneur rend justice à son peuple,

il est sensible au sort de ses adorateurs.

15 Les idoles des païens, qu’elles soient d’argent ou d’or,

ne sont qu’un produit fabriqué par les hommes.

16 Elles ont bien une bouche, mais elles ne soufflent mot.

Elles ont bien des yeux, mais elles n’y voient rien ;

17 des oreilles, mais elles n’entendent rien.

Et pas le moindre souffle dans leur bouche !

18 Que ceux qui les ont fabriquées deviennent comme elles,

et quiconque aussi met sa confiance en elles !

19 Vous, les tribus d’Israël, remerciez le Seigneur.

Vous les prêtres, descendants d’Aaron, remerciez le Seigneur.

20 Vous la compagnie des lévites, remerciez le Seigneur.

Vous les nouveaux fidèles, remerciez le Seigneur.

21 Que de Jérusalem monte un grand merci

pour le Seigneur, qui a sa demeure sur le mont Sion.

Alléluia, vive le Seigneur !

Proverbes 17:12-13

12 Mieux vaut rencontrer une ourse privée de ses petits qu’un sot tout plein de sa bêtise.

13 Le malheur ne quitte pas la maison de l’homme qui rend le mal pour le bien.

Bien que Dieu lui ait dit qu’il allait envoyer la pluie, Elie dû prier sept fois avant de voir le moindre petit nuage. Les pluies arrivèrent finalement, mais Elie avait dû rester tenace et persévérant dans la prière. Il avait également dû croire au fait que Dieu allait réaliser ce qu’il avait promis. Nous aussi, nous serions sages d’aborder la prière de la même manière, désireux de persévérer dans la croyance que Dieu accomplira ce qu’il a promis. Cette lutte dans la prière est souvent une façon de Dieu de nous attirer plus près de lui et de nous montrer la vie faite de foi véritable. 

Ces remarques sont issues du livre PASSAGES BIBLE, publié par Zondervan avec Daily Audio Bible, et traduites en français par nos soins.

Textes bibliques tirés de la Bible en français courant
Copyright ©
Société biblique française – Bibli’O 1997
avec autorisation.

http://www.editionsbiblio.fr
La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O est engagé uniquement sur le texte biblique cité.